Des descendants de nazis marchent contre l'antisémitisme

Publié le 22 Août 2012

·        

 

A ce propos j'ai quelques mots à dire en préface. Le premier est que les descendants de nazis n'ont pas à culpabiliser et encore moins les petits enfants de ces militants. Personne n'est responsable de ses grands-parents et de ce qu'ils ont fait ou accepté ou alors des descendants de collabos français sont responsables de leurs parents et devraient aujourd'hui se taire... ce qu'ils ne font pas!

Bas du formulaire

Le deuxième est que j'en ai un peu assez de ces démonstrations  qui désignent les antisémites d'hier en occultant ceux d'aujourd'hui qui ne sont pas d'origine aryenne loin de là.

Pour conclure, je ne me souviens pas qu'en France, l'on ait fait un titre sur les footeux musulmans de l'équipe de France qui eux, ont refusé d'aller à Auschwitz visiter ce camp symbole de la barbarie.

Gérard Brazon

  

Par Baptiste Schweitzer

Trois cents personnes, dont des petits-enfants de nazis allemands, ont entamé lundi une "Marche pour la vie". Au départ de l'ancien camp d'Auschwitz, ils vont parcourir la Pologne jusqu'à Treblinka pour dénoncer l'antisémitisme.Trois cents personnes, dont des petits-enfants de nazis allemands, ont entamé lundi une "Marche pour la vie".

Au départ de l'ancien camp d'Auschwitz, ils vont parcourir la Pologne jusqu'à Treblinka pour dénoncer l'antisémitisme. 

Le camp d'Auschwitz est le point de départ d'une marche pour la vie qui réunit des descendants de victimes et de nazis © Reuters Charles Platiau

Des descendants de nazis marchent contre l'antisémitisme en Pologne : les précisions de Lise Jolly  
 

Lecture
Partager

Une marche d'une semaine au départ d'Auschwitz et à destination de Treblinka au nord-est de Varsovie. Des descendants de nazis allemands, des enfants de victimes et des membres d'une église protestante indépendante allemande (TOS) ont décidé de traverser ensemble une partie de la Pologne pour dénoncer l'antisémitisme.

Une "Marche pour la vie" hautement symbolique imaginée par l'église allemande TOS. Heinz Reusse, l'un des membres de cette église, l'explique simplement : "Nous avons eu cette idée chez nous, à Tübingen, où beaucoup de gens ont découvert en étudiant l'histoire de leur famille que leurs proches avaient été impliqués dans des crimes nazis." Il s'agit notamment de briser "une sorte de conjuration du silence sur ces actes en Allemagne", explique Zbigniew Judasz l'un des organisateurs. 

Demande de pardon. 

Le parcours emmènera les marcheurs sur les sites des anciens camps situés en Pologne de Belzec, Majdanek, Sobibor et Chelmno. Des petits groupes se relaieront entre les différentes étapes. Lundi, les marcheurs ont quitté le camp d'Auschwitz à pied avec des drapeaux allemands, polonais et israéliens. L'arrivée à Treblinka est prévue vendredi.

Juste avant le départ, une courte cérémonie pleine d'émotion a été organisée à Auschwitz. Une participante Bäerbel Pfeiffer a demandé pardon pour son grand-père électricien qui avait installé des barbelés à Auschwitz et des équipements de chambres à gaz.

Peter Loth, un juif allemand né il y a 70 ans dans le camp de Stutthof près de Gdansk, a évoqué les horreurs de l'holocauste. Un million de Juifs ont été tués à Auschwitz-Birkenau, ainsi que 75.000 Polonais non juifs, 21.000 Tziganes, 15.000 prisonniers de guerre soviétiques et 10.000 à 15.000 autres prisonniers.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Aaron 23/08/2012 00:49


Y à t-il eu des articles dans la presse européenne à ce sujet?