Economie- dette française: les aveux effarants de Michel Rocard sur la loi de 1973.

Publié le 20 Janvier 2013

Fin décembre 2012, au micro d’ 1, dans l’émission « Médiapolis », face à des journalistes relativement atones au regard des propos tenus,  a été l’auteur de déclarations effarantes, quoique connues déjà de pas mal de monde, sur les causes de la dette française.

Blogapares

Il ne fait que confirmer que la  actuelle est bien une création et non le résultat de comportements dispendieux fautifs. Les pigeons ne sont pas ceux que l’on croit.

Sieur Rocard revient sur la fameuse loi bancaire de 1973, dite Pompidou ou Rothschild qu’il qualifie de « stupéfiante ». Cette loi , rappelons-le, interdit à la Banque Centrale de prêter directement à la   et  l’oblige désormais à prêter d’abord à des  privées qui reprêteront ensuite à l’Etat français, prélevant au passage des sommes considérables par une simple hausse des taux de crédit.

 

Selon Michel Rocard, « La Banque de France a financé l’Etat français sans intérêts depuis sa création en  1801 jusqu’en 1973 et si on en était resté là, notre dette ne serait aujourd’hui que de 16 ou 17 % du PNB »[...] « et non à 90,  91% du PNB ». Soit, pour le dire autrement, à trois fois rien et on en serait pas là comme aujourd’hui. Ni l’ puisque cette loi scandaleuse a été reprise par le traité de Maastricht.

Exit tous ces traités qui s’empilent depuis comme le TSCGle MES, et sans doute bien d’autres choses dont on rapporte quotidiennement les horreurs.

Comment ne pas être scandalisé voire indigné par cette loi et même par le ton  morne et blasé de Michel Rocard? Par ailleurs, n’en déplaise au triste auteur de cet article du Monde destiné à ceux qui osent critiquer cette loi, Michel Rocard n’est pas un extrémiste de droite ni un extrémiste de gauche, pas plus que nous d’ailleurs.

Bon, on fait quoi maintenant? On continue la pigeonnade ou on arrête?


Reste à essayer de comprendre le pourquoi de cette loi pour le moins « scélérate » pour reprendre le qualificatif somme toute assez juste de Dupont-Aignan . Comment peut-on renoncer à des prêts à taux zéro et s’imposer des taux à 4, 5% au bénéfice de banques ou de marchés privés?

Pour Etienne Chouard, la loi Pompidou retirant à l’Etat français le droit d’imprimer sa propre monnaie a été une opération à grande échelle menée par les élites et leurs grandes banques privées, qui aujourd’hui amène les plus riches à ne plus payer d’impôts. Selon lui, c’est un renversement des valeurs depuis la révolution citoyenne de 1789. C’est ce qu’Etienne  Chouard (et bien d’autres) appellent une contre-révolution.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Polux 21/01/2013 21:16


Encore une bonne chose qu'à créé Napoléon et qui a été détruite, comme la légion d'honneur qui a été détournée, bradée, galvaudée...Dans le cas de la Banque de France c'est grave. Il reste le
Code Civil ! Je crois que çà commence...!!!

yves IMBERT 20/01/2013 22:35


Rocard etait un porteur de valises du FLN alors s'il me dit qu'il fait jour à midi je ne le croirais pas

eric week 20/01/2013 15:48


Voilà pourquoi Marine ne PEUT PAS être élue. Cela ferait sortir les cadavres du placard
à la vue de tout le monde.


Or, les zombies (comme le dit B. Bonner sur Agora) veulent encore se goinfrer. Donc, ils
feront tout pour que personne ne touche à leur gamelle.


Umps/ collectivisme/ islamisme, même combat : bouffer de l’européen, taillable et
corvéable à merci.


Et s’il y a contre-révolution des riches, pour les autres, c’est une
contre-colonisation.


Bien à vous