DSK: un tête à queue suspect! Incorrigible ou piégé? (suite)

Publié le 24 Mai 2011

Voici le flash du Figaro de ce matin. J’ai pu entendre également sur France Inter que Madame Diallo avait craché sur la moquette et sur le tapis après une fellation forcée. Ce qui expliquerait sans doute pourquoi il y aurait du sperme sur son col et ses vêtements. Forcée dit-elle ? Je m’interroge pourtant en tant qu’homme tout simplement. C’est en tant qu’homme sensé, intelligent, sensible et aimant les femmes qu’il ne me viendrait jamais à l’idée de violer qui que ce soit.  Mais alors, à moins d’être suicidaire, comment obtenir une fellation d’une femme qui ne le veut pas. Rien que les deux rangées de dents auraient dû suffire pour refroidir n’importe quel homme un peu sensé. Petit rappel tout de même. Nous ne sommes pas que des purs esprits. Pour un homme, il n’y a rien de plus précieux que ses bijoux de famille. Quel est l’homme qui, sans le consentement ou le désir d’une femme, confierait ses bijoux si précieux pour lui et ce, jusqu’à l’obtention de la jouissance ou du moins, de l’éjaculation. Pour moi, c’est un mystère…

DSK n'est pas ma tasse de thé. C'est même ce que je déteste le plus dans cette gauche friquée, bobo, moraliste, imbue d'elle-même, inconsciente, ordurière, droits-de-l'hommiste, mondialiste, pédante et qui se dit socialiste par dessus le marché mais... la justice est bien plus importante que tout le reste. DSK marque des points si aucune violence n'est prouvée. 

C’était ma minute d’interrogation.

Gérard Brazon

**************************** 

Selon le site internet de France 2 et les chaînes américaines NBC et ABC, l'ADN de Dominique Strauss-Kahn a été retrouvé sur les vêtements de la femme de chambre qui l'accuse d'agression sexuelle et de tentative de viol. 
La chaîne américaine affirme tenir son information d'une source proche de l'enquête.
 
France 2 évoque pour sa part une information recueillie auprès de sources policières. Le site internet
 Atlantico affirmait déjà dans la journée que les éléments transmis par la police new-yorkaise aux autorités françaises confirmaient la présence de sperme sur les vêtements de la femme de chambre.

Un porte-parole de la police a refusé de confirmer cette information, renvoyant au tribunal qui lui aussi se refusait à tout commentaire.

La preuve de violences est plus difficile à apporter
 

Les résultats des prélèvements ADN effectués sur Dominique Strauss-Kahn, sur sa victime présumée, et dans la suite de l'hôtel Sofitel où les faits se seraient passés étaient attendus en début de semaine.

Selon les récits de NBC, du sperme de Dominique Strauss-Kahn a été retrouvé sur le col du chemisier de la victime présumée, dont les autorités américaines ne révèlent pas l'identité.

Une porte-parole du tribunal, Erin Duggan, avait déclaré lundi matin que rien ne serait communiqué avant le procès, et a répété le même "no comment" lundi après-midi.

Ces analyses doivent confirmer ou non qu'il y a eu acte sexuel, mais la preuve de violences est plus difficile à apporter, soulignent les experts.

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

island girl 25/05/2011 16:14



DSK est un riche libidineux et Anne sainte nitouche est sa complice ,elle a acheté sa liberté extremement surveillée commet elle achètera la plaignante,cela doit lui sembler dur à avaler
...j'espère qu'elle va se ressaisir et abandonner ce boulet!



sonia 25/05/2011 15:42



Quand on pense comme vous, on doit ecrire cet article en se masturbant. Il faut etre un homme pour penser de cette facon.


Ce DSK est bien connu pour ses insistance sexuelle. Alors arrete de vous fermer les yeux.


Il voulait , comme un enfant, verifier la performance de son joujou.


