Des juges pour l'expulsion de l'Imam Abakar Mahamat-Zene - par Bivouac ID

Publié le 21 Juillet 2011

Vesoul : L’imam Abakar Mahamat-Zene menace d’État

Ils suivent généralement l’avis du rapporteur public. Mais dans cette affaire, les juges de la cour administrative d’appel de Paris ne l’ont pas suivi.

Le premier plaidait pour l’annulation de l’arrêté d’expulsion du ministre de l’Intérieur mis en œuvre le 9 janvier 2008 et le retour en grâce d’Abakar Mahamat Zene. Les seconds estiment que la décision de renvoyer au Tchad, son pays d’origine, l’ancien prêcheur de la mosquée de Vesoul demeure fondée.

Aux yeux de la justice, l’homme, désormais âgé de 53 ans, qui vivait d’un commerce dans le quartier populaire du Montmarin à Vesoul et de l’organisation de pèlerinages en Arabie Saoudite, dont la gestion est mise en cause par les enquêteurs, représenterait bien une menace à la sûreté de l’État. C’est du moins la conclusion à laquelle la direction centrale des renseignements généraux (RG) parvient dans une note datée du 12 décembre 2006.

Appel à la haine

À partir de témoignages rapportant des propos attribués à l’imam, en France depuis plus de vingt ans, la synthèse dresse cet inquiétant portrait : « Abakar Mahamat Zene propage une idéologie soutenant le djihad armé et incitant à la haine contre le monde occidental et les juifs, idéologie à laquelle une partie de la jeunesse musulmane de Vesoul se montre très réceptive ». Ainsi, selon les policiers, l’homme dont l’échéance de la carte de résident se profilait en novembre 2011 « contribue ainsi à poser les bases idéologiques nécessaires à la constitution de groupe à potentiel terroriste ».

Une note dite « blanche », puisqu’anonyme, et bannie par Nicolas Sarkozy alors qu’il était locataire place Beauvau, que les juges estiment aujourd’hui « probante ». Oui, à leurs yeux, « ses propos constituaient des actes de provocation explicite et délibérée à la discrimination, à la haine ou à la violence contre le monde occidental, notamment contre les Américains et la communauté juive ».

Sauf qu’au sein de la communauté musulmane vésulienne, réputée pour être modérée, on réfute tout cela, percevant un complot ourdi par des ambitieux, candidats à la fonction d’imam…

Musulmans, catholiques dont des prêtres, militants des droits de l’homme, ils ont été nombreux à manifester dans les rues de Vesoul leur soutien à Abakar Mahamat Zene durant l’hiver 2008. Eux se sont épuisés. Pas l’association franco-musulmane, gérant la mosquée de Vesoul, engagée dans un bras de fer judiciaire. « Nous sommes mis en cause à travers cette affaire », estime le président Lamine Belaribi, « on ira jusqu’au bout ». Prochaine étape : le conseil d’État.

Par Sébastien MICHAUX sur le site EstRépublicain.fr

momos

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article

Francis CLAUDE 21/07/2011 14:21



la France ponds a tour de bras des lois!!!


oui c'est bien !!! moi j'en pondrait une pour les anti-Français:


-tout acte de vandalisme ou de denigrement public ou insitation a la haine  de la France et des Français perpétrés par des étrangers: a la porte sans autre forme de proçés. ce qui est
appliqué dans la plus par des pays d'ou ces gens viennent (mais chez eux il y a en plus les chatiments corporels)


pour nos chers Français de papiers souvent pires que les premiers cités, nous avons un territoire outre mer :Cayenne ou il y a beaucoup de ressources inexploitées nous pourrions leurdonné le
choix. Aller travaillé pendant un certain temps la bas ou déchéance de la nationalité Française et expultion vers le pays de leur choix.


vous aller dire mais ça va nous couter trés chers, je vous repondrais bien moins cher que toutes les aides et subventions qu'ils nous pompent via nos diverses caisses... Oui c'est un raisonnement
basic mais comprehensible par tous!!!... 



Loly 21/07/2011 13:45



Pour une fois que la "justice" faisait son travail, il faut encore qu'une bande de gros C... droit de l'hommiste et cie viennent y mettre leur nez. J'attends impatiemment le jour où ça leur
éclatera à la figure à tous ces abrutis de service (honte en particulier aux prêtres catholiques, qui par ce genre d'action se rendent complices de notre génocide organisé par ces barbares)