Education Nationale: le loup dans la bergerie...

Publié le 4 Août 2011

On se demande comment l'Education Nationale contrôle les embauches de ses professeurs. Quels sont les critères, le suivi, la surveillance de ses employés. Nous savions déjà qu'elle ne contrôle guère les cours puisque des parents se sont plaints que des devoirs sur la charia étaient donnés mais cette fois, c'est d'un prof pédophile qu'il s'agit.

Gérard Brazon 

Figaro.fr

Un professeur de Poissy (Yvelines) qui avait fait des propositions sexuelles via Internet à une élève de 11 ans a été condamné mercredi à une peine de huit mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Versailles. Le tribunal, qui a jugé le prévenu en son absence, a également assorti cette peine d'une interdiction définitive d'exercer une activité en contact avec des mineurs.

Entre le 21 et le 23 juin, le professeur de technologie de Poissy, âgé de 28 ans, a repris contact avec Sandra, une élève de 6e, par l'intermédiaire du réseau social Facebook après un simple "coucou" envoyé par la jeune fille au début de l'année. 

Voyant les propositions sans ambiguïté de l'enseignant, qui lui demandait un rendez-vous pour une relation sexuelle avec préservatif ainsi que des photos d'elle, Sandra s'en est ouverte à sa mère qui a prévenu la direction du collège avant d'appeler la police.

"Facebook a sauvé ma fille"

Après l'audience, la pré-adolescente a expliqué aux côtés de sa mère: "Je me suis dit 'c'est pas normal'. J'étais choquée. Il voulait que je vienne seule". Sa mère Fariza a pour sa part expliqué: "Au départ je n'ai pas pris cela au sérieux. Elle m'a dit que son prof était un pédophile. Mais je l'ai vue effondrée. J'ai pris le relais". La mère de la collégienne n'est pas pour autant contre les réseaux sociaux sur internet. " S'il n'y avait pas eu Facebook je n'aurais pas été en contact avec lui. Il vaut mieux savoir. Facebook a sauvé ma fille."

A l'audience, le procureur Marc Raymondet a stigmatisé l'absence de responsabilité morale d'un enseignant "se comportant comme un apprenti pédophile". "La loi récente pour prévenir la délinquance sur internet condamne à deux ans de prison et 30.000 euros d'amende les propositions sexuelles envoyées à un mineur", a ajouté le procureur.  La présidente du tribunal Anne Demortière a rappelé que non seulement "un rendez-vous avait été fixé dans un parc de Poissy", mais que l'enseignant était "très conscient" de ce qu'il faisait en demandant à la jeune fille d'"effacer les messages" sur la toile.

Lors de sa garde à vue, le jeune professeur stagiaire, décrit comme timide avec les adultes, aurait expliqué son geste par l'absence de relations sexuelles avec son épouse de 17 ans, enceinte de cinq mois.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Faits Divers- Sociétés

Commenter cet article

Bonapartine 04/08/2011 23:26



Bonsoir Saluki,


En principe, cet épisode de sa vie professionnelle lui ouvre un casier judiciaire qui doit lui interdie d'exercer auprès de mineurs. Mais là où je vous rejoins effectivement sur le danger que
représente ce genre d'individus, c'est que personne ne peut affirmer qu'il ne recommencera pas auprès de mineurs qu'il peut rencontrer dans la vie de tous les jours. Et là le problème n'est pas
réglé du tout !


Bonapartine.



Marie-Claire Muller 04/08/2011 22:39



Autre histoire:cette fois dans une maternelle que mon fils fréquentait en Alsace,où la directrice était une sadique qui bousculait les pauvres petits mômes avec menaces s'ils en parlaient à leur
maman,si bien qu'un de ces petits avait changé,ne mangeait plus et ne voulait plus aller à l'école.Une voisine ayant vu ce qui s'était passé a raconté  à la maman comment cette mégére avait
mis le genou dans le ventre du petit ,celui ci dos au mur!!!j'ai pleuré en attendant ça!la fin de cette histoire:la dirlo a été mutée à Paris où elle a pu sans doute continuer à martyriser les
mioches!!(la grande muette ce n'est pas seulement l'armée.Drôle de mentalité! là est appliquée la devise soixante huitarde:"il est interdit d'interdire!"



