Au secours, des religieux chrétiens,Juifs et bouddhistes au secours de l'islam.

Publié le 31 Mars 2011

            Comment ne pas souligner une fois de plus l'anomalie gravisime de cette déclaration faîte par des religieux qui s'arrogent le droit d'émettre une opinion politique sur un parti politique. Je ne suis pas un "laïcard", un mordu révolutionnaire, un bouffeur de curés mais, vraiment là, ces religieux se foutent du monde, des citoyens, de la République. Ce qui me met encore plus en rage, c'est d'écouter des journalistes qui ne relèvent pas l'oncongruité de cette déclaration. Que les religieux s'occupent de leurs religions (Parce que je suis poli) . J'en profite pour dire que je suis trés étonné de voir un Bouddhiste mettre son nez dans cette affaire, ce panier de crabes, alors que le bouddhisme n'est pas une religion monothéiste. Il a dû oublier quelque chose dans son enseignement. Il n'en reste pas moins, que la question qui se pose in fine, c'est : qu'est-ce qui motive ces représentants chrétiens, juifs et bouddhiste à venir au secours de l'islam? La peur comme certains me disent ou l'intérêt ? Mais alors, lequel?

          Aucun de ces représentants des différentes obédiences chrétiennes (Catholique, Protestante, Orthodoxe) n'a à ce plaindre d'être persécutées par la Laïcité aujourd'hui. Les Juifs non plus et encore moins les Bouddhistes.

           Je suis ravi de ne pas être le seul à être révulsée par cette intervention de tous ces religieux bien nourris, bien installés, vivant confortablement dans leurs prés-carrés et qui viennent donner des avis sur ce qu'il faut faire ou pas. Voici un texte de Michel Garroté dont je partage l'esprit.

Gérard Brazon  

Ils sont fous ces Français ! Michel Garroté


Hier, 29 mars 2011, en France, une étrange déclaration a été rendue publique. Cette étrange déclaration émane d’une - elle aussi étrange - « Conférence des Responsables de Culte en France ». Cette étrange « Conférence des Responsables de Culte en France » regroupe six instances responsables du Bouddhisme, des Églises chrétiennes (Catholique, Orthodoxe, Protestante), de l’Islam et du Judaïsme.

-

Je note ici - en ma qualité de journaliste catholique et laïc – un certain nombre de choses.

-

Primo, cette « Conférence des Responsables de Culte en France » a été créée, dans le quasi-secret, le 23 novembre 2010.

-

Secundo, cette « Conférence des Responsables de Culte en France », fait une déclaration, qui est rendue publique, le 29 mars 2011 ; soit quatre mois après que cette étrange « Conférence » ait été créée dans le quasi-secret.

-

Tertio, la déclaration faite par cette « Conférence » est rendue publique le 29 mars 2011, soit juste après les élections cantonales, et, juste avant le débat sur la laïcité, débat auquel d’ailleurs cette « Conférence » s’oppose ; et elle le fait clairement savoir, dans sa déclaration, rendue publique hier, 29 mars 2011. Je m’empresse de préciser que la déclaration est cosignée par un cardinal catholique français et par un évêque catholique français.

-

Quarto, cette « Conférence » regroupe six religions. Et néanmoins, elle s’appelle « Conférence des Responsables de Culte en France ». Autrement dit, il y aurait, selon cette « Conférence des Responsables de Culte en France », six grandes religions officielles en France, mais un seul culte. En effet, cette Conférence s’appelle « Conférence des Responsables de Culte en France » ; et non pas « Conférence des Responsables des Cultes en France ». Je m’empresse de répéter une deuxième fois que la déclaration est cosignée par un cardinal catholique français et par un évêque catholique français.

-

En ma qualité de journaliste catholique et laïc, je reste donc doublement perplexe.

-

D’abord, je reste perplexe, parce que d’un point de vue philosophique catholique laïc (je ne parle donc pas de théologie au sens strict du terme), il y a d’une part, le Judaïsme et le Christianisme de la Bible ; et d’autre part, les autres croyances philosophiques et les autres convictions philosophiques, qu’elles soient islamistes, coranistes, bouddhistes, taoïstes, shintoïstes, animistes, fétichistes, maraboutistes, athéistes, agnosticistes, évolutionnistes ou catastrophistes.

