Burqa-Niqab: Dernière ligne droite sur les niqabéé et autres buqabées?

Publié le 12 Mai 2010

 

           Début d'une course de fond face à l'inconséquence des bien pensants politiques qui ne voient dans le niqab ou la burqa qu'un moyen de s'affronter avec le gouvernement. Faire du bruit et tenter d'exister dans l'opinion publique. Certes, la burqa ou le niqab n'est pas le soucis majeur des français mais toute personne qui connaît son histoire sait que les français ne sont pas toujours au fait de la hiérarchie des priorités.

Pour ma part, la liberté de la femme est une priorité essentielle. Tout ce qui peut entraver sa liberté d'être et de penser ne peut pas être considéré comme secondaire! Le nier d'une manière ou d'une autre dénote une singulière aptitude à la démocratie et aux valeurs de la France si ce n'est de la république.

Les députés qui s'oposent à une loi contre cette prison de voile au nom d'arguties juridiques surtout venant d'un Conseil d'état qui s'était déjà opposé au port du voile dans les écoles, devraient penser aux conséquences de leur comportement. A l'image qu'ils donnent d'eux-mêmes par rapport aux droits des femmes.

Je reste à chaque fois étonné que l'on utilise, argumente des textes de lois par rapport à la lettre et non à l'esprit. L'esprit étant de garantir à la femme, à toutes les femmes les espaces nécessaire pour vivre leur vie de femme. Qu'est-ce que cela veut dire « espace civique » face à l'espace publique?

Pourquoi une femme serait tenue d'être ou ne pas être en fonction de l'endroit ou elle se trouvera dans l'espace civique que j'imagine être les lieux de rencontres comme la Poste, les Mairies, les Commissariats et autres?

Pourquoi la femme devrait, dans notre pays, avoir un traitement particulier dans l'espace civique et différent dans l' espace publique?

Le fait de s'ingénier à trouver des subterfuges diverses pour permettre l'indignité faite à la femme me révulse au plus haut point. Il ne peut y avoir d'espace civique, il n'y a qu'un espace que l'homme partage avec la femme. A partir de là, le traitement doit-être identique.

Nous sommes un état laïque ou Dieu n'intervient pas dans les lois de ce pays. Que ce soit d'une manière ou d'une autre. Dieu est dans la sphère du privé. Il doit le rester. Croit en Dieu ceux qui le veulent sans tenir ombrage à ceux qui croient en un autre Dieu ou en rien du tout voire, à sa rivière ou l'arbre de son village.

Le publique est de fait quand nous avons franchi le pas de notre porte. Qu'importe que cela plaise ou non à ces fondamentalistes, ces malades de Dieu qui aimeraient tant que la contagion s'étende sur notre territoire.

Aujourd'hui, je pense à mon ami Karima, à ses souffrances, je pense à toutes ces femmes qui subissent la dictature religieuse de leur mari et autres imams de quartier. Et, pour tout vous dire, quitte à choquer les bonnes âmes, je me moque bien de la Dupont, de l'Isabelle, de la Claudine et autres converties en mal d'identité. Si elle refusent, comme elles l'affirment, de retirer leur niqab et de rester enfermées chez elles, qu'elles y restent chez elles. Grand bien leur fasse car les femmes de France n'ont pas besoin de cet exemple d'abêtissement ni de tels exemple négatifs de leur conditions de femme. Je l'ai dit et le redit, la femme est l'avenir de l'homme nom de dieu!

Aujourd'hui, les députés doivent donc adopter la proposition de résolution du groupe UMP qui souligne «l'attachement au respect des valeurs républicaines face au développement de pratiques radicales qui y portent atteinte». Cette résolution parlementaire - novation de la révision constitutionnelle de juillet 2008 - a été déposée par Jean-François Copé et cosignée par 301 députés, dont une écrasante majorité d'UMP, mais aussi par le non-inscrit Nicolas Dupont-Aignan et les villiéristes Véronique Besse et Dominique Souchet. écrit le Figaro.

Le Président Nicolas Sarkozy a tranché en faveur d'un projet de loi d'interdiction générale sur le territoire national. Assumant de passer outre l'avis du Conseil d'État qui, le 30 mars, a estimé qu'une interdiction générale ne pourrait trouver «aucun fondement juridique incontestable» et préconisé de limiter l'interdiction aux seuls lieux publics.(Espace civique)

Le gouvernement a choisi la mesure la plus claire et la plus lisible pour l'opinion : l'interdiction générale dans tout l'espace public. C'était ce qu'il fallait faire. La seule voie possible.

Pourquoi la France serait-elle la risée des pays du Maghreb comme la Tunisie ou le Maroc qui ne comprennent pas nos tergiversations et atermoiements face aux intégristes. Eux savent bien les risques qu'il y a à jouer aux démocrates pur jus avec des gens qui ne reconnaissent pas la démocratie en tant que pouvoir politique issu du peuple. Ils ne reconnaissent que la loi d'un Coran prit à la lettre sinon revisité à la sauce des wahhabistes et autres salafistes. Leur désir n'est pas de construire un monde meilleur, un paradis du terre, une justice, la sécurité et la santé pour tous, il est celui de rejoindre un paradis avec si possible les 75 vierges et le miel coulant à flot pour avoir su mourir au nom de Dieu. C'est leur droit pour peu que cela n'implique pas d'interférer sur les lois de la République laïque.

