Des tambours aux Muezins en passant par les cloches. Ou est la laïcité?

Publié le 2 Septembre 2010

Une affaire de tambours qui sonne le glas sans doute d'une certaine tranquillité dans un petit lotissement de France. Certes, c'est à la Réunion. Mais l'Île de la Réunion, c'est la France, c'est un département comme le sera bientôt Mayotte à 94% musulmane et polygames grâce à la démagogie de nos politiques.

Qu'en est-il?

Deux citoyens n'en pouvaient plus d'entendre les tambours des hindouistes tamouls portent plaintes pour nuisances sonores. On apprend au détour de l'article que les muézins des mosquées  font aussi l'appel à la prière dans notre république laïque.

Pour l’anecdote, j'imagine la vie d'un riverain à la fois proche d'un temple tamoul, avec une mosquée peu éloignée et d'une église. Tous les jours, à quasiment toutes les heures, ce riverain à l'immense privilège de suivre les différents déroulements des services religieux.

Bref, il devrait y avoir de la joie d'être si bien entouré ? Si près du seigneur ou des Dieux. Pas vraiment dirait-on ! Mais la justice Française de la réunion a jugé en son âme et conscience qu'il n' il n'y avait pas nuisance. Les deux plaignants n'ont pu qu'à aller rechercher la paix du seigneur ailleurs. C'est à dire déménager.

 

Imaginons Paris appliquant cette jurisprudence, Bordeaux ou Marseille, Lyon ou Clermont Ferrand. Le droit au silence, à la quiétude, à la vie tranquille serait aboli de facto par l'expression « tambourinante »,  « hurlante » ou « carillonnante » des diverses religion.

Notons au passage que nous sommes toujours dans une République laïque et qu'en principe, c'est l'intérêt général qui devrait primer. Il faut croire que certains départements ne sont déjà plus ou ne seront plus si laïques que ça. C'est aussi cela la France d'aujourd'hui.

GB

 

Les tambours malbars relaxés

  • publié le 1er septembre 2010
  • Saint-Denis, REUNION  
  • 
           C’est évidemment au son des tambours incriminés que les fidèles tamouls du Sud ont fêté hier matin leur victoire devant le tribunal de Saint-Pierre.
          La justice a en effet relaxé Gilbert Fulmar, président du temple de Terre-Sainte des faits de nuisances sonores qui lui étaient reprochés.

 

“Si vous condamnez Gilbert Fulmar pour ses tambours, c’est un autre Gilbert, Monseigneur Aubry, qu’il faudra bientôt condamner pour ses cloches !”, lançait hier matin le bâtonnier Georges-André Hoarau devant le tribunal de Saint-Pierre. L’avocat chargé de la défense du président du temple tamoul de Terre-Sainte avait peaufiné sa plaidoirie, véritable hymne à la diversité cultuelle de la Réunion : “Les tamouls doivent pouvoir exercer leur religion tout autant que les muezzins qui appellent chaque jour les fidèles à la prière ou les catholiques qui font sonner et résonner les cloches pour la messe de minuit”. Cependant, hier, dès le début de l’audience correctionnelle destinée à juger Gilbert Fulmar, la partie semblait déjà presque jouée pour la défense, le procureur ayant requis la relaxe. Patrice Cambérou a en effet estimé que l’infraction de nuisance sonore, pour laquelle le président du temple Pandialy de Terre-Sainte était poursuivi, n’était pas constituée. “L’intention de nuire à la tranquillité d’autrui n’étant pas présente dans ce dossier, il n’y a pas de raison d’entrer en voie de condamnation. Nous prononçons donc la relaxe”, a conclu la juridiction saint-pierroise à l’issue d’un cours débat.

“RÉDUIRE NOS TRADITIONS AU SILENCE”

           Les deux plaignants, qui avaient demandé l’intervention de la gendarmerie fin 2008 et début 2009 pour faire cesser le son des tambours tamouls de Terre-Sainte, ont donc été déboutés. Une satisfaction, un soulagement, une victoire pour tous les membres de la communauté tamoule qui étaient venus très nombreux hier matin devant le tribunal du Sud pour défendre l’un de leurs représentants. Gilbert Fulmar et les siens se disaient en effet inquiets avant que ne débute l’audience : “On veut réduire nos traditions au silence car comment pourrait-on mener normalement nos cérémonies sans tambours ni cloches ?”. Dans un courrier adressé en mars dernier au procureur de la République, le président de la fédération tamoule de la Réunion, qui regroupe 92 associations, affirmait : “Les tambours sont indispensables à la pratique religieuse hindoue. Ils servent à annoncer les temps forts des cérémonies, à communiquer avec les divinités et à éloigner les mauvaises énergies”. Et Daniel Minienpoullé de résumer : “Cette affaire sans précédent pourrait léser toutes les pratiques religieuses à la Réunion”.