-

Ensuite, je reste perplexe, parce que d’un point de vue philosophique catholique laïc (je ne parle donc pas de théologie au sens strict du terme), il ne peut pas y avoir six religions au sein d’une Conférence des Responsables « de Culte » (au singulier) en France. Je connais les cultes chrétiens et leurs rites (catholiques, orthodoxes et protestants). Je connais le Judaïsme dont sont issus les religions chrétiennes et leurs cultes. Mais je ne connais ni le culte musulman, ni le culte bouddhiste ; pour la simple et bonne raison, qu’il n’y a pas de culte musulman, et qu’il n’y a pas de culte bouddhiste. Que le musulman (seul ou pas) prie à la maison, à la mosquée ou dans la rue, sa prière n’en devient pas pour autant un culte. Cette « Conférence » ne devrait donc pas utiliser le mot culte, ni au singulier, ni au pluriel.

-

Ci-dessous, voici les principaux extraits de la déclaration de la Conférence des Responsables de Culte en France. Accrochez-vous, car elle contient certaines formules mai soixante-huitardes et socialo-communistes qui pourraient vous faire grimper aux murs. Ou alors, ne vous accrochez pas et marrez-vous un bon coup.

-

(Début de la déclaration) La Conférence des Responsables de Culte en France a été créée le 23 novembre dernier et elle regroupe six instances responsables du Bouddhisme, des Églises chrétiennes (Catholique, Orthodoxe, Protestante), de l’Islam et du Judaïsme. Cette initiative est justifiée par la volonté d’approfondir notre connaissance mutuelle, par le sentiment de contribuer ensemble à la cohésion de notre société dans le respect des autres courants de pensée, et par la reconnaissance de la laïcité comme faisant partie du bien commun de notre société.

-

La laïcité est un des piliers de notre pacte républicain (Michel Garroté : quel « pacte républicain » ?), un des supports de notre démocratie, un des fondements de notre vouloir vivre ensemble (Michel Garroté : il n’y a pas de « vivre ensemble » avec l’islam). Veillons à ne pas dilapider ce précieux acquis. Il nous parait capital (…) de bien garder sereinement le cap en évitant amalgames et risques de stigmatisation (Michel Garroté : « garder sereinement le cap » de l’islamophilie obsessionnelle et laisser les musulmans poursuivre la « stigmatisation » des non musulmans en terre d’islam et même chez nous).

-

Nous signons ensemble cette tribune sans aucun esprit polémique ou partisan (Michel Garroté : sauf que cette « tribune » stigmatise le Front National et même l’UMP comme on le verra plus loin). Une parole commune nous semble néanmoins nécessaire. Notre cohésion au sein de la Conférence que nous avons fondée, est significative dans notre société française (ndmg – ah ben ça oui tu parles !). Elle a été rendue possible grâce notamment au climat de coopération instauré entre les religions, que la "laïcité à la française" et ses évolutions depuis plus d'un siècle ont permis.

-

Mais cette cohésion ne signifie pas pour autant uniformité ! Elle ne nous engage nullement en faveur d'un quelconque amalgame syncrétiste ou d’un nivellement de nos positions individuelles et celles des cultes que nous représentons (Michel Garroté : dans ce cas il faut changer l’appellation ; ce ne doit pas être « Conférence des Responsables de Culte en France » ; mais « Conférence des Responsables des Cultes en France », ou, vu que le culte musulman n’existe pas, « Conférence de Responsables de religions en France », « de » religions et pas « des » religions, vu qu’ils n’en ont retenu que six sur une bonne douzaine sans même compter les sectes). Nous travaillons ensemble dans la confiance, en intégrant nos histoires et identités respectives. Nous continuons à avoir des approches différenciées sur telle ou telle question, sans pour autant faire de nos différences des facteurs d'opposition. Nous sommes déterminés à réfléchir et à œuvrer ensemble sur la durée, en relation avec les autorités et les forces vives de notre pays, afin que le facteur religieux y soit un élément de paix et de progrès (ndmg - mdr).

-

L'accélération des agendas politiques risque, à la veille de rendez-vous électoraux importants pour l’avenir de notre pays, de brouiller cette perspective et de susciter des confusions qui ne peuvent qu'être préjudiciables. Nous en sommes conscients (ndmg – oui, on a vu…). Cela ne doit pas nous dissuader pour autant de rappeler l'essentiel quand il le faut. Nous restons très attentifs aux évolutions profondes de notre société, notamment celles qui concernent les religions, dans le respect du cadre de la République. Ces évolutions appellent parfois des adaptations voire des améliorations du cadre juridique et règlementaire de l’expression et de la vie des cultes en France (ndmg – cultes au pluriel…). Nous ne manquerons pas d’être une force positive de propositions dans ce sens.

