Du n'importe quoi: appel national de l'Afev à la suppression des notes!

Publié le 16 Novembre 2010

              A l'issue de sa troisième "Journée du refus de l'échec scolaire", l'Afev, une association d'étudiants faisant du soutien scolaire, a lancé en septembre "un appel national à la suppression des notes à l'école élémentaire, comme premier pas vers une refonte globale du système d'évaluation et de notation".

           "Ce système doit en effet avant tout être un outil d'accompagnement plus efficace des plus fragiles plutôt qu'un facteur supplémentaire d'échec et de mise à l'écart", a-t-elle fait valoir.

            L'association rejoint ainsi le combat du chercheur André Antibi qui dénonce depuis 2003 le poids excessif de la note au sein d'un système qui sélectionne par l'échec. Il a reçu en mai le soutien des parents d'élèves de trois fédérations du public et du privé (FCPE, Peep et Apel). Il est préférable pour cette association j'imagine que personne ne sache parmi les élèves son niveau scolaire, ses qualités, les progrès à faire, etc. La notation vu comme une sanction au lieu d'être vu comme un repère pour mieux pouvoir progresser.

 

Ecole primaire: le système de notation des élèves en accusation

                Ancien journaliste britannique devenu professeur à Sciences Po Paris, Peter Gumbel, père de deux filles scolarisées en France, a enfoncé le clou dans un livre paru à la rentrée: "On achève bien les écoliers" (Grasset).

               Pour lui, la culture de l'école française "peut être résumée en trois mots: +t'es nul+ (...) Autrefois, on l'entendait beaucoup dans d'autres pays européens, mais en Angleterre, en Allemagne et surtout dans les pays nordiques, la vieille approche éducative basée sur l'humiliation a depuis longtemps été remplacée par une vision plus positive et généreuse, qui cherche à encourager plutôt qu'à rabaisser". Et Peter Gumbel de citer notamment l'enquête Pisa de comparaison des systèmes éducatifs publiée tous les trois ans par l'OCDE, qui montre que les élèves français ont plus peur que les autres de se tromper, plus d'angoisse à l'école, ce qui fragilise leurs résultats. (Pauvres petits choux! Dans tous les cas vu le niveau des élèves en sortie de primaire - 18% ne maîtrise pas la langue et l'écrit- et du secondaire. Il suffirait donc de ne plus noter pour avoir petits génies?)

           "Le système français de notation (...) est une véritable plaie qui exerce des effets nuisibles sur le moral, la confiance en soi et les performances des élèves", estime Gumbel.

 

           Or en Finlande, pays qui connaît les meilleurs résultats éducatifs, la valeur d'un élève ne s'établit pas par rapport aux résultats des autres, mais par rapport à sa propre progression.

              "L'évaluation y est pour ainsi dire toujours positive, et on y maintient une génération entière ensemble du début à la fin de la scolarité obligatoire: quand un élève a des problèmes, on le prend à part pour l'aider à les régler, mais on ne le sépare pas définitivement de sa classe", selon le sociologue Roger Establet, coauteur avec Christian Baudelot de "L'élitisme républicain".

 

                Des détracteurs des notes plaident par exemple pour les remplacer par un système à cinq lettres en fonction de la validation de certains acquis requis lors de l'année scolaire. Si le ministre de l'Education nationale, Luc Chatel, a assuré au printemps apporter son "soutien" à André Antibi, il en resté là. Pour autant, les différents appels à la fin des notes en primaire ont poussé certains à réagir, comme le centre de recherches de l'Uni (la droite universitaire), qui voit dans l'évaluation sans note "un échec" en voulant pour preuve sa remise en cause partielle dans plusieurs pays.

             Ainsi en Suède, où les élèves n'étaient, jusqu'à présent, vraiment notés qu'à partir de 14 ans, une réforme en cours de discussion au Parlement pourrait avancer la notation d'un à deux ans.

