Education nationale : une volonté politique de renier l’Histoire de France. Par Gérard Brazon

Publié le 30 Août 2011

par Gérard Brazon 

une volonté politique de renier l’Histoire de France.

La France, son Histoire (avec un grand H) passait à la moulinette par les mondialistes de l’Education Nationale. Au collège, les petits français de coeur ou de souche n’apprendront plus l’Histoire du pays dans lequel ils vont vivre.

Clovis, Charles Martel, Hugues Capet, Louis IX, dit Saint Louis, François Ier, Louis XIII ont disparu des instructions officielles de sixième et de cinquième. Le programme de sixième passe sans transition de l’Empire romain au IIIe siècle à l’empire de Charlemagne, soit une impasse de six siècles. Les migrations des IVe et Ve siècles (les fameuses «invasions barbares»), pourtant fondamentales dans l’histoire de l’Europe, ne sont plus évoquées édite le Figaro magazine.

Tous les historiens freinent des quatre fers et hurlent au scandale mais rien n’y fait. Nos bien-pensants estiment que cette histoire de France n’est plus à la hauteur des enjeux mondialistes. Dimitri Casali, auteur compositeur et surtout historien a écrit des textes et intervient sur les radios pour défendre cette Histoire en danger. Faut-il rappeler que les services culturels de  Bertrand Delanoë, (le trop fameux Maire Tunisien de Paris, grand amateur du ramadan), ont refusé des salles de spectacles pour son « Napoléon » qui fit un tabac en Allemagne et ailleurs.

La France subit les pressions des lobbys antiracistesdroits-de-l’hommistes, pour influencer les programmes scolaires également. Les « petits français » issus de l’immigration n’apprennent  déjà plus les marqueurs de cette France. C’est donc un pays ouvert, une France sans repère, lessivée, essorée qui aura comme enseignement privilégié, l’Histoire de l’Afrique, celle des Antilles,  celle de l’Afrique du Nord et de l’Asie. Il faut former les nouveaux citoyens du monde nous disent les technocrates de l’éducation nationale mais surtout les syndicalistes gauchistes encore majoritaires. Ils sont comme de vieux relents et autres pétulences des idéologues de l’internationalisme.

Lorsque l’on pose la question à des jeunes collégiens sur ce qu’est d’être français, la grande majorité répond qu’ils ne se sentent pas français. Et pour cause: l’on a entreprit la démolition systématique des structures fondamentales de la Nation. Aujourd’hui, on apprend plus que la haine de la France, la honte d’être français, la honte d’une histoire non conforme à l’idéologie dominante, antiraciste, islamophile et mondialiste. Aujourd’hui, les fils de l’immigration sont fiers de tout, de leurs origines, de leurs cultures et des pays de leurs parents mais surtout pas, de la France qui leur a donné le gîte, l’instruction et le couvert. Pourquoi le voulez-vous d’ailleurs puisqu’on leur enseigne la haine de la France colonisatrice et esclavagiste!  Comme si elle n’avait été que ça et rien d’autre et dans tous les cas, sûrement pas émancipatrice! 

Un pays sans histoire et un pays sans âme, désertique. Un pays sans racine et un pays qui sera forcément occupé un jour. La nature a horreur du vide. Toutes les associations « droits-de-l’hommistes » qui souhaitent cette mort lente n’espère qu’une chose, imposer la multiculture, la mixité, le métissage comme solution finale ! Ils auront la guerre civile ! 

 Il n’existe pas d’arbres sans  racine disait Victor Hugo. Le communautarisme règne en maître en France. Des classes entières sont plus sensibilisées à la flagellation des français, à leur culpabilisation permanente, au nom de la diversité nouvelle. Merci la gauche socialo-communiste et aucune excuse à cette droite qui laisse faire, encore aujourd’hui ! 

La France réconciliée disent les communautaristes, le mieux pour eux est donc de lessiver ce qui a fait la France  et apprendre les Empires et les rois d’Afrique dans les classes de la république française et laïque. Ils dégainent leurs armes de combat: comment expliquer qu’en Afrique,  les écoles enseignent les Rois, les Empereurs et les écrivains de France et qu’ il ne pourrait pas y avoir de l’équité. Ce à quoi l’on pourrait répondre facilement en demandant à ces communautaristes que rien n’oblige les états souverains africains à enseigner l’Histoire de France.  S’ils le font, c’est sans doute qu’ils y trouvent le moyen de construire une histoire de leur pays et qu’aujourd’hui, l’Histoire de l’Afrique est encore à faire. Non pas parce qu’il n’y s’est rien passé, avant l’approche des premiers comptoirs, la traite négrière et la colonisation mais simplement qu’il n’y a pas d’Histoire africaine maisdes Histoires africaines dont il ne reste, sommes toutes, pas grand choses dans les bibliothèques de ces états africains du fait d’une culture essentiellement orale. Faut-il rappeler que ce sont des états qui ont hérités de frontières imposées par des européens ce qui signifie très clairement qu’il n’ y avait pas ou peu de frontières définies avant et par la suite revendiquées.  