-

Faut-il dans le contexte actuel un débat sur la laïcité ? Le débat est toujours signe de santé et de vitalité. Le dialogue est toujours une nécessité. Il a un rôle majeur dans une société libre, démocratique et respectueuse de la personne humaine. Mais un parti politique, fût-il majoritaire, est-il la bonne instance pour le conduire seul ? (ndmg – et pan sur l’UMP !) Ce ne sont ni les débats, ni les travaux qui manquent dans ce domaine ! La Loi 1905 est déjà plus que centenaire. Elle a permis d’apporter depuis lors des solutions à des questions nées de nouvelles situations et des évolutions de notre société dans un monde de plus en plus rapide. Tous les cultes (ndmg – ah, au pluriel cette fois ?) adhèrent sans réserve à ses principes fondamentaux tels qu’ils s’expriment en particulier dans ses deux premiers articles. Mais les modalités d’application de ces principes restent toujours perfectibles. Faut-il recenser tous les colloques et autres séminaires qui ont abordé en long et en large la question de la laïcité et de ses applications dans notre pays depuis des années?

-

Faut-il rappeler, dans la période récente, les travaux étendus et exhaustifs (ndmg – de quel droit, « exhaustifs » ?) de la Commission présidée par le Professeur Jean Pierre MACHELON qui ont donné lieu à un rapport sur les « relations des cultes avec les pouvoirs publics » remis au ministre de l’intérieur le 20 septembre 2006 ? (ndmg – naon, désolé, même avec un prof et un ministre, ce n’est pas « exhaustif ») Ce rapport avait abordé d’une manière approfondie les différents aspects liés à l’exercice du culte (ndmg – culte au singulier…) en France dont celui du « support institutionnel » de son exercice dans notre pays. Faut-il rappeler de même les travaux du « Groupe juridique inter-cultes » qui travaille depuis 2007, dans le prolongement des recommandations du Groupe MACHELON, au sein du Ministère de l’intérieur, et où siègent des représentants des principaux cultes ? (ndmg – cultes au pluriel…). Ce groupe a bien fonctionné et a permis la publication de plusieurs circulaires dont la dernière, du 23 juin 2010, conjointe aux Ministères de l’intérieur et des finances, aborde d’une manière détaillée à l’attention des préfets, des directeurs départementaux des finances publiques et des trésoriers payeurs généraux (ndmg – purée on croirait lire une note interne du KGB), les différents aspects liés au « support institutionnel de l’exercice du culte en France » ? (ndmg – culte au singulier…) Faut-il rappeler aussi la production intellectuelle abondante (ndmg - mdr) d’articles et d’écrits divers, ainsi que les nombreux ouvrages qui paraissent sur l’histoire, les fondements, la pratique et les perspectives de la laïcité en France ? La liste en sera longue (ndmg – à ce stade mes lectrices et lecteurs sont scotchés de rire au plafond). Elle illustre parfaitement toute la richesse et la profondeur de notre expérience française (ndmg – cocoricoooo !!!) de la laïcité (ndmg – aux a’mes etcété’a). Nous y reviendrons lors de la rencontre publique que nous comptons organiser en octobre prochain (ndmg – en octobre…donc les travaux susmentionnés ne sont pas « exhaustifs » contrairement à ce qui a été écrit plus haut par nos éminences).

-

Secouée par des crises à répétition, politique, économique, financière et morale, la période actuelle manque de lisibilité mais sans doute pas d’espérance ! (ndmg – la « période actuelle » « secouée » manque de « lisibilité », qu’y z’écrivent ; y se sont pas relus et regardés !). Le devoir de ceux qui sont « en responsabilité » consiste à éclairer le chemin et à élaborer des solutions conformes au bien de tous (ndmg – put’un de ce côté-là c’est plutôt mal barré). N'ajoutons pas de la confusion dans la période trouble que nous traversons (ndmg – j’vous l’fais pas dire les mecs). Nous militons ensemble pour une laïcité de bonne intelligence (ndmg – « nous militons », et c’est cosigné par un cardinal et un évêque…).

-

La laïcité n’est pas séparable des valeurs fondamentales que nous partageons, en particulier de la dignité et du respect de la personne humaine et de sa liberté inaliénable. Ces valeurs qui ne peuvent s’épanouir que dans la confiance mutuelle source de paix pour notre société » (Fin de la déclaration).

