Discours victimaires des musulmans de Gennevilliers.

Publié le 3 Août 2012

Partis pour encadrer des enfants, lors d’un séjour sportif dans les Landes, Samir, Moussa, Nassim et Mehdy, ont été suspendus par leur employeur, la mairie de Gennevilliers. Avoir observé le jeûne leur aura coûté leur place. 

En effet, le premier jour du Ramadan, après avoir appris qu’ils jeûnaient, leur responsable a décidé de les suspendre de leur fonction, en brandissant l’article 6 de leur contrat de travail qui stipule l’obligation de se restaurer et de s’hydrater. 

Ils «  n'ont pas respecté, en cours de séjour, les obligations de leur contrat de travail, pouvant ainsi mettre en cause la sécurité physique des enfants dont ils avaient la responsabilité», avait justifié la mairie dans un communiqué.


Interdiction de jeûner

« Ce défaut d'alimentation et d'hydratation pouvait conduire ces agents à ne plus être en pleine possession des moyens requis pour assurer le bon déroulement et la sécurité des activités du séjour, ainsi que la sécurité physique des enfants dont ils avaient la charge », avait jugé la municipalité. 
Elle rappelait d’ailleurs que l'article 6 de leur contrat avait été mis en place après l’accident d’une animatrice qui avait jeûné, il y a trois ans. Au volant d’un véhicule, elle avait eu un malaise et deux enfants avaient été blessés, rapporte la mairie. 

Une fausse excuse pour Maitre Mohand Yanat, l’avocat des animateurs suspendus qui avaient l’intention de porter l’affaire en justice. « On a déguisé les choses. Ce n'est pas l'état de santé qui dérange mais le fait de pratiquer le ramadan », a-t-il jugé. 
La communauté musulmane aussi s’est sentie, une fois de plus, visée par une décision discriminante apprise par voie de presse le 30 juillet.
Le Conseil français du culte musulman (CFCM) avait même envisagé de porter plainte pour discrimination contre la mairie dénonçant comme la Grande Mosquée de Paris, une atteinte à la liberté religieuse.(...)

Il est vrai que, de nos jours, certains politiciens de gauche, à l’image de la sénatrice Françoise Laborde, membre du Parti radical de gauche (PRG), à l’origine de la loi interdisant le port du voile aux nounous, n’hésitent pas à surfer sur une laïcité rigoriste… aux dépens des musulmans. 

Incompréhensible pour une gauche qui défend des valeurs de tolérance d’autant plus que les musulmans votent en majorité pour elle

Pour protester contre une stigmatisation de plus, la communauté musulmane s’organise. Une manifestation et la rupture du jeûne devant la mairie de Gennevilliers sont prévues samedi 4 août.
 
****
Réponse excellente à l'auteur de l'article Madame Maria Magasssa-Konaté par Danièle Bordet.
Quand on se prétend journaliste et quand on est censé en respecter les règles déontologiques, la moindre des choses est de faire une enquête sérieuse au lieu d'asséner des poncifs politiquement-corrects et autres mensonges bien-pensants.
De quel "tollé" parlez-vous? Les courriers des lecteurs de la presse ( toutes couleurs politiques confondues) suite à la décision première de suspendre les animateurs montrent qu'une grande majorité des Français approuvaient la réaction première du maire de Gennevilliers car les animateurs étaient en faute par le non respect du contrat de travail, le risque de mise en danger des enfants qui leur étaient confiés et le non respect de la laïcité.
Cessez de répéter votre mantra vide de sens : "discrimination", "stigmatisation", "marginalisation" et faites un effort d'analyse d'une situation intolérable pour tout esprit cartésien, laïque et fidèle aux valeurs républicaines.

Et puis, surtout, sachez qu'une majorité de Français ne se sent absolument pas concerné par cet obscène et grotesque mise en scène communautariste nommée "ramadan", qu'ils affirment avoir le droit de le critiquer haut et fort sans être immédiatement qualifiés de "racistes", qu'ils revendiquent la supériorité de nos Lois et refusent l'application de la Charia, quelque soit la forme qu'elle revêt.
Il n'y a pas de "laïcité rigoriste"comme vous l'écrivez à la fin de cet article! Il y a la Laïcité! Et c'est à elle que rêvent des millions de femmes humiliées, violentées, soumises en terre d'islam. Et c'est elle qui aurait pu faire obstacle à l'horreur et aurait protégé ce jeune couple lapidé ces jours derniers au nord du Mali. Alors,aujourd'hui, qui est stigmatisé, qui est marginalisé, qui est discriminé, qui est maltraité, qui est malmené? Une seule réponse : l'Ordre Républicain!

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Histoire d'Islam

Commenter cet article

L'EN SAIGNANT 03/08/2012 17:36


COMMENTAIRE APPROUVÉ, PARFAIT. !

island girl 03/08/2012 17:05


Les parents non islamistes devraient se renseigner avant de confier leurs enfants à n'importe qui !

Gérald 03/08/2012 15:12


Il est temps de déjouer cette "victimisation" systématique que l'on nous sert à chaque fois que l'on tente de réagir aux actes "Islamo-agressifs".


Lire l'article ci-après pour comprendre ce qui se passe en france :


http://www.fn78-1.fr/article-face-a-la-victimisation-restons-islamo-realistes-108743632.html

la 03/08/2012 13:35


que les parents retirent leurs enfants de cette colo, ou sous condition que l'animateur ne pratique pas le jeûne ,n'en déplaise à tout ses illuminés.

pam25 03/08/2012 10:13


BravoMadame Maria-Magassa Konaté pour votre courage à dire la vérité.Cordialement

Yves iMBERT 03/08/2012 09:43


Le sieur COPE qui ne voit pas de problème de diminution des capacités par le Ramadan a éliminé une des arguties favorites des agresseurs musulmans quand ils se retrouvent devant un juge idéologue
immigrationniste et anti-France: "je n'avais pas toute ma tête à cause  du Ramadan"


En réalité je ne vois pas comment il est possible sans conséquences de rester sans boire sous le sotoute la journée leil  puis toute la nuit bâffrer comme un cochon en gueulant comme un âne