Mais le débat n’est pas l’enseignement de l’histoire en afrique mais bien l’enseignement de l’Histoire française. Qui demain saura ce qu’est la révolution française si l’on ignore quel était le roi de France à cette époque. Qui ne s’est pas affolé de voir l’inculture historique de ces enfants. Quel sera l’état d’esprit d’un Français même issu de l’immigration, s’il ignore d’où vient le pays dont il foule le sol chaque jour. D’où vient ses lois, ses règles, ses coutumes, ses peurs, son courage, son audace. Bref,  son Histoire (avec un grand H).

Il n’est pas étonnant que l’islam puisse aussi facilement s’installer dès lors que l’on n’enseigne plus aux français les guerres menaient par l’Empire Ottoman par exemple, ou les pillages des barbaresques en Méditerranée à la solde de l’empire turc.  Toutes ces prisons d’esclaves chrétiens à Tunis ou à Alger. Et pourquoi la France de 1830, celle de Charles X  venue occuper la ville d’Alger afin de faire cesser les marchés aux esclaves et les pillages sur les côtes d’Europe. En quoi cela serait-ce choquant pour ces têtes brunes ou blondes d’apprendre ces faits historiques? La politique n’est jamais bien loin!

L’enseignement du « roman de l’Histoire » inventé par les républicains, c’est l’enseignement de la Nation, du bain commun à tous les français, de souche ou d’ailleurs. Un formatage diront les plus cyniques mais aussi sûrement, l’enseignement d’un futur citoyen en capacité de comprendre et de décider en fonction d’un environnement social et politique.

Alors oui, il est profondément scandaleux de détruire ces fondations qui supportent notre Histoire de France. Clovis est le premier de nos rois de France, 1500 ans d’histoire effacée à la gomme des idéologues de l’éducation nationale. C’est choquant. 

Oui mais, nous disent certains professeurs, je voudrais bien vous y voir à enseigner Clovis, Louis XIV,  Napoléon 1er,  Clemenceau, à des têtes qui ne sont plus blondes mais le plus souvent crépus et dont la peau n’est pas de la même couleur que celle des Rois, Empereurs et Républicains. Et alors, est-ce la couleur qui importent ou les actes qui comptent.

Il y a eu de grands hommes d’états français qui étaient noirs sous la république comme Félix EbouéGaston MonnervilleHouphouët Boigny,Léopold Sédar Senghor. La France n’était pas l’Afrique du Sud que je sache. Sans compter des écrivains à commencer par Alexandre Dumas père d’origine haïtienne ou des poètes antillais comme Aimé Césaire ; (voir la liste ICI).

Mais enseigner ces grands hommes noirs, qui firent et rendirent à la France, comme la France fit pour eux, n’est pas dans leur projet du travail de sape des fondations pour ces intellos bobos de l’éducation nationale. Pour ces attardés du gauchisme internationaliste qui sans le réaliser, se mettent au service du grand capital financier. Ainsi donc, j’en suis certain, présenter la France comme une terre de toutes les horreurs, régénérée par l’immigration forcément bonne et constructive, est le but non avoué.  Cette France, cette nation est détestée par ces femmes et ces hommes au service du mondialisme.

Elle est l’objet de leurs attaques incessantes depuis des dizaines d’années.  Ils s’en sont parvenus désormais au cœur de cette Histoire maudite pour eux : s’attaquer aux piliers comme Louis XIV et Napoléon 1er. Deux souverains incontournables il y a encore peu. Ils deviennent « optionnels » désormais.

Ainsi donc, c’est le prof qui décidera en fonction de la classe s’il souhaite ou  non enseigner ces piliers de la France. Gageons que devant des élèves qui refusent déjà l’enseignement de la Shoah, ils ne parleront qu’à peine de ces piliers. De ce fait, grâce aux écoles coraniques qui s’ajoutent et se multiplient dans notre pays, ce n’est plus de la France éternelle qui sera question dans les familles de France, ce ne sera plus de sa grandeur émancipatrice, objet de respect qu’il s’agira mais d’une France dont les français de cœurs ou de souche, ne se reconnaîtront plus. Merci qui ? Merci l’éducation nationale, merci aussi à ces différents ministres lamentables de l’éducation qui n’ont jamais trouvé le courage de s’opposer à cette folie destructrice!