-

SIGNATAIRES :

Cardinal André VINGT-TROIS, président de la Conférence des Évêques de France

Avec Mgr Laurent ULRICH, vice-président de la Conférence des Évêques de France

Pasteur Claude BATY, président de la Fédération protestante de France

Avec le pasteur Laurent SCHLUMBERGER, membre du Conseil de la Fédération protestante de France, président du Conseil national de l’Église réformée de France

Métropolite EMMANUEL, président de l’Assemblée des Évêques orthodoxes de France

Avec le Métropolite Joseph, secrétaire de l’Assemblée des Evêques orthodoxes de France

Et Mr. Carol SABA, porte-parole de l’Assemblée des Évêques orthodoxes de France

Grand Rabbin Gilles BERNHEIM, Grand Rabbin de France

Avec le rabbin Moshé LEWIN, porte-parole du Grand Rabbin de France

M. Mohammed MOUSSAOUI, président du Conseil français du culte musulman

Avec M. Anouar KBIBECH, secrétaire général du Conseil français du culte musulman

Révérend Olivier WANG-GENH, président de l’Union bouddhiste de France.

-

Correspondance de Michel Garroté      

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

muller marie-claire 02/04/2011 00:04



@musulman il faudra compter aussi avec nous!!!!!là où vous  colonisez où plutôt vous envahissez,ne reigne que la terreur, le fanatisme,l'intolérance et la persécution et le mot islamophobie
a été inventé par un fanatique iranien(phobie) veut dire peur,peur de l'islam,moi vous ne me faites pas peur,vous me hérissez,vous faites tout pour qu'on vous déteste et ceci dans tous les Pays
d'Europe et jusqu'en Australie!!!Vous êtes musulman français quand ça vous arrange ETRE FRANCAIS CA SE MERITE d autres avant vous sont venus chez nous et ont été fiers d'adopter nos us et
coutumes ce que vous ne voulez pas faire! sorry!!!!!



musulman_français 31/03/2011 23:15



c'est un site islamophobe et c'est ahurissant qu'on laisse faire ça en france. je vais vous dire vous avez beau ecrire des tas d'articles critiquant l'islam, denigrant les musulmans, les
musulmans français sont là et ils faut faire avec et il faudras compter avec eux. vous pouvez rien y faire et se processus s'accelera donc espece d'hypocrite que vous etes je vous invite à faire
une introspection de vous même, de vois d'ou vien votre rascisme envers l'islam,ne pas généraliser les cas,  et on en reparlera ensuite



Nancy VERDIER 31/03/2011 21:04



A y regarder de plus près, les causes de leur refus de voir un débat s'initier sont nombreuses. Tout d'abord en utilisant cette forme "singulière" pour CULTE au lieu de CULTES, c'est une manière
de montrer qu'il existe un FRONT UNI du RELIGIEUX dans ce pays et que cette nouvelle Ligue, ne tient pas à apporter de nuances - donc de différenciations à cette notion de culte -
dans le souci bien évident de ne pas STIGMATISER (c'est le terme à la mode) un culte par rapport à un autre. Chacun protège l'autre : dans ce front sacré uni autour de D. les religieux se
protègent réciproquement. De qui se protègent-ils ??? de l'Etat laïque qui leur assure une place sereine ? Ou se protègent-ils les uns des autres, car ils se méfient les uns des autres ???
Au fond d'eux-mêmes, ils savent qu'il y a des divergences, mais ils préfèrent en rester là. Pas de guerres de religions. Les autres divergences sont sociales et politiques et ne sont pas du
domaine religieux, donc pas de leur ressort. Donc, avec l'Etat ou les politiques, le débat ne peut que porter sur des choses en dehors de la sphère de compétence strictement religieuse et semer
le trouble dans les esprits et dans leur apparente unité de façade. Concrètement : les Juifs se disent, si on interpelle les Musulmans sur le Halal distribué dans les cantines, on va nous
embêter sur le Casher. Sur le principe républicain de l'égalité, si on interdit ça, alors on est en droit de demander l'identique à toutes les religions. Dernièrement à la Synagogue de Neuilly un
membre éminent de la communauté a dit : "Je crains que le fait d'interdire la Burqua, entrainera un jour ou l'autre l'interdiction de la Kipa".  Et il n'a pas tout à fait tort - je dirai en
théorie. Pourquoi  Chrétiens et Juifs ne prennent-ils pas en considération les actes criminels dont ils sont victimes actuellement dans tous les pays musulmans ??? Parce que c'est trop lourd
à porter : on s'éloigne du religieux pour entrer dans la sphère sociale et politique. C'est la raison pour laquelle, il faudra bien un jour appeler un chat un chat, et ramener l'Islam (car c'est
bien de lui qu'il s'agit ) à sa vraie dimension : celle d'une doctrine politique et non religieuse dont l'ambition est de supplanter les autres peuples et les autres religions. Mais qui aura le
courage d'attaquer frontalement le parti islamiste déjà présent en France pour remettre les choses au carré ??? Car il ne s'agira plus de louvoyer. Mais de passer aux actes. 



