Des drones dans les quartiers difficiles de Marseille…

Publié le 1 Octobre 2013

Par Jean Pierre Fabre-Bernadac

Il y a un mois, Samia Ghali, la sénatrice-maire des XVe et XVIe arrondissement de Marseille, souhaitait que l’armée soit envoyée dans les zones sensibles. Depuis, les « Hollandais » de la Canebière ont pris de la hauteur… Eugène Caselli, candidat à la primaire socialiste et accessoirement président de Marseille Provence Métropole, s’est en effet écrié dernièrement : « Je demande à l’État de faire de Marseille un véritable laboratoire contre le crime, un laboratoire avec de nouveaux moyens technologiques. Maintenant, on a des drones, et on va s’en servir. »

Des drones pour surveiller les quartiers sensibles ! Il fallait y penser… Pour ne pas être en reste, Guérini a cru bon d’améliorer généreusement l’idée en ajoutant : « Le conseil général réfléchit à la mise en place de moyens aériens de surveillance, avions ou drones… Je suis prêt à mettre un million d’euros du conseil général. » Et dire que l’armée française est obligée d’acheter ses drones aux Américains… Grâce au patron du PS local, il suffit maintenant de les jouer à la pétanque ou de les échanger contre l’argent des marchés publics.

Revenons à la réalité : utiliser des drones dans une mégapole comporte des difficultés techniques difficiles à mettre en œuvre. Comment la police municipale, qui n’est pas formée, pourrait-elle gérer ces matériels de haute technologie ? Et c’est sans compter les réactions de la CNIL, qui verra d’un mauvais œil les débordements possibles que de telles images pourraient générer. Enfin, je suis prêt à parier que nos petits gars des « zones à risques » vont très vite s’appliquer à tirer au ball-trap sur ces jouets hors de prix…

Mais surtout, un tel projet revient à reconnaître que l’on ne peut plus pénétrer normalement dans ces quartiers. Car les drones employés en Afghanistan ou au Mali l’étaient exclusivement dans des zones de combats tenues par les islamistes. Ainsi, nos nouveaux thuriféraires de la sécurité sont prêts à admettre une situation similaire à Marseille ?

Laissons le mot de la fin à M. Caselli, qui expliquait dans La Provence :« C’est tout à fait sérieux et, d’ailleurs, ça se fait à Mexico. » Mexico, une des villes les plus criminogènes d’Amérique ! Et après, on ose nous dire que les socialistes n’ont pas le sens des réalités…

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Bastide 02/10/2013 23:59


Sarkozy et le pouvoir
actuel  ont  abandonnés  le peuple qu’ils les ont  élus, en pâture aux loups.

Bastide 02/10/2013 23:53


Sarkozy et le pouvoir
ont  abandonnés  le peuple qu’ils ont  élus, en pâture aux loups.
 
Nous, pays des droits de l’homme, dont la déclaration déclare dans son article 12 que « la garantie des droits de l’homme et du citoyen nécessite une force publique ; cette force est donc
instituée pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de ceux à qui elle est confiée ». La République des élites a failli à ce devoir, car grevée de repentance, d’humanisme
et autres raisonnements bien pensants, elle a laissé la « victime de l’histoire et du système » se faire souverain tout puissant en son royaume

DURADUPIF 02/10/2013 17:42


Les fous après avoir laisser "tout à la dérive" ils courrent la campagne pour trouver le remède de la grenouille qui veut se faire plus grosse que le boeuf.

island girl 02/10/2013 12:50


Marseille a une sale image ,ville cloaque ,politiciens véreux c'est du niveau seine st Denis ...raclures à capuches ,voitures qui brulent ,attaque de magasins ,quartiers nord comme à Amiens ...on
a compris !


 

mika 02/10/2013 11:39


Des drones ? Effectivement trop techno.


 


Pourquoi ne pas faire simple, culture locale... Des tapis volants !