Des agitations en France qui ressemblent aux prémices d'une guerre civile ethnique?

Publié le 19 Mai 2010

              Dans le le dernier édito d'Yvan Rioufol,du Figaro il est signalé la bataille qui eut lieu à Montreuil la bonne ville de  l'écologiste Dominique Voynet qui se trouve présentement fâchée avec les socialistes comme sa première adjointe Mouna Viprey pour de sombres histoires de primauté électorale. Tout va bien à gauche.

              Pendant ce temps, des forces contraires s'affrontent entre les droits de la république, la solidarité et la volonté de détruire le pacte républicain assis sur les libertés essentielles comme le droit de dire et la laïcité. On retrouve encore une fois Houria Boutelja qui poursuit son combat de lapidation de l'histoire de notre pays. Surement pour mieux nous rééduquer.

              Lire cet édito qui reflète une situation qui n'est jamais évoquée par les médias du 20 heure et d'ailleurs. Heureusement qu'il y a internet et les blogs qui deviennent les seuls espaces de liberté d'expression. Pendant combien de temps?

Gérard Brazon 

 

Derrière la burqa, combattre le multiculturalisme

Hier soir, à Montreuil, un débat sur le voile intégral organisé par l'association Ni putes ni soumises, qui s'oppose à la burqa, a dégénéré en violences physiques, à cause des provocations du mouvement pro-palestinien Cheik Yassine, qui milite pour l'islamisation des cités. Au même moment, sur France 3, Houria Bouteldja, des Indigènes de la République, revendiquait le rejet de l'histoire de France, y compris la plus récente laissée par Charles de Gaulle. Ce week-end, à Saint Nazaire (Loire-Atlantique), deux femmes se sont battues car l'une d'elle était entièrement voilée. A Marseille, Jean-Claude Gaudin venait à peine de saluer "un moment d'unité, de fraternité et de générosité dans cette ville" après la qualification de l'OM que des affrontements et des razzias éclataient sur le Vieux-Port. Ici même, je ne compte plus les commentaires incroyablement haineux (évidemment rejetés par le modérateur) qui sont postés par des intervenants se réclamant de l'islam ou du prophète. A l'évidence, le pacte social ne tient plus. Il y a un terreau propice à une possible guerre civile.

Ce qui se met en place est potentiellement dramatique pour la cohésion nationale. Ce mal à un nom: le multiculturalisme. Il était censé apporter concorde et tolérance. En réalité, il ne cesse d'entretenir les conflits. De nombreuses associations se réclamant abusivement de l'antiracisme entendent, comme Les Indivisibles,  promouvoir ce type de société éclatée, avec la bienveillance paresseuse de la pensée médiatique. Or, si des intellectuels et chercheur américains commencent à mettre sérieusement en doute les vertus de la "diversité" y compris aux Etats-Unis, cette prise de conscience reste quasi-inexistante en France. Hier, dans Le Figaro, l'écrivain américain d'origine pakistanaise, Mohsin Hamid,  expliquait la crise identitaire qui mène certains musulmans américains jusqu'au terrorisme par "le caractère hybride de l'identité de ces hommes". Il dit: "Il arrive parfois que deux de nos identités essentielles se retrouvent en conflit et que nous décidions d'en renier une".

Derrière l'interdiction de la burqa, avalisée ce mercredi en conseil des ministres, c'est cette dérive vers une société fractionnée qui mériterait d'être analysée en profondeur par les politiques et les médias. Il est urgent de donner un coup d'arrêt à ce processus encore réversible, notamment en s'opposant davantage à ces associations subventionnées qui, sous couvert de "consolider le vivre-ensemble", répandent de l'huile sur le feu en cautionnant notamment l'islamo-fascisme qui, hier soir au portes de Paris, a rendu impossible le débat démocratique voulu par Ni putes ni soumises sur le voile intégral. Pourquoi ne pas s'atteler dès à présent à la rédaction d'un nouveau contrat social obligeant chaque citoyen français à respecter des règles intangibles, à commencer par la laïcité et la liberté d'expression

Lire également l'édito de Christine Tasin ICI

 

Voici le premier commentaire à cet article d’Yvan Rioufol

Pourquoi ne pas s'atteler dès à présent à la rédaction d'un nouveau contrat social obligeant chaque citoyen français à respecter des règles intangibles, à commencer par la laïcité et la liberté d'expression? Un contrat ? une signature sur un papier ne résoudra pas le problème du multiculturalisme en France.