muller marie-claire 31/03/2011 20:17



Faut il que les  islamo gauchistes et autres aient peur que les citoyens (s'en mêlent)pour montrer une telle frayeur; faut il que la vérité fasse peur à tous ces zombis, pour préférer
continuer à faire l'autruche et en plus empêcher aux plus courageux de libérer la parole empêchée par ce communisme du xxiéme siécle!! c'est vrai qu'en parlant librement des desseins sournois des
colonisateurs on freine leur avancée!IL FAUT OSOIR D AUTRES PAYS SUIVRONT!!!!!


 débat Français sur l'islam des dirigeant religieux protestent CBNNews.comWednesday, Mars 30,
2011RSSPodcasts1 Commentaire (s)

La dernière version d'Adobe Flash Player est requis pour visionner cette vidéo. S'il vous plaît cliquer sur le lien ci-dessous pour télécharger la dernière
version. Merci!
Intégrer: Lien:Evaluation de l'annonce
Le président français Nicolas Sarkozy est critiqué pour vouloir tenir un débat, la semaine prochaine, sur le rôle de l'islam en France.
L'objectif du débat du 5 avril, soutenu par l'UMP, parti conservateurde Sarkosy, est de discuter des traditions séculaires de la France, tout en tenant compte des coutumes
islamiques.
Cependant, des leaders religieux catholiques, protestants, juifs et musulmans protestent contre le débat.
Ils ont publié une déclaration disant que la manifestation pourrait causer de la confusion avec des troubles intérieurs au cours de la montée en puissance de l'Islam.
Un exemple - le gouvernement français affirme que le pays compte actuellement environ 751 zones de non droits - les zones musulmanes qui sont dangereuses pour les blancs et les
non-musulmans d'y entrer. Certaines de ces zones fonctionnent comme des micro-États - régis par la charia islamique.
Une commerçante française a dit qu'elle avait été attaquée à plusieurs reprises par les musulmans, parce qu'elle refuse de quitter leur région.
"Voulons-nous que nos filles doivent porter le voile à l'avenir? Voulons-nous  vivre sous la charia? Donc, nous voulons que la lapidation soit pratiquée? Non, ce n'est pas
possible. Je veux être le symbole du« non ». Le symbole de "stop",  ce que Marie-Neige Sardin a dit à CBN News!!!.
La France a officiellement séparés Église et l'État en 1905. La loi a été saluée par les chefs religieux comme une «réalisation précieuse" et "l'un des piliers» de
l'entente nationale.
Le chef de file de l'UMP, Jean-François Copé a publié une lettre ouverte aux musulmans cette semaine en disant qu'il veut un nouveau "Code de la laïcité» qui permettrait de
définir des règles sur la façon de garder les écoles publiques,  les rues et les entreprises laïques.
"La pratique de l'islam dans un pays laïque n'est pas la burqa, pas des prières dans la rue, ni le rejet de la diversité», écrit-il dans la lettre, publiée sur le site de
l'hebdomadaire L'Express.
les dirigeants musulmans en France ont dit que le débat sera plus fait pour stigmatiser  la plus grande population musulmane celle de l'europe Occidentale, estimée à au
moins 5 millions de personnes.
Le débat aura lieu la semaine avant  la loi  qui entrera en vigueur sur l'interdiction  de couvrir le visage par le voile islamique comme la burqa ou le niqab
partout dans les rues de France



henri 31/03/2011 18:37



Quand ce fatras de c* (je suis poli) est sorti,j'ai dû le lire et relire : je ne comprenais pas...


D'après mon peu de connaissances,je sais que la loi de 1905 sépare l'église de de l'état.Que cherchent-ils à faire ?


Il était question ,à l'époque d'Eglise catholique (éventuellement protestante ?)


mais certainement pas de la religion? à momo.


Mais que viennent donc fiche  dans le même bateau les Boudistes (ce n'est pas une religion) et les juifs ? plus les chrétiens .


Tous sont tués,violés,massacrés dans les pays islamiques ! 


Ils sont drogués ou quoi ???


L'islam est la religion du diable et le diable sait se faire ignorer...


Bon : il sont dansle même bateau et les bateaux ça coule...