Des islamistes Canadiens modérés rejettent la loi Canadienne pour la Charia

Publié le 19 Février 2012

 Des islamistes Canadiens modérés rejettent la loi Canadienne pour la Charia

la fatwa qui interdit les crimes d'honneur

 
Début février 2012, Mohamed Shafia, homme d’affaires d’origine afghane, sa deuxième épouse et son fils, ont été condamnés à la prison à vie, après avoir été reconnus coupables d’avoir tué par noyade et pour sauver "leur honneur" , la première épouse de Mohamed et les filles de 13 ans, 17 et 19 ans issues de ce premier mariage polygame.
 
L’affaire a secoué le Canada car le seul crime qui était reproché aux adolescentes et à leur mère était leur désir de vivre selon le style de vie canadien. A tel point qu’elle a incité l’imam Syed Soharwardy à édicter une fatwa, un décret officiel du Conseil Suprême Islamique du Canada, destiné à tous les musulmans canadiens, et interdisant les crimes d’honneur.
 
Radio Canada indique que les canadiens ont réagi positivement à cette décision, et qu’un grand nombre ont trouvé « important qu’une institution religieuse condamne les crimes d’honneur ».
 
J’avoue avoir été choqué qu’aucun commentateur n’ait, au contraire, été effrayé par cette fatwa. Car si l’imam a du émettre une fatwa, c’est bien parce que la loi du pays, et au delà, la loi naturelle et la morale occidentale, sont sans effet sur certains musulmans. Les islamistes rejètent la loi nationale, jusqu’au meurtre, et ils n’obéissent qu’à la loi divine, dictée par le coran, et rappelée avec cette fatwa par leur guide suprême.
 
Ainsi donc l’interdiction du meurtre, au Canada, est maintenant garantie non par son Code civil, mais par la Sharia, édictée en une fatwa.
 
« Ce récent procès a rappelé à chacun d’entre nous, que nous devons faire plus pour empêcher de telles tragédies dans l’avenir », explique l’imam Soharwardy, reconnaissant ainsi que la loi canadienne est insuffisante. 
 
L’imam rappelle aux musulmans « qu’il n’y a dans l’islam aucune justification pour les crimes d’ « honneur », les violences domestiques, et la misogynie ». L’imam ne prend même pas la peine de rappeler que les crimes d’honneur, les violences domestiques et la misogynie sont interdits par la loi canadienne, démontrant ainsi que seules comptes pour ces musulmans, les barrières morales et légales instituées par la Sharia, à l'exclusion de toutes autres.
 
La correspondante à Montréal de RFI, Marie-Laure Josselin ajoute que « Trente-quatre imams d’un peu partout en Amérique du Nord : Calgary, Toronto, Houston, New York, San Francisco ou encore Montréal, ont signé cette fatwa soulignant que ces crimes vont à l'encontre des principes musulmans. Le titre de ce décret religieux est clair : crimes d’honneur, violences familiales et misogynie, sont des crimes majeurs et non musulmans. »
 
Trente quatre imams reconnaissent donc qu’aucune loi d’aucun pays ont la moindre valeur pour les islamistes installés en Occident, que ces derniers rejettent clairement les valeurs occidentales, et qu’il est nécessaire d’émettre une fatwa pour remplacer la loi.
 
La journaliste de RFI ajoute que ces imams ont rappelé la Sharia « à travers une série de six préceptes, accompagnés d’extraits de versets du Coran et de leur signification. » Tout extrait du code civil est donc vain ?
 
Reproduction autorisée, et même vivement encouragée, avec la mention suivante et impérativement le lien html ci dessous : 
© Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info
 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article