Musulman converti jugé: une guerre en Afghanistan pour ça?

Publié le 18 Novembre 2010

Afghanistan : un converti risque la peine de mort pour apostasie

Tant de soldats sacrifiés, de milliards engloutis en Afghanistan, pour aboutir à  un état tyrannique régi par la charia...  

Afghanprotestnew-550x258
__________________________________________

Sayed Mossa, un Afghan converti de l'islam au christianisme, doit subir son procès aujourd'hui et il sera vraisemblablement condamné à mort. Son procès pour apostasie sera probablement télédiffusé dans ce pays en proie à la guerre, et il ne semble pas représenté. Tous les avocats désignés par les tribunaux - tous musulmans - ont refusé de le représenter, n'osant pas défendre un converti.

           Mossa, 45 ans, est marié et père de six enfants. Son plus jeune a 8 ans et il a un enfant handicapé. Mossa est un amputé et il a passé 15 années de sa vie à venir en aide aux autres avec la Croix-Rouge internationale. Un collègue de travail l’a toutefois dénoncé pour s’être converti au christianisme, ce qui est considéré comme un crime dans la plupart des pays musulmans appliquant la charia.

L’Afghanistan a adopté sa constitution en 2003 avec l'aide des États-Unis. L’article 2 stipule que «Les adeptes des autres religions sont libres de la pratiquer, ainsi que leurs rites religieux, dans les limites prévues par la loi.»

Quelle a été la réponse du gouvernement américain? Quand on considère le nombre de vies perdues et les milliards de dollars dépensés, on est en droit d’exiger davantage des Afghans. Un Occidental de Kaboul l’exprime très bien: «Le gouvernement américain est activement engagé en Afghanistan depuis 2001. Il a dépensé des milliards de dollars, investi des millions d'heures en main-d'œuvre, et sacrifié de précieuses vies américaines pour assurer au peuple afghan la jouissance de ses droits humains fondamentaux. Si une personne ne peut jouir de ces droits, personne ne peut en jouir.»

Bien des gens croient que seul le président Karzai peut libérer Mossa, mais je pense qu’il faudra plus que des lettres d’employés de l'ambassade pour y parvenir. Un appel de la secrétaire d'État Hillary Clinton ou du président pourrait accomplir des merveilles. Même Mossa le comprend. Je prie pour que notre président, qui a trouvé le temps de demander à un pasteur de Floride de ne pas brûler des corans, prenne le temps de demander à Karzaï de permettre à Mossa d’avoir la vie sauve.

Source : Afghani Former Muslim May Get Death Penalty for Conversion, par Paul Cooper, NewsReal, 14 novembre 2010

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Chantal MACAIRE 18/11/2010 18:57



Religion de paix et de tolérance, nous serine-t-on !!!!!


Une femme condamnée à la lapidation pour adultère en Iran, une femme condamnée à mort pour blasphème au Pakistan, un homme qui encourt la peine de mort pour apostasie en Afghanistan : que faut-il
de plus pour ouvrir les yeux des ardents défenseurs de l'islam, qui sévissent dans notre pays et trahissent les valeurs de la France ?


Nous n'en sommes pas encore là, certes, mais c'est ce vers quoi nos dirigeants, avec la complicité des "journaleux" et autres "droitsdel'hommistes" imbéciles de la même espèce, nous entraînent...
Comment peuvent-ils ne pas avoir un sursaut de bon sens, devant toutes ces nouvelles qui nous viennent des pays musulmans ?


L'ISLAM, qui refuse la liberté d'expression, d'opinion et de conscience, N'EST PAS COMPATIBLE AVEC LA DEMOCRATIE : c'est pourtant EVIDENT !



henri 18/11/2010 13:54


c'est bien pour cela qu'il faut rapatrier les soldats occidentaux,les humanitaires ainsi que les chrétiens qui veulent venir avec . Et laisser ces abrutis de l'islam macérer dans leur m* !