Drame d'Echirolles. Beaucoup de questions sans réponse...

Publié le 3 Octobre 2012

Nous savons maintenant que les deux jeunes morts à Echirolles étaient musulmans. Ce qui explique j'imagine, la présence de François Hollande dans les jours qui ont suivi et les réflexions des habitants hurlant qu'ils avaient voté pour lui. (93% de vote musulmans). Imaginent-ils que cela leur donne plus de droits? Ou d'attentions?

Cela n'enlève rien au drame mais il est curieux que dès le départ, le focus fût fait sur les deux victimes qui étaient de bons et de braves enfants sans histoire assassinés pour un regard. Aujourd'hui, il semble qu'il y ait eu plus qu'une seule bagarre pour ce regard. En fait, c'est lors d'une troisième bagarre que les deux victimes furent assassinés sauvagement. Cela interroge tout de même sur la façon dont les faits ont été révélés. Que s'est-il vraiment passé? Pourquoi cette réduction en un instant fatidique alors même que ce regard avait provoqué déjà deux bagarres avec des blessés. Une affaire très curieuse finalement.

Gérard Brazon

****

Abbé Alain René Arbez

En 2011, à l’intérieur du lycée du Kremlin-Bicêtre, près de Créteil, Ismaël avait planté son couteau dans la poitrine d’Hakim. Tous deux avaient 18 ans, tous deux étaient musulmans. Hakim était mort de ses blessures.

Les officiels ont dénoncé cette violence avec le langage convenu habituel. Le proviseur a fustigé la banalisation de la violence chez les jeunes. Le président Sarkozy lui-même avait fait allusion à cette tragédie en déplorant les effets de la « nature humaine ». Là est le problème !

Ce genre de crime odieux n’est pas, en tant que tel, un simple symptôme de la « nature » humaine, mais beaucoup plus le résultat d’une « culture » spécifique liée aux traditions islamiques.

Si Hakim était allé prendre à partie Ismaël, c’est en tant que frère d’une jeune fille que ce dernier avait abordé à l’intérieur du lycée. Youssouf, un témoin, le précisait : « Ismaël tournait autour de la sœur d’Hakim. Hakim ne l’a pas supporté et il l’a fortement rudoyé, alors Ismaël, vexé, l’a agressé avec son couteau ».

Jean-Paul Huchon, président socialiste de région, affirmait aussitôt : « N’en faisons pas une affaire de sécurité publique, il s’agit là d’un affrontement purement personnel…»encore une fuite en avant face à la dangereuse logique qui régit la promiscuité en islam et la codification des relations humaines là où la population musulmane devient majoritaire.

Nous sommes là sur le même terrain sensible que celui qui conduit aux « crimes d’honneur » en terre d’islam, mais aussi parfois dans des sites européens de forte immigration musulmane, là où des jeunes sont tiraillés entre deux cultures et où le besoin identitaire radicalise de plus en plus les comportements.

On pourra ainsi voir un frère tuer sa sœur tombée enceinte, parce qu’elle déshonore la famille. Ou un père assassiner sa fille parce qu’elle fréquente un infidèle, ou encore un frère aîné insulter ou attaquer physiquement un jeune homme parce qu’il a adressé la parole à sa petite sœur. Ces pressions, y compris dans l’environnement occidental, ne peuvent que conduire à des catastrophes de ce genre, puisque par allégeance aux injonctions coraniques, des hommes « ordinaires » peuvent ainsi se transformer en bourreaux ou en assassins.