 

Rédigé par G鲡rd Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Francorital 17/11/2010 18:56



"Le système français de notation (...) est une véritable plaie qui exerce des effets nuisibles sur le moral, la confiance en
soi et les performances des élèves", estime Gumbel.


OK, je regrette sincèrement d'avoir été insultant à votre égard M. Gumbel et je m'en excuse.


Cependant, je reste persuadé que la suppression des notations est une aberration qui, contrairement à vos affirmations, ne
devrait avoir aucun effet nuisible sur un élève sain de corps et d'esprit.


Une note, contrairement à une appréciation, permet de situer avec précision le niveau scolaire de l'élève.


Cordialement






Gérard Brazon 17/11/2010 22:01



Merci Francorital. Bien à vous.



bernard laurento 17/11/2010 13:36



Gérard vous confondez l'AFEV (Association de la fondation des étudiants pour la ville) avec l'ANEF (Association Nationale des Etudes Féministes)...Etes vous sûr de bien connaitre l'action de
l'AFEV au point de la critiquer ? Vous devriez faire attention avant d'écrire (ou de jeter le discrédit) sur une association.


Un peu de rigueur s'il vous plait



Gérard Brazon 17/11/2010 22:16


Je ne sais pas si je dois vous répondre Bernard. Je vais réfléchir (sourire)


Philoxeno 17/11/2010 09:51



Ne vous inquiétez pas Monsieur Gumbel,


votre appel est simplement tombé dans l'escarcelle d'un blogueur qui fait feu de tous bois pour étayer ses théories de déclinologue. Ici tout concoure a une seule hypothèse : la France est une
nation à l'agonie menacée par d'horribles périls incarnés par les étrangers.


Continuez votre action, Monsieur Gumbel, l'AFEV joue un rôle autrement plus positif dans notre société que ce petit blog qui ressasse sur un mode paranoïaque des informations virtuelles et tourne
en rond.



Gérard Brazon 17/11/2010 13:02



Vous êtes en dessous du débat! Vous dites: "la France est une nation à l'agonie menacée par d'horribles périls incarnés par les
étrangers". C'est de l'idéologie bien pensante. Si vous contestez qu'il y a moins de problèmes à Argenteuil, à Bobigny, à Saint Denis qu'à Neuilly, Puteaux en primaire ou Paris, c'est
que vos enfants sont bien protégés.


Votre éclat ne correspond pas au débat concernant les notations. Vous trouverez sur ce blog d'autres articles qui devrait vous permettre de sortir cette guimauve et
auquel je me ferai un plaisir de vous expliquer la teneur.


Vous dites: « l'AFEV joue un rôle autrement plus positif dans notre société que ce petit blog". Vous avez surement
raison. En ce domaine, ce "petit blog" qui ne tire qu'à 1350 lecteurs par jours n'a pas la même assise que l'ANEF! Et c'est bien normal aussi, notez-le à tout hasard, puisqu'il ne s'agit pas de
faire concurrence à l'ANEF. Ce blog est sans prétention hormis de donner un avis qui vaut ce qu'il vaut. Ne vous en déplaise monsieur l'anonyme Philxeno.Il se trouve que Monsieur Gumbel a bien
plus de dignité que vous et c'est avec plaisir que je lui ai répondu. Vous devriez chercher à comprendre pourquoi!


Si ce blog vous déplaît, vous savez ce qui vous reste à faire. Bien à vous.


 



Peter Gumbel 16/11/2010 23:10



Bravo pour le niveau très élevé de ce débat ("quel con ce Gumbel").


Ceci dit, veuillez noter que je ne milite pas pour la suppression totale des notes. Je considère que le système français de notation est mauvais et nuisible - car illisible et décourageant - mais
je voudrais le remplacer par une échelle plus claire et utile comme celle de l'Allemagne ou la Suède. (pp161-2 de mon livre, "on achève bien les écoliers).


Peter Gumbel


 



Gérard Brazon 17/11/2010 12:46



Je vous présente mes excuses pour Francorital. Je ne souhaite pas d'insultes sur ce
blog. On peut débattre et avoir des avis différents pour autant, je demande à ce que l’on reste correct.