Tous les musulmans ne sont pas dans cette mouvance mais peu encore le font savoir par crainte de repressailles. Comme la dit en 2007 Nicolas Sarkozy et d'autres avant lui, la France il faut l'aimer ou la quitter!

Le texte est fort en symbole mais hélas sans pouvoir contraignant. Il devrait être voté à l'unanimité, puisque les députés de la majorité, mais aussi du PS et des radicaux de gauche, la soutiendront.

Les Socialistes ont tout de même des réticences incompréhensibles si ce n'est faire de la politique politicienne! D'autres, vont encore plus loin. A la manière des « pacifistes » et autres « défaitistes » d'avant guerre: «Nous refusons de cautionner une opération politicienne qui a pour volonté de cibler une seule religion : l'islam », ajoute Martine Billard (Parti de gauche, ex-Verte). Pitoyable argument face aux nécessaires libertés de la femme et à la défenses de celles-ci! Quelle autres religion s'attaque aussi violemment aux droits de la femme aujourd'hui en France?

Le PCF votera «contre». Sans commentaire qu'un profond mépris pour ce groupuscule politique qui ne s'est jamais excusé de ces crimes et trahisons d'autrefois.

Jean Glavany présentera une proposition de loi PS visant à interdire le port du voile intégral dans «tous les lieux d'espace civique», conformément aux recommandations du Conseil d'État. Ce député des Hautes-Pyrénées souhaite que les femmes portant le voile ne «soient pas sanctionnées» et puissent au contraire avoir recours à «une médiation sociale». Toujours ce même discours à l'eau de rose qui cherche le compromis alors que nous sommes dans la défense de l'essentiel. Les libertés. Que vaut un PS qui cherche des compromissions avec le Dieu des fondamentalistes.

Gérard Brazon

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Francis Neri 16/05/2010 21:40



     
Pour information et...retransmission si intéret !


 


I.E.S.E.


Institut Européen de Socialisation et d’Education


12, rue de Milan


67000 Strasbourg                                                       


                                                                 


                                                                 
Monsieur le Président de la République


                                                                 
Palais de l’Elysée


                                                                 
55, rue du faubourg Saint-Honoré


                                                                 
75008 Paris


 


 


Monsieur le Président de la République,


 


Je me permets de m’adresser à vous pour vous dire à quel point je suis choqué que puisse paraître en France un livre intitulé Nique La
France, avec une photo de couverture représentant une jeune femme enturbannée levant de façon explicite son majeur.


 


Monsieur le Président, vous êtes le représentant de cette France qu’on salit et contre laquelle on appelle à la haine et à la
violence, aussi vous demanderai-je de bien vouloir veiller à ce que les auteurs de ce livre, Saïd Bouamama & Zep, soient contraints de modifier et le titre et la couverture du livre.


Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de mes sentiments respectueux.


 


Le Président,


Francis NERI


Education, formation, conseil
 
http://semanticien.blogspirit.com



ramiro 12/05/2010 18:22



Ah,ah,ah...très opportun ce message de Bruno MSI Sacco..


"Pitoyable argument face aux nécessaires libertés de la femme et à la défenses de
celles-ci! Quelle autres religion s'attaque aussi violemment aux droits de la femme aujourd'hui en France?"


Quelle religion ? Quelle clergé ? Quel président de la république qui fait des
ronds de jambes à Latran auprès du pape ? Quelle ministère qui, sous la manace des catholiques ultra veulent supprimer les subventions du Planning familial ?


Non vraiment...c'est bien là qu'on voit que votre militantisme laique, mon vieux
Braeon, est vraiment à géométrie variable...






Gérard Brazon 12/05/2010 15:45



Résister et faire entendre la voix de cette résistance. Trop nombreux sont les français qui n'osent affirmer leurs concictions. Pour ce qui est de
l'avortement vous m'excuserez mais je suis pour. Non pas comme une contraception supplémentaire mais pour le droit de la femme d'être maîtresse de son corps. De même suis-je contre la peine de
mort même si parfois à l'horreur répond une réaction émotive souvent violente. Bien à vous.



Sacco 12/05/2010 15:26



Vous avez raison mon cher Brazon, nul autre religion ne souhaite le mal des femmes aujourd'hui en France et c'est pour cela qu'il faut RESISTER à l'islamisation rampante et défendre des valeurs
d'ouverture et de tolérance contre l'obscurantisme. En parlant de résistance voici une initiative de libération des femmes que j'apprécie particulièrement : c'est la marche pour la vie et la
famille de Brodeaux. C'est une marche pacifique et familiale contre l'avortement et c'est bientôt, le 29 mai


http://www.ouialavie.fr/accueil/actualites/item/24-monseigneur-ricard-les-marches-pour-la-vie-alertent-lopinion-et-eveillent-nos-consciences.html