Saluki 04/08/2011 22:21



Si la profession d'enseignant n'avait pas été autant dévalorisée (pour tous ceux qui ne sont pas prof. ou qui ne vivent pas au quotidien avec un prof.,  les prof. sont des flemmards, payés à
ne rien faire !), si la rémunération était en rapport avec le nombre d'années d'études requis pour l'obtention d'un CAPES ou d'une agrégation (c'est loin d'être le cas !), il y aurait des tas de
jeunes qui se lanceraient dans cette voie, et on n'irait pas à Pôle emploi recruter les troupes chargées de l'Education ! 


Seulement on a entendu des ministres dénoncer l'absentéisme des prof. (sans avoir le courage d'en énoncer les causes objectives), lancer de petites phrases assassines sur le corps enseignant etc
etc. Par ailleurs, il n'y a pas eu de revalorisation des traitements, ni de "cadeaux" accordés (un treizième mois, par exemple). L'image de la profession s'est dégradée à tel point que pas un de
mes élèves n'envisage cette carrière, alors que voilà dix-quinze ans, il y avait encore des amateurs !


Pour en revenir à l'affaire en question, la nécessité de mettre à tout prix quelqu'un devant les élèves explique peut-être ce choix désastreux, sans doute hâtif !  Et ce n'est pas fini, vu
qu'on manque désormais cruellement de prof. de mathématiques et de sciences physiques...


Il est quand même stupéfiant que l'Etat n'ait pas prévu cette pénurie...


 


Je suis effarée, en tout cas, qu'un enseignant puisse se comporter ainsi ! 


Marié à une jeune fille de 17 ans (mineure, donc), il fait des avances à une gamine de 11 ans :  même radié de l'Education nationale, il me semble dangereux pour des mômes un peu naïves et
un peu laissées à elles-mêmes par leurs parents... Il a tout du prédateur sexuel, non ?



Bonapartine 04/08/2011 19:37



Oui, Gérard, tu soulèves bien l'un des problèmes majeurs de l'Education Nationale : celui du recrutement. On savait déjà que le recrutement sur les seuls diplômes n'assurait pas que nos enfants
aient pour autant devant eux des enseignants sachant écrire le Français sans aucune faute ni qu'ils aient surtout, devant eux, des enseignants ayant les qualités humaines requises pour exercer ce
métier. Car avoir les connaissances et la maîtrise de celles-ci, si elles sont effectivement indispensables, ne suffisent pour autant pas à faire des personnes recrutées des enseignants de
premier plan. Mais là, il faut bien reconnaître que l'Education Nationale s'enfonce : comment comprendre que personne, en dehors des échanges effectués sur Facebook, n'ait décelé le moindre
problème comportemental chez cet enseignant avec ses élèves ? Il faut que ce genre d'"incident" qui aurait pu avoir des conséquences dramatiques avec une gamine qui aurait, par exemple, été mal
dans sa peau ou qui n'en aurait pas forcément parlé à ses parents, cesse. Ce type a été viré de l'Education Nationale, c'est bien le moins que pouvait faire la Maison mais elle serait davantage
inspirée de revoir, de fond en comble, ses méthodes de recrutement et je ne suis hélas pas certaine que le recrutement par le Pôle Emploi va permettre d'échapper à ce genre de recrues .....


Bonapartine.



Epicure 04/08/2011 19:25



Et pensez vous, amis, que l'Armée,  la Police et l'Etat soient mieux lotis quant à leur Recrutement?


Ne savez vous pas que 30% de la population est potentiellement psychotique perverse et 50% borderline!


Mais elle Va Bien.... et ne décompense pas toujours! Voilà, seulement 5% décompensent...Ne tombez pas sur ceux là!