Education religieuse d'un enfant marocain!

Publié le 13 Février 2012

Voici un extrait de l'éducation religieuse d'un enfant marocain né musulman qui n'a pas vraiment eu le choix d'être autre chose!

 

Cet exemple raconté par lui-même est assez fantastique car en le racontant, cet enfant devenu Imam depuis, ne réalise même pas combien il est le résultat d'un formatage dès sa jeunesse! Il ne réalise pas son formatage à coup de bâton, de chantage et de billets.

Il ne réalise pas que son traitement d'enfant est indigne de parents, indigne d'éducateurs! Ce qui est encore plus indigne, c'est que cette éducation s'est faite en partie sur le territoire français! Terre des droits de l'homme ou sévissent des associations censées les protéger mais tellement obsédées par "les fascistes" "les négriers", les extrémistes de droite", les "racistes" qu'elles ne voient pas les crimes qui se déroulent sous leurs yeux.  Les pouvoirs publics non plus d'ailleurs. 

Gérard Brazon.

**************

religion-musulmans-4-copie-1Extrait: (tiré du site AJIB.fr)

 

C’est lors d’une visite chez un proche que nous avons fait connaissance avec ce jeune imam à la récitation très prometteuse. Prier salat at-tarwih derrière lui était un régal, concentration, soumission, crainte… sa récitation vous fait « vivre le Coran ». Après avoir découvert Abdullah jeune hadih al Quran à l’age de 11 ans, nous vous proposons de découvrir un autre aspect de l’apprentissage du Coran, l’expérience de la madrassa.

 

AJIB.fr Peux tu te présenter à nos lecteurs ?

Je m’appelle Fouad Jarjini, j’ai 23 ans, je suis imam et khatib al jumu3a dans un mosquée en France. Français d’origine marocaine je issus d’une famille de 3 enfants, j’ai un grand frère et une petite soeur. Mes parents sont très religieux mais dans la famille personne ne connait le Coran. Mon père est très actif dans la da’wa et toujours pris soin de notre éducation.

J’ai eu un parcours scolaire classique, maternelle, école primaire et en même temps j’apprenais le coran à la mosquée le mercredi, samedi et dimanche à l’école arabe. Sur le moment, j’étais dégouté, je me rappelle l’imam qui nous donnait des coups de bâton…et j’avais des copains qui ne venaient pas aux cours et occupaient leur temps dans les loisirs. J’ai commencé à 8 ans jusqu’à 12 ans et j’ai appris 3 hizb. Mon père à la maison nous motivait à l’apprentissage du coran, il avait une technique :-) , il nous disait par exemple, si tu apprends sourate al balad je t’achète ça … Je me rappelle une fois, il y avait une colonie de vacances à destination du maroc et mon père m’a dit : « si tu veux y aller apprends sourate al mulk » il me restait une semaine et bien entendu je l’ai appris et je suis parti au Maroc. Je garde un bon souvenir de ce « chantage » et à l’époque ça me motivait beaucoup.

AJIB.fr Qu’est ce qui t’as motivé à apprendre le Coran ?

A l’age de 12 ans, mon père m’a proposé de d’aller en école coranique, j’ai accepté.A l’époque ce qui m’a motiver à apprendre le Coran, c’est le respect que le Coran dégageait. J’étais fasciner par un jeune de 15 ans qui venait diriger la prière de tarawih dans ma mosquée et tout le monde l’embrassait sur le front, lui faisait du3a…

AJIB.fr Comment as tu appris le coran ?

Je suis donc entré à la fameuse madrassa château Villemin (la madrassa fermée suite au reportage de canal + ). Au départ j’étais content de prendre un peu d’autonomie et de vivre sans mes parents mais rapidement j’ai ressenti le manque et compris la valeur des parents.

Le fait qu’on était en internat était une bonne chose mais le château était vraiment coupé de tout, il n’y avait rien à faire en dehors de l’apprentissage du Coran. A l’intérieur pas de télé, pas de téléphone (pour les élèves) en général les conditions étaient vraiment très dures sans parler du manger, des douches, du dortoir…La pédagogie et les conditions d’enseignements étaient inadaptés à l’état d’esprit de jeunes adolescents, de jeunes de 12 ans.

Malgré cela par la permission d’Allah, j’ai terminé d’apprendre le Coran au bout de 2 ans et demi soit à l’age de 14 ans. Mon année s’est terminé et je n’ai prévenu personne que j’avais terminé mon hifdh. Je suis rentré à la maison et j’ai demandé à mon père de rassembler la famille à l’occasion j’ai lu le coran et j’ai annoncé à tout le monde que j’avais terminé d’apprendre le Coran. Mes parents et toute la famille étaient très fiers de moi, je me rappelle ils m’ont tous embrassé sur le front et mon glissé quelques billets

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

DUFOUDETOU 13/02/2012 13:56


Et on continue, dans ce Pays de f..., à ouvrir des mosquées et des madrassas avec la bienveillante vigilance de nos élus locaux umpéhesse toujours grands yeux fermés.