Dieudonné est-il antisémite ? C'est même son fond de commerce - Par Gérard Brazon

Publié le 31 Décembre 2013

Dieudonné est-il antisémite ? Dieudonné se marre en public, il se moque des politiques, de Manuel Valls et il a bien raison. Plus le temps passe et plus Dieudonné gagne du terrain. Sur la piste des horreurs il est devenu une étoile.

Gérard Brazon3 Par Gérard Brazon

Et puis cette quenelle ? Salut nazi à l’envers ou doigt d’honneur au système façon bras jusqu’à l’épaule comme l’affirme Soral ? Dieudonné serait-il devenu un adepte du fist aux médias de la bien pensance et du personnel politique ?

Dieudonné ne craint pas grand-chose parce que depuis quelques dizaines d’années, il y a une forte immigration constante, régulière, tournée en particulier vers une population qui considère les juifs comme étant leur ennemi. Une population qui vote surtout à gauche et a voté pour François Hollande en 2012. « Au jour du jugement dernier, même la pierre dénoncera le juif caché derrière elle » annonce les écrits de ces adeptes de l’islam.

Car il faudrait être bien sot, bien-pensant, pour ne pas comprendre que l’antisémitisme est lié à la montée en puissance de l’immigration. Mais qu’importe au fond pour cette gauche ?

Cet antisémitisme n’a plus rien à voir avec celui de l’extrême-droite d’antan, celui d’avant-guerre. Certes, à droite il y aura encore des antisémites mais pas seulement à droite. Il y aura encore quelques débiles pour proférer des insanités contre les juifs. Ancien syndicaliste, c’est parmi les adhérents des syndicats rouge, que j’ai entendu le plus de propos antisémites. Mais ces propos pouvaient-être considérés comme simplement idiots si ce n’est sans importance, au regard de ceux que l’on a pu entendre Place de la Concorde face à des policiers qui n’ont même pas réagi.

On peut crier « mort aux juifs » sur une Place publique mais surtout ne pas faire d’allusions dégueulasses sur la scène d’un théâtre.

Dieudonné est le produit de cette gauche bien-pensante. Il a explosé aux visages des créateurs de la lutte contre le racisme.

Dieudonné n’est pas de droite, il n’est pas d’extrême droite mais il est probablement antisioniste comme ce Front de Gauche d’aujourd’hui, celui  de Mélenchon, cette gauche qui aime bien ce mot antisioniste pour éviter de se retrouver devant les tribunaux pour antisémitisme.

Dieudonné est le produit de cette intelligentsia bien-pensante.  Il  lui a échappé et vit sa vie comme il l’entend, c’est-à-dire en se moquant des rites, des leçons apprissent dans les couloirs de l’antiracisme pour peu qu’il ne soit pas blanc.

Dieudonné est noir, et alors… s’il avait été blanc cela aurait-il été la même affaire ? Les mêmes cris, la même horreur, le même discours écœuré ?  Mais il est noir et dans ce pays, il est impossible de traiter de raciste un noir. Plus difficile que si cela avait été un blanc !

Nous voici manifestement devant un noir qui est juridiquement raciste et foncièrement antisémite. Le chevalier Manuel Valls va donc monter sur ses chevaux (blancs ou noirs ?) pour tancer le vilain. Mais Dieudonné s’en moque, il se marre et pire, il lui fait une quenelle d’honneur au bougre de Ministre.

Il va falloir que les politiques fassent le ménage dans leurs discours et commencent à réfléchir aux conséquences de leurs politiques immigrationnistes. De droite comme de gauche, ces politiciens ont fait sauter des repères essentiels à commencer par ceux naturels de nos frontières, de la culture française, de l’histoire de France et de la priorité à l’idée d’appartenance à la nation.

Dieudonné n’est pas un imbécile. Pour autant, il est le sous-produit de cette sous culture de la gauche bien-pensante qui n’offre pour tout horizon que l’abaissement de la France, la culpabilisation et la repentance permanente. Il en a profité pour faire son trou.

L’immigration, le plus souvent antisémite par essence, du fait de la religion, ne peut aboutir qu’à des phénomènes de violences contre les français de confession juive. Il est d’ailleurs assez curieux que ces mêmes français juifs ne dénoncent pas eux-mêmes et clairement les véritables responsables qui n’ont rien de germanique. Bien au contraire, ils persistent à n’y voir que de pauvres victimes alors même qu’ils sont en puissance, de potentiels bourreaux si la situation démographique devait évoluer en leur faveur. Là-dessus, vient les appels à des manifestations de français juifs devant le théâtre du mise à l’index. Vous avez dit manipulation ?

Dieudonné réalise des interviews à l’étranger. En Algérie, en Iran. Il y déclare son islamophilie, son grand respect de l’islam, ce « souffle de liberté ». Merci pour les Chrétiens d’Orient ! Il y dénonce l’islamophobie.  Bien sûr, il se répand sur Israël, le bouc émissaire facile qui permet de déclarer un antisémitisme de fond. Son copain Soral lui donne un coup de main (de quenelle?) en l’approuvant.

Dieudonné est de gauche. Il l’est encore. Fidèle à cette idéologie: haineuse, égalitariste, pseudo humaniste, bouffie d’arrogance, antisémite et prête à tuer. Ce qui n’interdit pas l’élitisme… de gauche. On peut même être un juif de gauche. C’est bien vu à la télé et dans les ministères. 

Dieudonné est un enfant de la « socia-lie ». Un pur produit de l’engeance qui nous gouverne. Pensez-vous vraiment que l’on verra la génitrice tuer l’un de ses petits. Bien sûr que non…

Gérard Brazon (Puteaux-Libre)

Quenelle-a-Poitiers.jpg-

Quenelle-antisemite.jpg

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Du côté des médias

Commenter cet article