Le massacre de deux jeunes à coup de couteaux par une bande d’Echirolles ces derniers jours – qualifié d’ « acte ordinaire » par le préfet – est encore une fois de plus l’illustration de cette culture violente spécifique de certaines populations et de certains quartiers, mais aussi la démonstration inquiétante qu’à droite comme à gauche les autorités de l’Etat banalisent au maximum les faits graves de ce genre, dans un déni conditionné par la peur de l’embrasement.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Abbé Alain René Arbez pour www.Dreuz.info

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Faits Divers- Sociétés

Commenter cet article

pam25 03/10/2012 19:00


Vous avez entierement raison Rosalie.La seule solution est l'éxpulsion dans le pays de leurs ancêtres.

rosalie 03/10/2012 16:26


II y a quand même des réponses à ces questions mais on ne veut pas les formuler. La plupart des agressions sauvages est faite par des voyous d'origine
maghrébine qui ont compris depuis longtemps qu'ils sont intouchables, on les a victimisés à outrance et où qu'ils soient, quoiqu'ils fassent, la société leur trouve des excuses. Ce sont des gens
violents, je dirais presque que c'est dans leur gêne, la violence leur sert de dialogue. Mais cela dure depuis des décennies et personne n'a jamais voulu voir le problème en face. Il y a 20 ans
déjà les maghrébins dans les collèges menaçaient de faire venir leurs frères ou leur bande à la sortie pour casser la figure à ceux qui ne se soumettaient pas à leur loi. Ils rackettaient,
volaient, intimidaient et cela au nez et à la barbe des proviseurs, des conseillers d'éducation, des professeurs, des surveillants. Tout ce beau monde majoritairement de gauche ne voulait pas de
vague et il fallait se taire quand ces graines de voyous menaçaient ou dégradaient. Nous sommes maintenant dans une nouvelle phase, beaucoup plus violente. Avec l'acceptation de la religion
rétrograde qu'est l'islam, de plus en plus présente et pressante, ces voyous sont devenus des assassins en herbe puis de vrais assassins. Cette religion sectaire, non contrôlée leur a mis dans la
tête qu'ils étaient les élus et que les mécréants devaient être éliminés. Bien sûr, ils s'éliminent entre eux parfois mais la plupart du temps ils s'attaquent aux autres, ceux qu'ils détestent et
par manque de courage le font en bande. Ouvrez les journaux, vous verrez que ce sont eux qui tuent, volent, attaquent, ils sont pratiquement toujours connus de la police, ce qui est quand même
stupéfiant, et toujours en état de nuire. Ils égorgent comme ils égorgent les animaux, ce sont des barbares, impossibles à éduquer quoiqu'on veuille nous faire croire. Ce ne sont pas les
mesurettes prises par le PS qui vont éliminer le problème. Il faut que nous nous défendions et demandions des comptes en ce qui concerne les actions mises en oeuvre. Cela ne suffit pas de se
déplacer pour consoler les familles ou d'organiser des marches blanches qui ne servent à rien. Il faut de la répression! Qu'en est -il de tous les autres crimes commis aux quatre coins de la
France? on n'en n'entend plus parler, les coupables ont-ils été arrêtés? emprisonnés? Un jour, ils réapparaitront et recommenceront.


D'ailleurs le premier coupable de cette scission dans notre pays est François Mitterand qui, parce que la victime était maghrébine, s'était déplacé pour lancer une rose dans la Seine. Hollande
réitère, il se déplace pour montrer qu'il n'oublie pas ses électeurs, c'est lamentable!

Yves IMBERT 03/10/2012 15:49


Embrasement, lequel, celui des arabo-musulmans assistés et pleunichards ou celui des FDS excédés par les agressions tant phisiques que fiscales

Yves IMBERT 03/10/2012 15:47


il est clair qu'un indigéne de France blanc et chrétien outre non assisté ne fait pas partie de la communauté préfèrée de la classe dirigeante  islamo-marxiste c'est tout au plus le pigeon à
plumer pour reprendre le terme en vogue

DURADUPIF 03/10/2012 15:44


Tout est lié avec la RATP. Ils ont les yeux fermés et ils ne veulent pas voir. Ca "pètera" à des figures !

Dorothée 03/10/2012 15:16


FH de suite à Echirolles, FH 2 mois après pour les gendarmes femmes tuées. Chercher l'erreur