Dhimitude: Le panégyrique du ramadan - par Nice Matin.

Publié le 24 Août 2011

A la lecture de cet article qui suit de Nice Matin, vous pouvez vous dire que l'avenir de la France laïque et républicaine s'annonce sombre pour notre jeunesse, pour notre idée de la France. Il y a parfois des moments ou c'est un certain accablement qui survient. Continuons le combat et ouvrons les yeux à ceux qui nous entourent. 

Gérard Brazon

****************************

de Nice Matin

Un mois. Ou presque. C’est la lune qui décide. Le croissant de lune, plus précisément. C’est lui qui tranche. Qui met un terme au ramadan. Ce sera le 30 ou le 31 août. Les musulmans se réuniront. En famille. Entre amis. Pour une grande fête. Plus grande encore que celle qui a lieu tous les soirs depuis un mois, au coucher du soleil. Là où les plats traditionnels, confectionnés l’après-midi même, viennent parfumer l’atmosphère et colorer les tablées. Des effluves gourmands qui font briller les yeux des enfants. Notamment quand ils accomplissent leur tout premier ramadan. Et ils sont nombreux, les jeunes, à respecter cette période… de jeûne. Dès l’âge de 8 ans. Dans la paix, dans la sérénité, avec respect. Ils sont déterminés. S’accrochent. Ils ont dû oublier le soleil, l’espace de quelques semaines. Les parties de foot avec les copains. Ils souffrent. Certes. Mais c’est une étape essentielle. C’est l’un des piliers de l’Islam. Ils sont fiers. De leur culture, de leurs valeurs. Ils sont grands. Comme leurs parents. Comme les membres d’une communauté à laquelle, aujourd’hui, ils appartiennent. À part entière.
 Ilyass, 15 ans prend les choses à cœur
Il a atteint l’âge de la puberté. Alors, Ilyass, 15 ans, fait le Ramadan comme ses parents. Tous les jours. Tout le mois.  « Il y a trois ans, je jeûnais tous les matins. L’année suivante, j’ai fait un jour sur deux. En 2010, c’était tous les jours mais pendant quinze jours. » 

Le jeune garçon, du quartier de l’Ariane, sourit timidement. Cette période est précieuse pour lui.

« C’est un pilier de l’Islam et puis ça m’aide vraiment à prendre conscience de la souffrance de ceux qui ont faim. » 

Et pour ne pas trop souffrir, justement ? « Je me repose un maximum pour ne pas me déshydrater. Je vois mes copains mais l’après-midi seulement. Je ne me suis jamais senti mal. » Et puis il réfléchit. « Même s’il faut le faire toute l’année, pendant le Ramadan on veille à manifester beaucoup de respect. A tout le monde. Quelle que soit la religion. » Ce qu’il préfère? « Les repas, le soir. Quand toute la famille se réunit autour de plats traditionnels. Nous allons aussi à la mosquée tous ensemble, avec des amis. J’aime beaucoup cette ambiance. »

Ilyass est doux, posé, courtois. Il prend les choses à cœur. Plus tard, il veut être ingénieur. « En informatique! » Il entrera au lycée Apollinaire en septembre. Juste après la grande fête de l’Aïd, qu’il attend avec impatience.
 Imaine, 9 ans : « C’est la première fois, je suis fière »

« C’est la première année que je fais le Ramadan. Le premier jour a été long, les minutes ont duré des heures. J’ai eu faim et soif.  Mais ma maman m’a dit : “Sois patiente, attends la nuit…” J’ai attendu, comme un défi. C’est un peu dur, mais je suis fière de le faire. Comme mon père, ma mère, mon grand frère, ma grande sœur. L’année dernière déjà, au Liban [pays dont est originaire sa famille, NDLR], je m’étais préparée : j’avais jeûné un jour sur deux pendant le Ramadan.  Cette année, je me sentais prête pour le faire vraiment. Je sais que c’est important dans notre religion. Et puis, le Ramadan, ce n’est pas que dur. Il y a de bons moments. J’aime quand on rompt le jeûne. Quand on partage le repas en famille. On commence par les dattes et l’eau, puis il y a la soupe.  Plus tard, je veux expliquer tout ça à mes enfants. »

