Des tirs dans les cités: Coup de gueule qui ne servira à rien j'imagine.

Publié le 28 Juillet 2010

Coup de gueule: Tout va pour le mieux dans notre pays. Nous allons bientôt assister à des fêtes où l'arme automatique servira de pétards et de feux d'artifices. Lorsque l'on connait le prix des munitions, on se demande ou ces braves "djeunes" innocents, vivant dans des cités difficiles et déshéritées des banlieues, trouvent cet argent. Leur maigre économie peut-être, à moins que ce ne soit leur argent de poche. Faut bien qu'ils s'amusent les pauvres petits car ils n'ont rien, ils sont au chomage, victimes de racisme et d'ostracisme, ils s'ennuient.

 

           Pendant ce temps là, on retire des policiers de la BAC menacés directement.

           Pendant ce temps là, on met en garde à vue Marie Neige Sardin qui n'est armée que de son blog, de sa détermination et de sa libre expression.

            Pendant ce temps là, les policiers sont sur les autoroutes, les nationales à pourchasser les auteurs de méfaits et de délits que sont les automobilistes.

           Pendant ce temps là, il y a 4,5 millions de français dans les cités qui souffrent et angoissent tous les jours pendant les tirs et les voitures incendiées.

 

           Ah oui, j'oubliais, il y a le régime de retraite qui va être modifié... Les djeunes s'en moquent, ils ont autre chose à faire! Ils cherchent à maitriser un territoire que les autorités politiques, policières et judiciaires ont abandonné.

        On fait la guerre en Afghanistan mais on est incapable de contrôler ces tueurs de flics et autres trafiquants que la gauche appelle encore "jeune". Pitoyable.

Gérard Brazon.

 

 

Carole Sterlé | 28.07.2010, 07h15 | Mise à jour : 08h18

De nouveaux coups de feu ont émaillé la nuit, à Sevran. Cette fois, c'est dans le quartier Cité Basse, vers 2 h 30, rue de la Boétie, qu'ils ont vraisemblablement été tirés avec une arme automatique, selon la préfecture. Personne n'a été blessé mais des vitres ont été touchées.

Le préfet de Seine-Saint-Denis Christian Lambert s'est rendu sur place. Le week-end dernier, c'est une autre cité de la ville, aux Beaudottes que plusieurs coups de feu ont été tirés, au 9 mm. Un jeune homme de 23 ans avait été interpellé après les faits.

 

Pour les autorités, ces attaques armées s'inscrivent dans la continuité d'une série d'échange de tirs pour intimider les autres, avec une rivalité entre les quartiers des Beaudottes et Cité Basse, «certainement lié à un contentieux ou maîtrise des territoires», tandis que les opérations de police, grosses ou plus discrètes, se multiplient pour mettre à mal le trafic de drogue. Depuis juin, Sevran a été endeuillé par la d'un jeune homme de 23 ans par arme à feu alors que plusieurs autres ont été blessés par balle dans la rue.

Parisien (autrefois libéré)

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article