DSK: un tête à queue suspect (suite)

Publié le 15 Mai 2011

Le patron du FMI a été inculpé par le parquet de New York d'agression sexuelle, de tentative de viol et de séquestration.

C'est le tabloïd le New York Post qui a révélé l'affaire. Vers 13 heures samedi (19 heures à Paris), une femme de chambre de 32 ans entre dans la suite 2086 qu'occupe Dominique Strauss-Kahn au Sofitel près de Times Square, à New York. Apparemment, elle ne sait pas qu'il est là. La suite, qui coûte 3 000 dollars la nuit, comprend trois pièces, détaille Paul Browne, le porte-parole de la police new-yorkaise, interrogé par le New York Times. DSK sort nu de la chambre et se jette sur la jeune femme. "Il l'a coincée, d'après ce qu'elle dit, et l'a poussée dans sa chambre et sur le lit", précise Paul Browne. Il a verrouillé ensuite la porte. 

"Elle s'est débattue et il l'a tirée dans le couloir vers la salle de bains où il l'a attaquée sexuellement une seconde fois." La femme de chambre réussit à s'échapper et va chercher du secours, selon son récit aux policiers. L'établissement a alors appelé les forces de l'ordre. Mais lorsque les inspecteurs sont arrivés sur place, le patron du FMI était déjà parti, en oubliant notamment son téléphone portable. La police a rapidement appris qu'il s'était rendu à l'aéroport Kennedy pour prendre un avion destination la France. Dix minutes avant la fermeture des portes vers 16 h 40, deux inspecteurs viennent l'interpeller à bord du vol Air France sur lequel il a embarqué. DSK ne tente pas de résister ; il est emmené sans menottes.

Le tailleur de la discorde

Interrogé pendant plusieurs heures par la police new-yorkaise dans un commissariat de Manhattan, le patron du FMI a été inculpé par le parquet de New York d'agression sexuelle, de tentative de viol et de séquestration. Quant à la victime, elle a été emmenée à l'hôpital pour être traitée pour des blessures "mineures", selon Paul Browne. D'après la police, des indices pouvant contenir des traces d'ADN ont été découverts sur les lieux de la supposée agression.

Cette affaire intervient après la "polémique sur le tailleur". En fin de semaine, DSK a démenti violemment les informations de France Soir selon lesquelles il commandait des costumes sur mesure à un tailleur de Washington. Si ses avocats ont assigné France Soir, ils ont aussi menacé de poursuites l'Agence France-Presse. Les conseils de DSK ont également demandé au tailleur de signer une déclaration sur l'honneur affirmant qu'il n'avait jamais rencontré DSK. Ce qu'il a refusé.

Ce n'est pas la première fois que DSK est impliqué dans un scandale sexuel. En 2008, peu après son entrée en fonction, il s'était fait épingler pour une liaison avec une employée du FMI. L'enquête a conclu qu'il n'y avait ni harcèlement sexuel ni favoritisme à l'égard de ladite employée. DSK s'est excusé et a admis avoir fait preuve d'une "sérieuse erreur de jugement".

Le Point.fr

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

isabelle 17/05/2011 05:05



...et il va y découvrir, ne serait-ce que momentanément, ce qu'est le monde réel.



island girl 16/05/2011 20:18



Après sa suite rutilante à 3000€ à l'hotel sofitel,le gueux va bénéficier  gracieusement d'une place  à l'ombre pour se reposer de toutes ces émotions,merci oncle Sam..



isabelle 16/05/2011 05:52



Sans le formuler de la même façon que vous, Bigre, j'ai été effarée par l'unanimité  des pleureuses politiciennes et journalistiques à défendre DSK, allant jusqu'à faire part de leur soutien
dans la rude épreuve qu'il traverse. Mais la victime (si réellement il y a victime) ? Personne n'a eu un mot à son égard. Bah... Une femme de ménage... Noire de surcroît...peanut... C'est ça,
dans leur esprit ? Dégoutant !



Bigre 15/05/2011 19:41



Je vous trouve très léger avec ce qui est peut être réellement une tentative de viol.


Toujours cette belle solidarité machiste qui a sauvé Polanski de l'opprobe française....