Des journalistes fortement ancrés à gauche.

Publié le 12 Juillet 2012

Lu dans Valeurs actuelles :

V"Fondateur de Reporters sans frontières (dont il a été secrétaire général jusqu’en 2008) et de la revue Médias, journaliste sur iTélé et Sud Radio, Robert Ménard [...] a pris soin de commander à l’institut Harris Interactive une enquête sur le vote de ses confrères – et des nôtres. [...] Cent cinq journalistes ont répondu à l’intégralité de cette enquête, publiée dans le dernier numéro deMédias. Ses résultats sont éloquents. « Les journalistes ayant pris part à la consultation déclarent un vote beaucoup plus marqué à gauche que le corps électoral français », constate Jean-Daniel Lévy.

En tête, François Hollande – comme au premier tour, mais avec 10 points de plus que les Français ne lui en ont accordé. Le deuxième ? Jean-Luc Mélenchon (+ 8 points), devant Nicolas Sarkozy ( – 9). Marine Le Pen n’arrive qu’en sixième position, avec 3 %, soit six fois moins que le 22 avril. Hollande recueille 74 % des suffrages au second tour.

Cent cinq journalistes ne forment qu’un mince échantillon et l’on pourrait contester ces résultats si d’autres enquêtes, plus anciennes, n’allaient dans le même sens. Par exemple, le sondage réalisé par l’Ifop pour l’hebdomadaire Marianne en avril 2001, avant une autre élection présidentielle. À l’époque, 63 % des journalistes consultés avaient l’intention de voter à gauche (dont 32 % pour Lionel Jospin, qui fut éliminé dès le premier tour). La droite ne recueillait que 6 % des voix, les autres ne se prononçant pas. « Il faudrait être quelque peu naïf, après cela, pour s’étonner du fossé abyssal qui se creuse entre la caste journalistique et la population », concluait l’auteur de l’article, Philippe Cohen.

MLes simulations électoralesréalisées cette année dansplusieurs écoles de journalismesont elles aussi intéressantes. Au Centre de formation des journalistes (CFJ), les étudiants de première année ont choisi, dans l’ordre : Hollande, Mélenchon, Bayrou. À l’École supérieure de journalisme (ESJ) de Lille : Hollande, Mélenchon, Joly. Au Celsa : Hollande, Mélenchon, Sarkozy et Bayrou (troisièmes ex æquo). La droite est éliminée dès le premier tour.

[...] [L]a droite ferait bien de méditer cette réflexion : « Les valeurs défendues par l’intelligentsia exercent un ascendant sur toute la société. L’enseignement, la culture ou l’information ne sont jamais neutres », rappelle Jean Sévillia, écrivain et journaliste. À l’inverse, « la gauche valorise le combat politique et la controverse intellectuelle – donc le journalisme – tandis que la droite a déserté le champ des idées pour les métiers de la finance. Les valeurs d’argent l’ont emporté sur le bien commun, l’esprit bourgeois a eu raison des idéaux », analyse le journaliste Marc Baudriller, auteur des Réseaux cathos(Robert Laffont).

Où l’on voit qu’il est nécessaire à la droite, pour reconquérir le terrain des idées, non seulement de ferrailler contre la gauche mais de batailler aussi contre la tentation de sérieux qui l’a gagnée. [...]"

Michel Janva (Salon Beige) 

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Du côté des médias

Commenter cet article

island girl 13/07/2012 01:13


N'oublions pas l'école qui est très gauchisante, bien que certains enseignants commencent à virer vers le FN  par lassitude en constatant que les  élèves normaux partent vers le privé
et qu'ils récoltent le fond du panier c.à. d la ..."diversité "comme disent les journalopes !

yves IMBERT 12/07/2012 22:19


le poison marxiste anti-france a envahi les institutions: education, justice, médias


et cela continue avec le hollande des mosquées

mgdej 12/07/2012 20:40


le nombre se comptait!!! c'est mieux!!!  

mgdej 12/07/2012 17:55


Elizabeth Lévy, sur un plateau télé au moment des élections a affirmé que le nombre de journalistes "de droite" ayant accès aux médias audio visuels se comptaient sur les doigts d'une seule main
(ou quelque chose comme ça)