Dettes et Démocratie: "Fall of the républic" ! Par Cora de la Paillette

Publié le 12 Septembre 2011


I – UN FÉDÉRALISME EUROPÉEN UNIQUEMENT PORTE PAR LE MOTEUR FINANCIER

 

 

« Le projet de nos "gestionnaires" depuis les différents traités européens est devenu progressivement perceptible : pour l’Europe se prépare un fédéralisme uniquement porté par le moteur financier.

Or, L’Histoire ne nous donne l'exemple d’aucune construction de ce type !

On ne parle plus seulement d'une monnaie unique, mais on parle de mutualiser les dettes! »   (ce que notre Etat jacobin ne le pratique même pas avec ses collectivités   territoriales) –

Et le projet de renforcement du système de garantie afin qu'elle devienne entière entre les Etats : c'est l'euro-obligation

Mais cette situation de redistribution dans une Europe composée par ne famille de peuples finira par provoquer de l'antipathie, de la division et tout ce qui peut en découler

- le "plombier polonais" en aura été le premier indice-

Notre seul garde fou contre ces apprentis sorciers restera la sagesse allemande et la cour constitutionnelle de Karlsruhe.

Cf l’analyse dans

http://lumiere101.com/2011/09/08/coup-de-semonce-en-allemagne/

II- EURO-OBLIGATIONS ET DÉMOCRATIE

Cette initiative de "mutualiser les dettes" de tous les pays européens sous-tend un autre problème, celui de la démocratie et du remodelage profond de l’architecture politique de la zone euro.

Cette analyse est exposée dans une tribune des Echos "Euro-obligations et démocratie" par Laurence Boone et Agnes Benassy
http://www.lesechos.fr/opinions/chroniques/0201616061478-euro-obligations-et-democratie-216293.php

«La crise de la zone euro s'intensifie à un point qui remet en cause les stratégies établies depuis 2010 pour faire face à la crise souveraine.
Le problème est maintenant de deux ordres : sa taille et son acceptabilité politique et institutionnelle et cela ne pourra se faire sans un remodelage profond de l’architecture politique de la zone Euro,

car , jusqu’à nouvel ordre, dans le traite actuel il est écrit que le contribuable d’un pays ne dit pas se sentir automatiquement concerné par les engagements d un autre pays (sauf accord dûment ratifié par les parlements nationaux »

- ce qui explique leurs salaires et avantages qui n’ont pas fini d’augmenter pour acheter leur soumission-!)

« une agence unique se chargerait d’émettre une dette indifférenciée pour tous les pays de la Zone Euro , les obligations étant garanties solidairement par tous les Etats membres
Donc on ne peut concevoir des Euro-obligations sans Euro- décisions : "pas d’impôts sans représentation."

Et cela suppose un droit de regard musclé du parlement européen et du Conseil sur les décisions des parlements nationaux.

Pas seulement sur le budget, mais sur l’ensemble de la politique économique !

C’est bien de cela qu’il s’agit et pas d’une mesure technique destinée à satisfaire les marchés

Si le contribuable d’un Etat membre devait obligatoirement éponger les excès d’un autre Etat membre, encore faudrait il qu’il soit associé aux décisions politiques ayant conduit à ces excès.

III- LA CHUTE DE LA REPUBLIQUE ?? (FALL OF THE REPUBLIC) ?

Dans le contexte politique et financier actuel, il est utopique de penser que cela puisse se faire sans l'adhésion des peuples,

Mais la réalité (et l’expérience) nous montrera que notre président se passera de cette adhésion y compris en la violant, comme il l’a déjà fait avec un fameux referendum et l’imposera par la force.

Cette action d’éclat lui vaudra certainement un surcroit d’impopularité qui se retrouvera dans le meilleur des cas dans l’abstention, dans le pire (pour lui) , avec son renvoi
Et ce, dans le cas où les élections de 2012 auront lieu, ce dont beaucoup doutent !

Aux USA Obama panique en voyant son rejet se confirmer et le vent financier l’emporter
Ses partisans les plus radicaux ont une attitude qui promet les pires violences.
Les syndicalistes par la voix de Jimmy Hoffa, déclarent la guerre contre ses opposants, dont les Tea Party, en les traitants de « fils de pute » ou de terroristes et autres qualificatifs qui n’ont aucune place dans une démocratie
Mais, la démocratie, dans cette affaire ??? … semble s’enfuir avec horreur !

A l’origine, les « banksters » dont les folies et dérives financières n’ont rien à voir avec le libéralisme, mais tout à voir avec l’étatisme et le dirigisme et tout à faire avec des affaires de gangsters et de mafieux , auront, avec la complicité des "hommes de l’Etat", épaulés par les médias (arrosés de subventions) réussi par un tour de passe-passe miraculeux, le hold-up du siècle, au détriment des populations - de chacun d’entre nous- !

Et c’est ce processus qu’ont décidé d’arrêter les Tea Party aux USA,
Et c’est ce qu’il faudrait également faire ici et maintenant

C’est ce qui est parfaitement décrit dans le film de plus d’une heure « FALL OF THE REPUBLIC » d’Alex Jones que vous pouvez voir sur le lien suivant : http://www.dpstream.net/film-fall-of-the-republic-en-streaming-60532.html

Cora de la Paillette

 

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Economie-Finance-Industrie

Commenter cet article

Loly 13/09/2011 14:41



Documentaire effrayant mais explicite qui ne fait que confirmer ce qui se passe ici, en Europe. A faire suivre le + possible, mais cela suffira-t'il à ouvrir les yeux de tous nos "bisounours".