 Mosquée : toujours plus d’adolescents
« Dans les années 80/90, on comptait 5 ou 10 % de jeunes pratiquants. Aujourd’hui, ils sont environ un tiers à venir à la mosquée. Parfois, les prières sont présidées par des jeunes nés dans le quartier. » Boubakeur Bekri, vice-président du conseil régional du culte musulman en Paca et recteur de la mosquée de l’Ariane, est satisfait de ces données. 

Pour lui, l’enseignement de l’Islam apporte beaucoup aux nouvelles générations. À côté de lui, Brahim Khaldi, président du comité de quartier de Bon Voyage et investi dans différentes associations, acquiesce : «Depuis quelques années, je constate que le comportement des adolescents a évolué positivement. La religion leur donne des valeurs qu’ils mettent en application. » Et pour saluer leur investissement, une remise de prix est même organisée. La nuit du 27e jour de Ramadan. Boubakeur Bekri explique : «Cette année, il y aura des ordinateurs. Pour une fille et pour un garçon. »

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

francis Claude 25/08/2011 06:19



oui Nancy oui Marie-Claire la républque nous appelle mais qui va y répondre des gens du 3ime age comme moi? ou sont les jeunes ou est et ou en est la jeunesse FRANCAISE, je ne la vois pas
beaucoup "s'indigné" et protester sur cette islamisation de notre pays!!!!



Marie-Claire Muller 24/08/2011 22:02



Bien dit Nancy il est temps de libérer parole et de nous libérer de cette horde d'imbéciles heureux qui nous ruinent et nous entravent!!LA REPUBLIQUE NOUS APPELLE!!!!!!!!!!!!!



Nancy VERDIER 24/08/2011 21:23



On n'a jamais vu une description aussi idyllique de la part de nos journaleux, pour les Fêtes chrétiennes, Noël ou Pâques. Ces Fêtes seraient plutôt tournées en dérision. Quant aux Fêtes
juives, on en parlera à peine...mais c'est tant mieux, car la religion appartient à la sphère privée. N'oubliez pas qu'il y a aussi les Fêtes chinoises, orthodoxes etc....toutes se font dans la
discrètion. Progressivement, la Laïcité va s'effacer derrière l'Islam et ce Folklore religieux - politico mielleux, si dangereux pour notre avenir. Les responsables, sont biensûr les Médias et
les politiques. J'écoutais encore tout à l'heure une émission sur la chute de Kadhafi et un expert trouvait qu'il était normal que la Charia soit prévue dans la Constitution. On banalise la
Charia.
Heureuse qu'il y ait des réactions de la part de parisiens contre la folie Delanoë, contre son Ramadan, et des réactions de la part de quelques hommes politiques (hélàs trop peu). Le combat doit
continuer. Ce qui est clair pour moi aujourd'hui, c'est que la Laïcité n'est pas le souci premier de nos Zélites BoBos. Ce ne sont pas des Républicains.
Il faut vraiment les FOUTRE DEHORS TOUS = UMPS dehors, vous ne respectez pas vos engagements. Le PEUPLE ne peut l'admettre. Un jour il se révoltera pour sauver ses traditions, son
histoire, sa culture, ses Lois, sa République laïque.



Gérard Brazon 24/08/2011 22:36



Je partage



Epicure 24/08/2011 19:58



On aurait aimé que nso journaleux s'intéressazssent autant au complexe (trop apparemment?) Judaïsme (et ses pratiquants)....Pourquoi croyez vous qu'ils ne passionnent pas?


Je crois le savoir.... mais vous le demande d'abord, ...pour voir si je me trompe!!!!!!!!!!! et ne pas paraître ridicile...


C'est parti..!


Merci



Gérard Brazon 24/08/2011 22:37



Vous avez la réponse puisque vous posez la question (sourire)