La descente aux enfers de la Tunisie

Publié le 12 Août 2012

Comme nous l'avions déjà publié il y a quelques jours, voici un article plus précis sur la descente aux enfers de la Tunisie. Merci aux Tunisiens-Français de papiers d'avoir voté pour les islamistes. Leurs cousins vont pouvoir les maudire ainsi et surtout, leurs cousines restées là-bas en "terre d'islam désormais! Pour ma part, je ne suis pas prêt de remettre les pieds en Tunisie.

Gérard Brazon

 

L’arrivée au pouvoir des islamistes d’Ennahda, en octobre dernier, a bouleversé l’image du pays.

Un million de chômeurs sont entrés dans leur seconde année de chômage, l’industrie touristique est en détresse, et le régime trouve encore le moyen de torpiller ce qui en reste.

Les Tunisiens ont élu des islamistes, les Tunisiens de France également, ce qui est un comble alors qu’ils vivent en démocratie. Par conséquence, ils doivent assumer la situation. Aller en Tunisie en ce moment permet, en quelque sorte, de financer le gouvernement islamiste.

Si les plages et les piscines tunisiennes sont moins remplies cet été, c’est parce que les islamistes inquiètent les touristes (les bikinis et les seins nus ne sont plus tolérés). De plus, le ramadan tombant en pleine saison estivale, beaucoup de restaurants, cafés et boutiques sont fermés jusqu’au coucher du soleil. Enfin, la situation politique est encore instable, après la révolution.

Lundi soir, des actes de violence ont éclaté dans la soirée dans une mosquée au nord de la capitale entre deux groupes de salafistes.

Des témoins ont rapporté que les affrontements ont commencé lorsqu’un groupe appartenant au courant salafiste d’Al Moudakhala a rompu le jeûne dans l’enceinte de la mosquée, quelques minutes avant l’appel à la prière. D’autres musulmans, appartenant au mouvement salafiste jihadiste, ont réagi, ce qui a entraîné un enchaînement de violences allant jusqu’à l’usage d’armes à gaz. Les deux groupes salafistes se sont battus pour prendre le contrôle de cette mosquée et ont même tenté d’atteindre d’autres mosquées, selon des témoins.

Néanmoins, l’Union européenne continue à soutenir de façon inconditionnelle le régime islamiste tunisien.

Le mois dernier, 27 millions d’euros ont été offerts au gouvernement, un don qui s’étend sur quatre ans (2012-2015). Le commissaire européen, Stefan Füle, chargé de l’Élargissement et de la Politique européenne du Voisinage, a eu un entretien avec le Chef du gouvernement islamiste Hamadi Jebali. « J’ai proposé de relancer et de créer une nouvelle série de conventions dans les domaines du tourisme et des services en vue de permettre d’inciter de nouvelles entreprises européennes à investir en Tunisie et d’augmenter le flux de touristes et la mobilité de personnes dans les deux sens », a précisé le commissaire européen. (Je crains fort que ce ne soit comme d'habitude que dans un seul sens. Ndlr gérard Brazon)

L’UE a réservé une enveloppe de 400 millions d’euros pour soutenir des projets et des programmes de développement socio-économique en Tunisie pour la période 2011-2013.

Reproduction autorisée, et même vivement encouragée, avec la mention suivante et impérativement le lien html ci dessous : © Souhail Ftouh pour www.Dreuz.info

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article

jp 12/08/2012 11:20


les 400 millions € il faut les mettre dans nos industries,ils seront plus utile à nos chômeurs,pour ma part j'ai boycotté ses pays,je préfere faire marcher le commerce  FRANCAIS