Dhimmitude: Je pensais que la Suisse était un pays libre !", dit Oskar Freysinger

Publié le 29 Mai 2011

de Poste de Veille signalé par Marie Claire Muller

Craignant des violences musulmanes, la commune de Savièse refuse d'accueillir Geert Wilders qui avait été invité par Oskar Freysinger. C'est ce que les experts américains du Premier amendement appellent l'inacceptable «véto des voyous».

La commune confirme la pertinence du message de Geert Wilders. Elle affirme que les musulmans de Savièse sont des voyous incapables de contrôler leurs pulsions violentes et représentent une menace pour la sécurité d'autrui.  

Oskar et dubuis
Oskar Freysinger, apostrophe Michel Dubuis, president de la commune de Saviese alors que celui-ci informe la presse sur le refus de recevoir le politicien neerlandais Geert Wilders dans son village. (photo: Keystone)

Lire aussi :
Suisse : la projection prévue du film Fitna de Geert Wilders embarrasse le Valais (Voir sur mon blog série vidéo note de Gérard Brazon)
USA : les autorités qui ont censuré le pasteur Terry Jones sont la risée des constitutionnalistes
______________

Oskar Freysinger est furieux. La commune de Savièse refuse d'accueillir, samedi 11 juin, sur son territoire, le controversé politicien néerlandais Geert Wilders que l'UDC avait invité.

Les autorités de Savièse ont estimé, après «une évaluation des risques», que la venue de Geert Wilders le 11 juin dans leur commune représentait un trop grand danger. Elles l'ont annoncé, jeudi 26 mai en début d'après-midi, après avoir reçu hier une demande officielle d'une association islamiste à manifester à Savièse le même jour, indique la radio Rhône FM. Le parlementaire néerlandais avait été convié par Oskar Freysinger à venir s'exprimer sur «l'islamisation de l'Europe» lors d'une soirée à la Halle des Fêtes à l'occasion du lancement de la campagne électorale de l'UDC du Valais romand.

Président de l'UDC du Valais romand, Oskar Freysinger a qualifie la décision d'injuste, rapporte Rhône FM. Pour lui, c'est «le début de la fin des démocraties occidentales» qui «piétinent un principe fondamental qui est la liberté d'expression».

Contacté par «20 minutes», le Conseiller national confirme être sidéré par la décision des autorités du village où il réside. «Je ne pensais vraiment pas qu'il allait interdire la venue de Geert Wilders. Le président de la commune, le socialiste Michel Dubuis, connaissait depuis le 19 mars l'identité de la personnalité invitée. Peut-être n'a-t-il pas réalisé qui était Geert Wilders et pas eu le réflexe de se renseigner?», note Oskar Freysinger.

Et de s'offusquer: «Les autorités ont plié après l'annonce d'une manifestation de musulmans du Conseil central islamique suisse (CCIS), un organisme présidé par le Biennnois Nicolas Blanchot. C'est un comble! Quand ce sont des extrémistes musulmans qui se rassemblent en Suisse, comme à Bienne, ils peuvent le faire. Quand c'est Freysinger, un élu fédéral, qui invite quelqu'un au discours certes musclé mais qui est un élu d'un pays démocratique, à venir s'exprimer, on l'interdit! Moi qui pensait que l'on vivait dans un pays libre, je suis effaré!».

La section locale du parti agrarien n'entend toutefois pas renoncer à recevoir Geert Wilders en Valais. Jeudi matin à 10h, elle a trouvé une solution alternative en louant une salle de 220 places au centre de conférences Giroud, à Sion. Le propriétaire de la salle indique espérer que la venue de Geert Wilders «se passe dans le calme».

«La salle de la Cave Giroud est beaucoup plus petite que celle de la Halle des fêtes de Savièse. On va passer d'une capacité de 1000 places à 220! Il faudra réfléchir si cette soirée privée se fera sur invitations. Pour la sécurité en dehors de la salle, ce ne sera pas mon problème», relève encore Oskar Freysinger. [...]

Source : 20 Minutes, 26 mai 2011

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique étrangère

Commenter cet article

Nancy VERDIER 29/05/2011 23:19



Cela ne m'étonne pas du tout. En Suisse, on ne veut pas faire de vagues. Et comme l'association islamiste est dirigée par un Suisse, un enfant du pays, on préfère ne pas laisser place à Geert
Wilde, Hollandais et ami d'Oskar. Les Suisses du Valais, sont essentiellement d'origine paysanne, des gestionnaires de lopins de terre, de vignes et de patrimoines touristiques et
immobiliers. Ce ne sont pas des altruistes. Dans le cas présent, c'est leur intérêt immédiat qui prime. Les dangers de l'Islam ??? On est si bien en Valais, on ne risque rien..on verra bien.
Pas de vision politique à long terme. Et le politiquement correct, ça y va. Tout sourire, toute gentillesse avec Khadafi (comme Sarko) et les fonds saoudiens, il ne faut pas les
perdre (comme Christine Lagarde). Le vent a tourné pour les pays arabes en "voie de démocratisation" alors on croit que Freysinger en fait de trop. Et puis quelle horreur : le film
Fitna assimile l'Islam au nazisme. C'en est trop. On leur rappelle leurs vieilles amitiés. (Pendant la guerre, en effet, la Suisse n'a jamais traité l'Allemagne nazie
comme un ennemie, puisqu'elle était "neutre". Les banques suisses ont même hébergé l'or nazi).
C'était pourtant bien parti. Les gens de Savièse avaient estimé que le film pouvait être projeté et les associations antiracistes avaient dit qu'elles ne déposeraient pas plainte (cela aurait été
un comble si elles l'avaient fait). Alors pour finir, deux Valaisans suffisent à faire échec à la démonstration d'Oskar et de Geert : un islamiste natif du pays et un collabo. sans
envergure, en la personne de M. Dubuis. La manifestation va se replier sur une plus petite salle à Sion. Oskar Freysinger et l'UDC doivent prochainement étudier une nouvelle "initiative" sur
la limitation de l'immigration et la renégociation de la libre circulation avec l'UE.



berlaine 29/05/2011 18:29



Qui disait "La démocratie je m'en  sers pour mieux l'étouffer".?


Celui qui répond a gagné.!



Claude Germain V 29/05/2011 12:35



Encore un Socialo-collabo qui se déculotte devant des menaces étrangeres .Grave ,trés Grave .