“UNE AFFAIRE QUI FERA JURISPRUDENCE”

Le président de la fédération tamoule de la Réunion estimait hier que cette affaire à l’issue heureuse allait faire jurisprudence. “Le tribunal a fait preuve de bon sens. C’est un jugement hautement symbolique qui a été rendu aujourd’hui. Un jugement qui dit qu’il faut respecter les pratiques religieuses d’autrui”. De son côté, Gilbert Fulmar assure qu’il continuera de pratiquer son culte dans le respect du voisinage comme il l’a “toujours fait”. “Nous avons vraiment le souci de gêner le moins possible ceux qui nous entourent. Nous avons ainsi conclu un accord avec le lycée voisin pour harmoniser les calendriers religieux et scolaire”. Tandis que les fidèles tamouls laissaient éclater leur joie hier matin dans la rue Archambaud, les deux plaignants (des résidents d’un lotissement proche du temple) sont repartis un peu dépités du tribunal. Ils devront apprendre à vivre avec le son des tambours ou déménager

Armelle Hervieu

 

 

 

- D’autres cloches et tambours qu’on avait voulu faire taire

              En 2004, c’est une querelle de clochers qui agite le quartier de Saint-Gilles-les-Hauts. Rue Mahatma-Gandhi, un prêtre tamoul porte plainte contre son homologue voisin qui a équipé sa chapelle la Misère d’une imposante et bruyante cloche de 400 kilos qu’il fait sonner régulièrement. Mais l’histoire est très différente de celle jugée hier, car elle concerne un conflit entre deux hommes et se solde par une condamnation du prêtre. Le tribunal ayant estimé qu’il y avait manifestement de la part du prêtre de la chapelle la Misère “intention de porter atteinte à la tranquillité d’autrui par des nuisances sonores”.

              En juin 2007, c’est une affaire d’une toute ampleur qui agite la ville de Saint-André. Le maire, Jean-Paul Virapoullé, décide d’interdire les tambours à l’occasion de la cérémonie précédant la marche sur le feu. Dans cette commune connue pour être “la capitale des Malbars” de la Réunion, l’affaire fait l’effet d’une bombe. La communauté tamoule se dresse. Une pétition est lancée. Elle recueille plusieurs centaines de signatures. Jean-Claude Virapoullé explique à l’époque : “Je suis contre l’usage des tambours, en raison des nuisances sonores”. Cette décision très impopulaire marque au cœur de nombreux Saint-Andréens qui réagissent l’année d’après dans les urnes en ne réélisant pas le sénateur de droite à la mairie.

 

          

          Si le message ne passe pas auprès d'autres édiles y compris en métropole, c'est qu'ils sont totalement sourd! D'où sans doute la sympathie bienveillante que l'on peut observer par certains Maires envers les demandes si ce n'est exigences de certaines communautés. "Vous faîtes pour nous ou on ne vote pas pour vous". C'est ainsi que l'on se retrouve à Lille et ailleurs avec des Maires qui ferment les piscines municipales aux hommes à certaines heures où donne du Halal dans les cantines scolaires. CQFD

Gérard Brazon

.

 

    

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Kreol974 24/06/2015 09:56

Cherchez l'erreur :
en israel et en egypte la loi muselle Les muezzins pour cause de nuisances sonores.
En moselle une famille fait taire les cloches du village et encaissent 1.500 euros devant la justice.

A la réunion ; l'appels a la prière des muezzins ; les cloches des églises et les tambours tamoules ramènent la notion de tranquilité et de calme à un fanstasme innacessible.

Francis CLAUDE 02/09/2010 17:09



vous devez aussi savoir que la réunion est aussi un de nos plus gros pourvoyeur de Français de papier.....pour information j'habite juste en face d'une eglise du 12 ime siécle elle sonne les
heures de 7h du matin a 22h respectant les heures légales de nuisance du bruit