          On apprend aujourd'hui selon le site d’actualité sportive Goal.com, que l’ancien capitaine des bleus, Zinedine Zidane, a déclaré lors d’un voyage cet été au Canada que “c’est l’Algérie qu’il supportera comme sélection lors du prochain Mondial, en cas de qualification des Fennecs” et qu’“il viendra en Afrique du Sud, avec le drapeau algérien dans les mains”.

             Est-il nécessaire que Zidane signe un contrat ? Bien que Français, il montre tous les signes d'une allégeance à l'Algérie, cela mérite la déchéance de sa nationalité Française.

              Et pour enfoncer le clou : Il y a dix-neuf « Français » dans l’équipe d’Algérie Sur les 25 joueurs retenus par l’Algérie pour la coupe du monde de football, dix-neuf sont nés en France et sont français par le droit du sol ! Des binationaux donc – voire, pour certains, des tri-nationaux ! – qui ont fait « le choix du cœur » en décidant de porter le maillot algérien.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Gérard Brazon 23/05/2010 19:56



Bonsoir Catherine. J'aime beaucoup les prises de positions de Malika Sorel. J'ai mis son blog parmi mes favoris sur la colonne de droite. Ce n'est pas
pour rien. Originaire de l'immigration, elle a la cohérence, l'intelligence et l'humanisme nécessaire pour parler de ces sujets. Merci Catherine. Gérard



catherine 23/05/2010 15:30



J'aime bien votre blog, un de plus contre le totalitarisme intellectuel que nous subissons depuis les années 80.
Pourtant comme vous êtes UMP, j'aimerais connaitre votre avis sur cette note de Malika Sorel qu'il faut avoir lu.


http://puzzledelintegration.blogspirit.com/archive/2009/12/14/pour-eux-nous-sommes-deja-morts-et-enterres.html


 



El borak 20/05/2010 19:26



Il serait temps que Mme Houria Boutelja, et ses amis islamistes, réalisent ou ils sont, Ils réalisent qu'ils vivent dans une republique laique, ayant un histoire et une origine chrétienne,je suis
athée, mais notre pays depuis des siècles se sont les eglises et les cathédrales, cette dames est à coté de ses pompes,la republique acceuille les gens de divers horizons en tant qu'individu, et
non en tant que prophète de leurs religion, elle veut refaire notre histoire et nous éduquer, mais pour qui se prends elles, je le répète notre pays c'est la republique poit final, et notre
histoire est chretienne, donc cette population qui ne représente que 10% (MDR) de la population c'est du pipi de chat.


Je vois partout sur les murs des immeubles Algerie en force, nique la france, et bien qu'ils y retournent, se prosterner devant leur mosqués ( là je suis faché !)


Mme Boutelja, n'a qu'a rejoindre Tarik Ramadan, ce pitre...



Patrick 20/05/2010 12:04



En effet, tout semble aller pour le mieux dans le meilleur des mondes. Lu dans le Point.


LOIRE-ATLANTIQUE - Deux femmes s'écharpent en public pour un niqab



Il fallait s'y attendre. Après des mois de polémiques médiatiques et de discussions politiques autour du voile intégral, ce débat passionné a fini par trouver un écho dans l'espace public.


D'après Presse Océan , qui révèle
l'information, une violente altercation a opposé samedi deux femmes dans un magasin de Trignac, près de Saint-Nazaire, en Loire-Atlantique. Voyant passer une femme vêtue d'un niqab, une cliente
du magasin, au visage découvert, aurait fait une remarque à sa fille à voix haute, laissant entendre qu'elle souhaitait voir rapidement adoptée la loi interdisant le port du voile intégral.


La femme au visage dissimulé aurait alors vivement réagi, et le ton serait rapidement monté entre les deux clientes. À tel point que, selon la mère et sa fille, la femme au niqab aurait giflé
l'une d'elles - un geste que la femme voilée dément avoir donné. La mère aurait ensuite arraché le niqab de son interlocutrice, avant que l'époux de la femme voilée et le personnel du magasin
n'interviennent afin de calmer la situation.


Deux plaintes déposées


En tout état de cause, deux plaintes ont été déposées après cette violente dispute, l'une pour injure à caractère ethnique, racial ou religieux (déposée par la femme au niqab), l'autre pour
violence sans incapacité totale de travail (déposée par la mère et sa fille). La mère de famille est une avocate de 60 ans. La femme voilée a 26 ans.