Des nationalistes soutiennent le procès de musulmans en Bulgarie.

Publié le 30 Octobre 2012

-

Des centaines de nationalistes bulgares se sont rassemblés ce lundi à Pazardjik, dans le sud du pays, pour témoigner leur soutien à l'inculpation de treize chefs de file religieux accusés d'avoir propagé un islam radical. Le procès, qui intervient quelques mois après un attentat commis par un kamikaze qui a tué cinq Israéliens et un chauffeur bulgare dans le port de Burgas, sur la mer Noire, met à l'épreuve le délicat équilibre communautaire du pays, composé d'une minorité musulmane et d'une majorité chrétienne orthodoxe.

Les procureurs de Pazardjik ont inculpé douze citoyens bulgares, des imams musulmans pour la plupart, et une femme pour avoir prêché un islam radical entre 2008 et 2010. Trois d'entre eux sont aussi accusés d'incitation à la haine religieuse.

«Notre religion, c'est la Bulgarie»

Les manifestants, réunis à l'initiative des partis d'extrême droite Attack et VMRO, brandissaient des bannières où l'on pouvait lire des messages tels que: «Notre religion, c'est la Bulgarie» ou «Peines sévères pour les fanatiques». Ils ont précisé que la marche visait à répondre à un rassemblement de musulmans devant le palais de justice en soutien aux accusés.

Les suspects, qui démentent avoir mal agi, encourent jusqu'à cinq ans de prison s'ils sont reconnus coupables. Ils sont accusés de travailler avec une branche non répertoriée d'Al Wakf al Islami, une fondation islamique créée aux Pays-Bas et financée principalement par les «cercles salafistes» d'Arabie saoudite, a précisé le tribunal.

Une centaine de musulmans se sont aussi réunis près du tribunal, sous forte protection policière, pour apporter leur soutien aux inculpés, arguant que ces derniers n'avaient prêché qu'un islam traditionnel. Le bureau du mufti de Bulgarie a également déclaré son soutien aux accusés.

Le procès pourrait menacer la culture de la tolérance dans un pays où les musulmans représentent environ 12% des 7,3 millions d'habitants. La Bulgarie est le seul pays de l'Union européenne où les musulmans ne sont pas issus d'une immigration récente mais constituent une communauté locale vieille de plusieurs siècles, composée dans sa majorité de descendants d'origine turque du pouvoir ottoman qui a pris fin en 1878.

Reuters

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique étrangère

Commenter cet article

Aaron 30/12/2012 22:08


Ils n'encourent que cinq ans de détention?


Quelle mansuétude!


Bulgares, ne vous laissez pas faire comme ici, en France, Espagne, Iralei ou Grande -Brtatagne.