Sonia



Gérard Brazon 27/05/2011 10:29



Je ne comprend pas votre commentaire. Vous ne me connaissez pas et vous vous permettez des jugements de ce type en dessous de la ceinture. Je partages tout à fait sur la connaaissance certaine
qu'ont eu les socialistes des frasques de DSK. de là à imaginez qu'il voulait "vérifier" la performance est limite. Pour moi, il a un soucis d'addiction au sexe c'est une évidence et le fait
d'être fortuné lui a sans doute permis de faire un large détour des possibilités qu'offre l'argent. Reste ce que les aristos pervers aiment le plus, cotoyer le peuple et la pauvreté pour mieux la
mépriser. Quant à mon clavier, n'ayez de crainte, je sais me tenir! Vous devriez en faire autant. Bien à vous.



isabelle 25/05/2011 07:56



Merci à Bigre pour la transmission des explications psychiatriques.


J'ai entendu à plusieurs reprises cette remarque sur le fait que la présumée victime n'avait qu'à donner un bon coup de dents pour se sortir d'affaire (si je puis dire), mais elle me paraissait
légère.


C'est, je pense, le genre d'acte qu'il est possible de faire quand on a la tête froide. Ce qui ne doit pas être le cas quand un prédateur vous tombe brutalement dessus.



Johanny 25/05/2011 07:49



si toutes les inrmations lues ici et là sont vraies, violer une jeune femme noire c'est tout de même bien plus grave que les propos soi-disant racistes de Hortefeux ou de Laurent Blanc mais
peut être que SOS racisme n'y trouve rien à redire ?....on aimerait entendre une christiane Taubira hurler car sauter la petite servante noire du coin n'est-ce pas du pur esclavagisme ? et qu'en
pense le CRAN ?, le MRAP ou la HALDE ??? ces ramassis d'hypocrites?


 


http://www.francesoir.fr/actualite/faits-divers/affaire-dsk-trois-revelations-explosives-alimentent-polemique-104337.html


 


c'est tout de même plus grave (sous réserve de véracité) que les jeux de braguette d'un Cohn Bendit avec des enfants ou les soi-disant propos racistes d'Hortefeux et interprètés comme tels
par les bien-pensants qui s'avèrent de dangereux mal-faisants ......



Nancy VERDIER 24/05/2011 19:56



Merci pour toutes ces analyses très intéressantes de Gérard et de Bigre. Je pense ou du moins j'espère que tous ces éléments seront pris en compte durant le procès. Il serait intéressant de voir
dans quelle mesure ils vont jouer dans un sens ou dans l'autre. Il y a une chose qui me titille aussi : que faisait cette femme de chambre un peu avant midi dans une suite, sans s'être
correctement informée de l'occupation ou non des lieux ??? C'est presque une faute professionnelle. Sinon, je ne pense même plus à DSK qui est en train d'effectuer sa descente aux
enfers....par sa faute : Quand on ne respecte pas les autres, on finit par ne plus se respecter soi-même. Et à ce niveau de pouvoir et de fortune, connaissant sa propre addiction, il devait
se faire soigner.   Je trouve que la victime qui s'en sortira le moins bien est Anne Sinclair, femme trompée sur le point de se ruiner. L'autre victime recevra un joli pactole et le
procès s'arrêtera quand les "munitions " d'Anne Sinclair commenceront à faire défaut. Les juges le savent bien. A ce tarif là, le procès ne peut durer trop longtemps. Alors les négociations
commenceront. Et le juge peut retenir aussi bien les arguments de Bigre ou de Gérard et bien d'autres....A suivre.



henri 24/05/2011 17:39



tout à fait d'accord aves vous,Gérard .


Topaze06 : d'accord avec lui .



Topaze06 24/05/2011 12:40



Les arguments de Bigre et les vôtres Gérard, m'interpellent....! Rien n'est simple !


La science au secours de ce qui s'est passé...! Je trouve remarquable ce qu'écrit ce psychologue.


