Au secours, la gauche peut gagner par défaut. Pauvre France...

Publié le 6 Avril 2011

         Au secours, la gauche peut revenir. Son programme nous renvoie 20 ans en arrière!  Les emplois jeunes, les augmentations d'impôts, le partage du travail et toutes ces lunes. J'espère que la droite comprendra qu'il faut unir toutes les forces.

Gérard Brazon

 

           Martine Aubry a présenté mardi officiellement les propositions du PS pour la campagne présidentielle de 2012. Destiné à servir de base au programme du futur candidat, le texte veut jouer la carte de la crédibilité économique : «Redressement de la France et redressement financier sont inséparables», peut-on lire en préambule . Compte tenu du contexte particulièrement tendu pour les finances publiques, «on ne peut pas promettre autant aujourd'hui qu'en 2002 ou en 2007», explique Michel Sapin a tout va. Pour ce projet, «nous n'avons pas voulu partir de la liste de ce qu'on voulait faire et ensuite chercher les moyens de les réaliser mais au contraire commencer par l'évaluation des possibles», détaille le député de l'Indre.

Du coup, le projet est certes financé, mais au prix d'une pression fiscale largement accrue pour les Français. Explications : le PS compte trouver des marges de manœuvre financières en revenant sur ce qu'il considère être les «mauvaises décisions» de la droite. Après avoir examiné au peigne fin toutes les niches fiscales et sociales créées depuis 2002 (bouclier fiscal, niches sur l'ISF, sur l'impôt sur le revenu et sur l'immobilier, détaxation des heures supplémentaires, TVA réduite dans la restauration, alignement de la fiscalité des stock-options, bonus sur les revenus du travail…), la Rue de Solferino prévoit ainsi de supprimer ou recalibrer celles qui sont «trop coûteuses, inefficaces ou injustes». «Nous n'allons évidemment pas tout remettre en cause, relève Michel Sapin. Nous ne sommes pas pour la suppression du crédit d'impôt recherche». Mais au total, «sur les 70 milliards de niches créées depuis 2002, nous en annulerons 50 milliards», annonce le texte. Ce qui revient à dire : augmenter les impôts de 50 milliards.

source Le Figaro.fr

 

Rédigé par Gérard Brazon

Commenter cet article

Nancy VERDIER 06/04/2011 20:21



Ce programme n'en est pas un pour le moment. Les créations d'emplois "assistés" par des impôts supplémentaires c'est de la pure bêtise. Une pression fiscale plus forte avec au besoin un ISF
renforcé, c'est encore les classes moyennes qui paieront l'addition. Sarkozy aurait dû supprimer l'ISF - impôts inique qui frappe la résidence principale de gens qui ont passé leur vie à financer
leur principal bien immobilier. Si ce bien a pris de la valeur, tant mieux. Être constructif et prévoyant n'est tout de même pas une tare. Si c'est Aubry qui est élue aux primaires face
à Hollande et DSK, c'est de toutes façons une catastrophe....mais elle ne passera pas.  Si c'est DSK, c'est plus gênant et ce sera la politique des riches copains...Reste à savoir
quelles forces la droite va rassembler au 1er tour..