Droite/gauche même combat de destruction de l'éducation nationale!

Publié le 2 Mars 2013

Un échange entre Boulevard Voltaire et Olivia Millioz Responsable associatif SOS Education

À l’heure où le gouvernement socialiste endort les Français avec le futur raccourcissement des vacances d’été, Olivia Millioz, porte-parole de SOS Éducation, jette un pavé dans la mare : l’urgence est ailleurs.

Le ministre de l’Éducation nationale, Vincent Peillon, a lancé son projet de réforme des rythmes scolaires. Est-ce réellement la priorité pour sauver l’école française ?

La loi de refondation de l’école est en pleine discussion, nous étions donc légitimement en droit de nous attendre à ce que celle-ci s’attaque au cœur même du sujet. Or elle l’élude totalement ! Aujourd’hui, le principal souci de l’école française est l’enseignement de la lecture et de l’écriture. Chaque année, le système français pousse près de 120 000 enfants jusqu’au collège, dont 40 % ne savent ni lire ni écrire correctement. C’est d’ailleurs l’un des plus importants taux d’échec parmi les pays de l’OCDE. S’attaquer aux rythmes scolaires est certes une bonne chose, mais une réforme de profondeur dans la manière d’enseigner m’aurait paru sans doute plus importante. Les lois de refondation de l’école n’ont lieu qu’une fois tous les huit ans en moyenne, il serait idiot de laisser passer cette opportunité.

Que préconisez-vous ?

Il faut transmettre aux professeurs un nouvel art d’enseigner, et ce en revenant à la méthode syllabique dans l’apprentissage de la lecture. Celle-ci est appliquée depuis quinze ans en Grande-Bretagne et a depuis porté ses fruits ; toutes les études internationales ont démontré son efficacité et sa supériorité. Mais comme aucun gouvernement n’a jamais osé s’aventurer dans cette réforme, la situation se sclérose, et désormais le malaise est tel que les professeurs ont une peur panique d’avoir des classes de CP ! Pourtant, dans l’art d’enseigner, apprendre à lire et à écrire devrait être l’une des plus belles choses à réaliser…

De surcroît, pour légitimer l’échec scolaire, on a aujourd’hui tendance à qualifier beaucoup d’enfants de dyslexiques. Or les orthophonistes sont unanimes : 95 % des enfants qu’ils reçoivent en cabinet n’auraient jamais franchi le pas de leur porte s’ils avaient appris correctement.

Dans votre constat, droite et gauche semblent avoir la même responsabilité…

Oui, les deux côtés de l’échiquier politique doivent admettre qu’ils ont échoué depuis des décennies. Il est extrêmement dangereux pour n’importe quel ministre de l’Éducation de mettre le sujet de la lecture sur la table en France, sous peine de risquer son poste. Et c’est là que le bât blesse ! Les gouvernements successifs ont donc eu des œillères durant des années et ont suivi à tort l’avis de certains bastions idéologiques qui considèrent que toutes les méthodes se valent. Quant aux syndicats, on les entend beaucoup sur la question des rythmes scolaires, mais sur le contenu des enseignements jamais ! À terme, cette inertie française sera dangereuse ; la France est aujourd’hui en-dessous de la moyenne européenne au dernier classement PIRLS (sur les compétences en lecture des écoliers). Il est grand temps d’agir !

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

L'EN SAIGNANT 03/03/2013 16:53


Lorsque l'on constate à proximité des Collèges excentrés, les interminables et scandaleuses divagations des jeunes, autorisés par leurs parents, sur l'incitation "intéressée" des Principaux, à
sortir du Collège lorsqu'ils n'ont pas cours (Trous dans l'Emploi du temps ou Profs absents), les intentions actuelles du Ministre de l'E. N. laissent pantois .... ! Au lieu de tout désorganiser
et en rester aux 2 mois entiers de vacances d'été, organiser des permanences obligatoires pour que lesdits "divagants" y apprennent leurs leçons et fassent leurs devoirs, ne serait-ce pas plus
rationnel .?  Cela ne fera qu'étirer les heures perdues sans cours, alimentera et développera la culture  de la fainéantise et la baisse de niveau, développera la délinquance juvénile.
En fait c'est là la politique inavouée des Peillon-Taubira-Hollande METTRE la FRANCE "à GENOUX" devant ses nouveaux-futurs maîtres voilés et le cul en l'air 5 fois par jour.! Je suis de la
génération des anciens cours complémentaires où dans certains Établissements privés, malgré les 3 mois pleins des Vacances d'Été, on préparait le Brevet Élémentaire (et, c'était autre chose que
le BEPC actuels croyez moi ... !) en 3 ans et nul n'en est mort ... Mais, après, quel punch dans la vie .... !

lenibou 03/03/2013 04:43


La destruction de l'enseignement est voulu.Ce qu'il cherche c'est de pouvoir réner sur un peuple de moutons de panurge,a  l'image de l'islam.


D'un coté les "pachas"et de l'autre les moutons.

aupied 03/03/2013 04:02


malheureusement ça ne changeras pas , car tout ce voit les profs et instis,( ce n'est plus l'amour du travail bien fait non ? ) c'est l'assurance du travail , les vacances , et les jours de
maladies payez , sans oublier 1 seul jour de carence pour eux (et nous 3) ou est l'égalité , ces gens se plaignent sans arrêt qu'ils ne gagnent  pas beaucoup , mais regardez les avantages
sociaux qu'ils ont par rapport aux autres travailleurs , et en plus ils on le courages de se plaidrent que la vie est chére , mais pour les autres aussi ( le prix du camenbert est le même pour
tous) l'enseignement actuel n'a plus rien a voir avec l'enseignement d'antant . je me souviens , quand j'allais a l'école nous avions tout les matins la leçon de moral , maintenant ou est-elle la
moral ??? ça n'excite plus  , continuez messieurs du gouvernement a nous laisser envahir , et vous verrez la continuiter de la perte de toutes nos valeurs Française ( HISTOIRE ) 

Epicure 02/03/2013 20:43


Importer le plus au fond du panier des sub sahariens déjà identifiés comme ayant 20 points de QI de moins que les Européens ne peut pas améliorer le niveau scolaire français...


Combien d'européens dans ces analphabètes et combien de sahariens sub sahariens?


Opar ailleurs, si ce ne sont les enseignats recrutés depuis 40 ans parmi les plus tordus et faibles niveaux  des universiités, (en 1984: Aggrégations obtenues avec des 8/20...!!!???)pourquoi
le niveau d'orthographe, grammaire et sémantique est il si bas? Même chez les Européens? Les Journalistes justement, qui en font Métier?????