Pour moi, DSK, une personnalité de cette "hauteur" ne mérite pas sa place dans nos instances....qu'il soit coupable ou innocent....! Qu'il y ait complot ou pas...!
C'est sa parole contre celle d'une femme de chambre...et de tout ce qui va avec...!
Eux seuls savent...! En fait la vérité risque d'être perçue différemment par les uns et les autres...!
Mr DSK, en être réduit à trousser une femme de chambre consentante ou non...est un acte vil...et s'il y a viol, cela me dégoûte profondémment...
Quant à A. Sinclair sa femme, vraiment, couvrir les frasques de Mr avec autant de pugnacité....et se ruiner pour les frasques d'un Don Juan vieillissant m'attriste profondémment....!


 



Bigre 24/05/2011 12:06



Autant s'interroger que n'importe quelle victime d'un viol sans menace d'une arme ne s'en prenne pas aux "bijoux de famille" de l'agresseur, non ? Fellation ou pas.


La peur de représailles ?  La sidération ?


Sur le plan cérébral, dès le début d'une agression, notre système d'alarme, l'amygdale (chargée de décoder les émotions et les stimuli de menace), s'active et déclenche une
cascade de réactions pour préparer notre fuite.


Elle provoque, entre autres, la production par les glandes surrénales des hormones du
stress, l'adrénaline et
le cortisol. Résultat : tout l'organisme est sous tension, le flux sanguin, le rythme cardiaque et la respiration s'accélèrent, les muscles sont contractés, prêts à amorcer la fuite.


Mais quand la victime est immobilisée par son agresseur et ne peut pas s'enfuir, très vite l'amygdale cérébrale s'affole ; les centres nerveux au niveau du cortex, sensés
analyser et modérer les réactions, sont comme noyés par les signaux d'alerte. C'est la panique totale. L'amygdale surchauffe, la victime est dans un état de sidération. Du coup, elle ne peut plus
se défendre ni crier ni même réagir... Elle est comme paralysée, elle est dans un état de stress extrême dépassé et sent qu'elle va mourir.


Alors, pour éviter que le survoltage de l'amygdale ne provoque un arrêt cardiaque, le cerveau déclenche une sorte de court-circuit, en libérant des substances chimiques, de la
morphine et de la kétamine, qui vont isoler le système d'alarme. La production d'hormones de stress est alors
stoppée.


La victime est comme coupée du monde, déconnectée de ses émotions. Pourtant, la violence continue, mais elle ne ressent presque plus rien, ce qui lui donne un sentiment
d'irréalité totale (les victimes le disent : à un moment donné, elles ont l'impression d'être spectatrices de l'événement).


C'est cette dissociation qui va leur permettre de rester en vie, mais qui, paradoxalement, va provoquer le sentiment de culpabilité et bien d'autres conséquences. Car isolée,
anesthésiée par les décharges de morphine et de kétamine, l'amygdale n'évacue pas le traumatisme du viol vers
l'hippocampe, notre système de mémorisation et d'analyse des souvenirs.


Le moment du viol reste comme piégé en l'état dans l'amygdale. Ainsi, à chaque flash-back, c'est le souvenir du viol non traité par le cerveau que va revivre la victime, un
moment extrêmement violent. C'est ce que l'on appelle le stress post-traumatique.


Avec les travaux du Dr Muriel Salmona, psychiatre.


 



Respectvaleurs 24/05/2011 12:03



La peur de perdre sa place et de "déplaire" à un client peut constituer bien sûr un genre de "consentement forcé".  De plus, on ne connait pas d'autres détails intimes qui ferait que
DSK  l'a forcée à des pratiques que la morale de la victime réprouve, et qui l'aurait fait changer de comportement au cours de "l'acte", et appeler au secours. Enfin, est-ce normal qu'un
directeur d'une institution aussi importante aille "trousser" des domestiques entre 2 rendez-vous? Même si le consentement peut être établi, cela blanchit-il pour autant la conduite d'un homme,
qui de part de trés nombreux témoignages, ne peut se contenir devant une femme? Est-ce cela que nous voulons à la tête de l'Etat?? Aucun acquittement ne pourra effacer la conduite d'un homme, qui
éclate au grand jour, au grand dam des médias et de nos bien-penseurs du PS...