Gérard Brazon

http://puteaux-libre.over-blog.com

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Luiz 30/08/2011 19:34



Comme toujours vos articles sont fort interéssants et lucides.


C'est l'épouvante, ce qui se passe. En effet les aigris, les amers, les envieux,  s'unissent (au moins de cela ils sont déjà plus forts que ceux qui veulent sauver la Liberté et la
Civilisation) dans l'islamophilie pour parachever la destruction des valeurs de création, de liberté, d'égalité, de justice. Pour cela ces cuistres pensent que les mahométans serviront leurs
desseins et les excitent et incitent pour former un monde à l'image de leur esprit ténébreux, rancounier, lâche, vide, avide, misérable, mensonger, pervers. La censure gagne de plus en plus du
terrain, c'est très mal parti, surtout avec une jeunesse et enfance européene qui rase les murs et baisse les yeux. que faire?



Gérard Brazon 31/08/2011 14:11



Cette même jeunesse devenue totalement inculte en terme d'Histoire et de connaissance. Le travail de sape remonte à loin! Bien avant même que nous en prenions conscience. Je me souviens il y a
une quinzaine d'années, d'une "Maîtresse d'école" qui voulait, en lecture, faire lire la "conquête de Saladin" à mes filles de 8 ans! Avant même de connaître les Croisades! J'ai refusé qu'elles
lisent et j'ai demandé à cette Maîtresse le lendemain, ses raisons alors même que les écrivains français de manquent pas! Elle venait d'une ville à forte voire très forte minorité musulmane. Ceci
expliquant sans doute celà! La rencontre fût orageuse. J'encourage les parents à surveiller les programmes de leurs enfants et de compenser voire de rectifier s'il le faut, le manque de culture
historique des enfants à l'école! Bien à vous



Simon Martin 30/08/2011 18:42



j'ai pris connaissance sur le site de RL de votre inquiétude concernant l'histoire de France, qui n'est plus enseignée; pourquoi ? C'est un exemple parmi d'autres de l'effacement de notre
pays; cet effacement a été voulu, est voulu par les puissances anglo-saxonnes relayées par le "projet" européen; l'Education Nationale (où je travaille, comme professeur d'histoire-géo) est
aux ordres des mondialistes technocrates formés par science-pipo et l'ena, et le but de l'école de masse n'est plus de cultiver des Français, d'en adoucir les moeurs, d'en élever les esprits
(les âmes ?) mais d'en faire des crétins pornophiles, rappeurs, fumeurs de joints et pour finir (18 ans) des "indignés" ! Indignés d'être aussi cons ! Ce que vous ne dites pas et que je
me permets d'ajouter, c'est que l'enseignement de la géographie (combinés à celui de l'histoire) est pire ! Enfin, il faudrait aussi parler de l'américanisation médiatique, etc. Mais ça suffit.
On est mal barrés mon cher m'sieur. Portez-vous bien quand même. O.S.M          



Gérard Brazon 31/08/2011 14:02



Je vous remercie de votre apport! Je serai trés favorable à éditer un article de l'intérieur de l'Education nationale. Nancy est prof est me fait part également de l'état d'esprit de cette
institution. 



mika 30/08/2011 12:09



 

Emission "Carrément Brunet" sur
RMC...


Un journaliste atypique à suivre
assidument


http://www.youtube.com/watch?v=mHJLT6sPcNM
 



raymond 30/08/2011 09:21



c'est sur qu'apres le general de Gaulle pas un de ces cloportes de droite comme de gauche n'auront leurs noms dans dans nos livres d'histoire,sauf si l'on cree une page pour les traitres et les
vendus de tous poils.Est ce qu'un jour ,un homme,une femme va se lever et sortir du rang ,?le messie en quelques sortesMarie le Pen,Arnaud Gouillon,enfin un charisme qui saura lever le peuple de
France et balayer tous ces cloportes suceurs du sang de notre nation,et de babouches



Gérard Brazon 30/08/2011 10:57



Nous sommes probablement à la veille d'un grand choc. J'ignore son résultat ni même qui provoquera ce choc il aura lieu et sera violent!