Échec à gauche et j'espère mat au soir du 17 juin...

Publié le 18 Mai 2012

Pendant que Mélenchon se comporte comme un sale gosse, une teigne qui n'a pas digéré qu'on lui pique son bonbon.... une bonne nouvelle tombe sur la fameuse union sacrée à gauche! J'attends avec impatience l'autre bonne nouvelle, la déculottée que va se prendre la Méluche! Quel divin plaisir dirait le marquis! 

 

Figaro.com

Les négociations portaient sur les circonscriptions où le Front national risque d'éliminer la gauche au 1er tour des législatives. Un échec imputable aux dissensions internes au sein du Front de gauche, estime le PS.

Il n'y aura pas d'union sacrée de la gauche contre le FN. Les négociationsentre le PS, EELV et le Front de gauche sur une candidature unique dans des circonscriptions où le Front national risque d'éliminer la gauche au premier tour des législatives ont échoué vendredi. La première secrétaire du Parti socialiste Martine Aubry a déploré une impasse «regrettable» imputable, selon elle, aux dissensions au sein de la coalition du Front de gauche (PCF, Parti de gauche et Gauche unitaire). La maire de Lille a pointé du doigt le Parti de gauche (PG), fondé par Jean-Luc Mélenchon. «Le travail a été mené avec le Parti communiste dans un très bon climat mais il y a des désaccords au sein du Front», a déclaré Martine Aubry.

Une version contestée par ses interlocuteurs. «Malgré nos différentes propositions, le Parti socialiste trouvait toujours une bonne raison pour refuser», s'est défendu le Parti de gauche. Le PG retire cependant deux de ses 105 candidats dans les «circonscriptions critiques», dans l'Aube et en Moselle, où le risque FN est très élevé. «Nous faisons ce geste sans aucune contrepartie, comme notre appel à battre Nicolas Sarkozy entre les deux tours», précise-t-il.

Le PS minimise la portée de cet échec

Originellement, la coalition du Front de gauche avait proposé que sur 29 circonscriptions à risque, entre six et neuf soient attribuées au FG (à répartir entre les composantes du Front), et la vingtaine restante partagée entre les écologistes, le PS et le Parti radical de gauche. «On se retirait dans 13 circonscriptions sur 29, donc c'était un beau geste», proteste-t-on du côté du PCF. Mais «le PS a trouvé que c'était insuffisant au total, car il voulait négocier sur davantage de circonscriptions» (55, ndlr). En outre, reconnaît le PCF, qui veut reprendre l'ascendant sur le Parti de gauche, «dans la répartition au sein du FG, il n'y avait pas d'accord entre le PCF et le PG». Le PG réclamait notamment un siège remportable, ce qui lui a été refusé par le PS. Un «diktat» s'étrangle le parti de gauche.

Pour le PCF, cette mésentente est «irresponsable». «C'est un très mauvais signe pour le rassemblement nécessaire à gauche». C'est pourquoi ses candidats «restent disponibles pour discuter localement, là où s'avéreraient indispensables des accords locaux pour écarter le risque qu'un accord national n'a malheureusement pas pu écarter». En revanche au PS, le ton n'est pas à la dramatisation car ces circonscriptions étaient imprenables pour la gauche. Priée de dire si cet échec représentait un danger, Martine Aubry a répondu par la négative. «C'était des zones où nous souhaitions être au second tour parce que la droite et le FN risquaient d'être seuls», a-t-elle expliqué. Le PS ne perd donc aucun siège.

Le capotage des négociations n'est pas une surprise. Dès mardi, EELV avait évoqué une situation en «gros blocage». La date butoir pour le dépôt des candidatures aux législatives est vendredi 18 heures.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

DUCHATEAU 19/05/2012 14:16


C'est fou ce que ces rétrogrades font du retour vers le futur diparu. Comme l'a dit le lucide militant politique Russe, "J'ai vécu votre futur".  Oui quoi de neuf M. S. Dali ? : "Vélasquez"
répondait-t'il. Quoi de neuf M. Mélenchon ? : Certainement "pas vous" mais Charles De Gaulle.

mika 18/05/2012 22:58


Un de ses amis récemment décédé me disait de lui : C’est pas un méchant, c’est juste une anomalie génétique. Je trouve qu’il a une chance inouïe que l’extrême gauche soit toujours là et si
peu coprophobe car des partis qui recourent encore à la bonne vieille Purge comme à un laxatif, qui « poussent » leurs doctrines jusqu’à la diarrhée mentale et qui s’étonnent
d’avoir la « cacaphonie » dans leurs rangs c’est quand même exceptionnel.