Sur les notes: Je prends acte que vous souhaitez remplacer des notes par des
évaluations de A B C D ou F. C'est à dire très vague finalement ce qui soulage en fait le prof qui n'aura pas à expliquer pourquoi.


De mon temps, il y avait une notation au I/4 ou 1/2 point, avec soulignement de la faute commise. En quoi, est-ce affligeant pour l'élève? Certes ce n’est pas
plaisant d’être noté mais la vie m’a appris que nous étions notés en permanence y compris dans le monde du travail. C’est un fait.  La note ne doit pas être perçue comme un
jugement de valeur sur l'enfant lui-même mais comme un travail effectué ou non. Si vous êtes un mauvais ou un bon prof, je pense qu’il est intéressant que vous le sachiez ! Par contre, on
pourrait très bien imaginer une valorisation de ce travail lors d'une inévitable remontée du niveau de l'élève pour peu qu'il travaille réellement ou à la suite d’une aide particulière. Qu’un
enfant se sente valorisé suite à un progrès de par son travail est-il interdit ? Peu conforme voire « fasciste » comme on a pu l’entendre de ci de là?


Nous étions sensibles et les enfants n'ont pas changé à ce point aux félicitations faîtes pour un réel progrès. Il est vrai que le travail effectué n’était pas
salué par la vindicte d’une population scolaire réfractaire à l’enseignement. Mais alors il faut le dire et y remédier. Sauf à croire qu'il faut d'abord protéger les profs des réactions d'enfants
ou de leurs parents. Ce n'est pas le rôle premier de l'Education Nationale. Les 30 dernières années de l'école sont clairement un échec malgré les efforts pour le cacher aux français. 80% d’une
classe d’âge au BAC n’a fait que produire des enfants inadaptés au monde du travail. Il suffit aussi de constater le taux d’échec à la première année en fac. Faudra-t’il niveler par le bas les
facs également. Les élèves aisés partiront étudier ailleurs. Les perdants seront les classes moyennes et pauvres.


Aujourd'hui, on voit toute une population de français qui maîtrise peu de choses. Ni le français, ni le langage, ni le vocabulaire, de moins en moins
l'histoire-Géo, je ne vous parle même pas du « vivre en société », (en classe ou dans la rue) ni même la réflexion personnel et l'analyse d'une situation. Même le bon sens
semble totalement hors jeu dans un débat avec des jeunes adultes. Alors si vous édulcorez dés le départ le regard extérieur des adultes que leur restera-t'il à ces mômes pour se situer? Le regard
des copains et des "meuf"? 


Gérard Brazon


 


 



Francorital 16/11/2010 21:03



Une étape supplémentaire dans le nivellement vers le bas. Après cela notre Education Nationale aura probablement touché le fond et ne devrait plus pouvoir s'enfoncer davantage... Quel con ce
Gumbel.



Gérard Brazon 17/11/2010 12:16



@ Francorital: Comme vous je n'approuve pas cette non reconnaissance du travail fait ou non par les élèves. Il n'est jamais trop tôt de responsabilité l'individu y compris le citoyen en germe.
Pour autant, je souhaite qu'il n'y est aucune insulte sur ce blog s'il vous plaît.



henri 16/11/2010 13:53


Mais quels sont les "grands savants" qui pondent des âneries pareilles? Il serait préférable de demander un référendum ,s'ils ne sont pas capables de gérer la barque !


mfh 16/11/2010 13:37



sans note , ils seront tous des petits genis...avec beaucoup de pretention....a quand la prochaine etape??,mf



Topaze 16/11/2010 13:30



Ils ne militent pas encore pour la suppression de l'école de Charlemagne ???


Ah???non ..ça c'est plus ennuyeux...Il faudrait s'occuper des "Chers petites têtes blondes"...! enfin.... blondes -brunes -frisées -crêpées !!!!!!!!!!!