Des juges du Syndicat de la Magistrature établissent un "Trombinoscope des cons"

Publié le 25 Avril 2013

Dans un local syndical, des juges ont affiché des portraits d'hommes et de femmes sur un panneau intitulé mur des cons ! Et l'on croit en l'impartialité de la justice !

Capture vidéo du "mur des cons" filmé en cachette au siège du Syndicat de la magistrature.Capture vidéo du "mur des cons" filmé en cachette au siège du Syndicat de la magistrature. DR

Le Point.fr et Sipa Media

 

C'est une vidéo qui tombe très mal (ou très bien). Les révélations d'Atlantico devraient faire l'effet d'une bombe. Le site s'est procuré une vidéo tournée en cachette au siège du Syndicat de la magistrature (SM) par un juge apolitique et non syndiqué. Sur le film, on découvre ce que le SM a baptisé le "mur des cons". En fait, un gigantesque panneau dans la salle principale du local syndical, sur lequel sont placardées plusieurs dizaines de photos de personnalités, dont la grande majorité est politiquement classée à droite. Ce matin, personne au Syndicat de la magistrature ne contestait la véracité de ces images ou l'existence de ce mur de la honte. Le ministère de la Justice n'a pas lui non plus commenté cette "découverte". Rappelons que c'est la garde des Sceaux, Christiane Taubira, qui a ouvert son 46e Congrès en novembre dernier...

Brice Hortefeux décrit comme "l'homme de Vichy"

La liste est longue et épingle de nombreux hommes politiques, intellectuels ou journalistes. Y figurent entre autres Nicolas Sarkozy, Éric Woerth, Édouard Balladur, Nadine Morano, François Baroin, Luc Chatel, Michèle Alliot-Marie, Luc Ferry, Éric Besson, Christian Jacob et Patrick Balkany. Certaines prises de vue sont accompagnées d'un autocollant du Front national. Et sur le portrait de l'ex-ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux, une mention infamante : "L'homme de Vichy".

Du côté de la société civile sont ciblés Jacques Attali, Alain Minc ou Alexandre Adler. Nombre de journalistes et de patrons de presse sont également mis au ban syndical, dont Éric Zemmour, l'éditorialiste du Figaro, Yves Thréard, Béatrice Schönberg, David Pujadas, et encore l'ex-directeur du Figaro Étienne Mougeotte, ou l'ancien patron de TF1 Patrick Le Lay. Cette "black-list" est, semble-t-il, non exhaustive puisque, au milieu du panneau, on peut lire sur une affichette : "Avant d'ajouter un con, vérifiez qu'il n'y est pas déjà."

La démarche, qui pourrait s'avérer bon enfant dans la cour d'un lycée, pose question et laisse planer le doute quant à l'impartialité réelle de la justice française. Les têtes à abattre ainsi exposées sur le tableau de chasse des magistrats syndiqués peuvent désormais s'inquiéter de leur avenir judiciaire. Reste à savoir si l'initiative, maintenant révélée, sera sanctionnée comme une faute grave qui décrédibilise sérieusement la démocratie. Ni le gouvernement ni les magistrats n'ont réagi publiquement pour le moment.

REGARDEZ. Le "mur des cons"

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Bastide 25/04/2013 12:11


 










 


 


FLAMBY  SOUS  L'EPEE 
DE  DAMOCLES
> >


ou comment faire pour sortir du pétrin actuel....


François Hollande veut moraliser la politique ? Qu’il montre l’exemple
!


 


 


11 avril
2013


Voilà qui tombe finalement fort mal pour le président Hollande : au moment où il veut
nettoyer un


peu la politique française tombée de Charybde en Scylla, le voilà rattrapé par une
délicate affaire


personnelle qui pourrait bien signer la fin prématurée de son quinquennat.


Si on lui avait dit, cependant, que pour sauver son quinquennat, il lui faudrait
impérativement se marier à Valérie Trierweiler ou, au moins, se pacser, il est probable qu’il aurait lâché l’affaire . . .


 


Impensable ?


Pas tant que ça.


Disons que, un mariage rapide et en catimini pourrait être une piste explorée par le
pauvre Président


pour retrouver pied dans un jacuzzi de purin devenu bien trop agité pour
lui.


 


Tout commence il y a presque un mois
avec la plainte d’un certain Xavier Kemlin, le 14 mars
dernier : en substance, le bouillant défenseur de petits
actionnaires a jugé scandaleux que Valérie Trierweiler Copine / Maîtresse de Hollande puisse bénéficier des largesses de la République puisqu’elle se fait loger, nourrir,
entretenir, payer son personnel et ses déplacements alors qu’elle n’a aucun lien juridique ni avec François Hollande, ni avec le peuple français .


 


 


Bien évidemment, à la suite de cette plainte, la presse s’était à la fois faite
relativement discrète, et, pour les quelques articles qui en parlaient, relatait l’affaire sur un ton goguenard ou mi-interrogatif, mi-amusé tant l’incongruité de la
p








island girl 25/04/2013 12:07


C'est pourquoi il ne faut pas faire confiance à la justice ...la méthode corse a de l'avenir ! defends toi toi meme ...


 

Respectvaleurs 25/04/2013 10:14


Que faire face à cette situation? Dissoudre ce syndicat ne résoudra pas l'orientation et les préjugés qu'ont ces juges. Une preuve supplémentaire que le justiciable blanc  ou le parent de
victime est un con. C'est une infamie, et je pèse mes mots. En tout cas, ça a le mérite de mettre à nu ce que ces "salauds" ont dans la tête!

Claude Germain V 25/04/2013 08:51


Les magistrats se syndiquent ??? il me semblait qu'un juge devait etre neutre et independant de tout systeme politique quel qu'il soit . Ce qui prouve que l'on eléve dans les universités
gauchistes les futurs stalines ded l'imcompetence judiciaire , ce que l'on appelle des juges pipeaux , au mieux forts courageux pour se cacher derriere des pemphlets menaçants..... pauvre france
en deliquescence ..... nos millions de morts doivent hurler leur haine devant devant une engeance pareille , MORTS POUR RIEN ...............  maintenant l'ennemi de la France est a
l'interieur du pays ....

LA GAULOISE 25/04/2013 08:43


J ESPERE QU ILS ONT MIS LEUR TETE EN BONNE PLACE. ET QUI PAIENT CES CRETINS ?