Deux siècles de gloire de la Flotte de la mer Noire - Voix de la Russie

Publié le 13 Mai 2014

Le 13 mai, la Flotte russe de la mer Noire célèbre l'anniversaire de sa création il y a 231 ans en vue de protéger les frontières dans le sud de la Russie.

A l'heure actuelle, cette mission est accomplie par quelque 3000 navires : croiserus porteurs de missiles, sous-marins, navires auxilaires et de sauvetage. La Flotte regroupe en plus des avions de chasse, anti-sous-marins et porteurs de missiles, ainsi que les troupes de marine célèbres.

Tout a commencé en 1783. A cette époque, l'Empire russe a tout juste rattaché la Crimée. En dépit des guerres qui battaient leur plein, le rattachement s'est produit sans effusion de sang. La péninsule était en proie à l'anarchie et au chaos, les principules locaux menaient des guerres intestines incessantes. Ce chaos menaçait également les territoires russes limitrophes. Alors l'impératrice Catherine II a promulgué, sur le conseil de Grigori Potemkine, un Manifeste sur le rattachement de la Crimée à la Russie. La majorité de la population locale était en liesse. Par contre, ce n'était pas le cas du voisin de la Russie, la Turquie qui n'abandonnait pas depuis les tentantives pour s'emparer de la péninsule, notamment avec l'aide de ses alliés, l'Angeterre et la France.

Pour faire face aux projets turcs, la Russie devait se doter d'un argument de poids. En mai 1783, Catherine II signe le décret sur la création de la Flotte de la mer Noire. Peu après, 28 navires arrivent depuis la mer d'Azov et du Dniepr dans la baie d'Akhtiar située dans le sud-ouest de la Crimée pour former le noyau de la flotte naissante. Un autre décret de l'impératrice russe a donné à la ville d'Akhtiar le nom de Sébastopol (majestueux en grec). Deux ans plus tard, la Flotte de la mer Noire comptait déjà plus de 60 navires de guerre et de transport. La ville et le port de Sébastopol sont devenus la base principale de la flotte russe en mer Noire.

En 1787, la Turquie qui n'avait pas accepté la perte de la Crimée a lancé l'ultimatum de restituer la péninsule. L'ultimatum a été rejeté par la Russie ce qui a déclenché la guerre russo-turque pendant laquelle la Flotte de la mer Noire a connu son baptême de feu. La flotte turque qui était en surnombre a subi de cuisantes défaites.

De nombreuses pages glorieuses ont été inscrites dans l'histoire de la Flotte : la défense de Sébastopol pendant la guerre de Crimée de 1853-1856, les batailles de la guerre russo-turque. La Flotte n'a pas été prise au dépourvu par l'invasion de l'Allemagne nazie en 1941. Elle s'est vue de nouveau obligée de se battre pour défendre Sébastopol, Odessa, Nikolaïev et Novorossiïsk sur le littoral de la mer Noire. Pendant la dernière guerre, la Flotte a détruit et endommagé plus d'un millier de navires ennemis, elle a effectué des dizaines d'opérations de débarquement et a rapproché la victoire si recherchée. Le rédacteur en chef de la revue Arsenal Otetchestva(Arsenal de la Patrie) Viktor Mourakhovski note qu'à présent, la sphère de responsabilité de la Flotte ne se limite pas à la seule mer Noire :

«Dans le contexte de l'essor des systèmes d'armement modernes (de longue portée et de haute précision), la Flotte de la mer Noire n'a pas perdu son rôle de force projetant son influence loin des frontières russes. Au premier chef, c'est l'est de la Méditerranée où une escadre est déployée en permanence depuis l'époque soviétique. Des navires russes y demeurent présents : cette région revêt pour la Russie une grande importance étant donné l'existence d'une base en Syrie et le caractère explosif de la région ».

A l'heure actuelle, la Flotte de la mer Noire est en train de modernisation. Il a été décidé d'investir près de 3 milliards de dollars dans son développement. Des navires de surface et des sous-marins nouveaux dotés d'armes de pointe entrent déjà en service. Le renouveau attend, certes, la principale base de la Flotte, la ville de Sébastopol.
Lire la suite: http://french.ruvr.ru/2014_05_13/Deux-siecles-de-gloire-de-la-Flotte-de-la-mer-Noire-7350/

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique étrangère

Commenter cet article