Egypte : la blogueuse Aliaa Magda Elmahdy risque 80 coups de fouet

Publié le 20 Novembre 2011


Aliaa Magda Elmahdy, la jeune étudiante de la faculté des Beaux-Arts de l'Université américaine du Caire qui a suscité la polémique après avoir posé nue et publié sa photo sur son blogue, est décriée tant par les conservateurs que les soi-disant libéraux en Égypte. Elle a toutefois l'appui de la journaliste britannique d'origine égyptienne Mona Eltahawy et d'autres arabes libéraux de la diaspora en Occident.

En Égypte, une coalition de juristes islamistes a déposé une plainte contre Aliaa et son petit ami Karim Amer auprès du Procureur général. Ils réclament un châtiment conforme à la charia. 

 Lire Ici Puteaux-Libre à ce sujet

Egypte-aliaa-2

Le groupe d'avocats exige que le couple soit puni conformément à la charia, la loi religieuse islamique.

«L’ancienne constitution et les nouveaux articles de la nouvelle constitution stipulent que la loi islamique est la base de la législation ; nous demandons donc que les deux blogueurs subissent les châtiments prescrits par la loi islamique», a déclaré Ahmed Yehia, membre de la coalition, au Bikya Masr. «Ils insultent la révolution en se présentant comme des révolutionnaires qui demandent la liberté sexuelle, et ils ternissent l’image de la Révolution», a poursuivi Yehia. «Notre devoir est de lutter contre la corruption, et il s’agit d’un cas de corruption. Nous luttons contre ceux qui tentent de corrompre la société par des coutumes étrangères inacceptables telles que la liberté sexuelle. «Cette forme d'expression de la liberté peut valoir au couple au moins 80 coups de fouet en public ainsi que des peines d'emprisonnement ou «toute autre peine jugée appropriée», a déclaré Yehia.

Dans le Guardian, Mona Eltahawy loue le courage d'Aliaa et fait valoir que son geste est un défi à la misogynie et à l'hypocrisie sexuelle des dirigeants :

Egypt-aliaa-3

Quand une femme est la somme totale de son foulard et de son hymen – ce qu’elle a sur sa tête et entre les jambes -, la nudité et le sexe deviennent des armes de résistance politique.

On peut voir comment la nudité est enrobée de plusieurs couches d’hypocrisie et de répression en suivant Aliaa Mahdy, une Égyptienne de 20 ans qui a allumé la mèche de cette double bombe H en publiant une photo nue sur son blogue la semaine dernière.

Rappelons que c’est en Égypte que la junte militaire au pouvoir a dépouillé des femmes de leur foulard (les manifestantes détenues ont été forcées de se déshabiller) et de leur hymen en les soumettant, en mars dernier, à des «tests de virginité» – un soldat insérant deux doigts dans leur vagin. Que sont les «tests de virginité» de l’armée si ce n’est une tactique visant à humilier et réduire au silence ? Quand une agression sexuelle est présentée comme un test de «l’honneur de la virginité», le fait de poser dans la maison de ses parents avec seulement des bas, des chaussures rouges et une pince à cheveux rouges est une manière d’attaquer ce patriarcat. [...]

Dans le camp libéral, certains prétendent que Mahdy a «nui» à la révolution en renforçant les préjugés existants envers les révolutionnaires. Honte à eux ! Pourquoi devrait-on permettre à ses adversaires de définir ce qui est «bon» et «mauvais» ? Depuis quand les révolutions laissent-elles leurs adversaires conservateurs définir l'ordre du jour ?

Quand Mohammed Bouazizi, désespéré de l'humiliation, de la répression et de la pauvreté, s'est immolé en Tunisie en janvier, menant l’abus de l’État à sa conclusion logique, il a allumé l'imaginaire révolutionnaire au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Aliaa Mahdy, qui en a assez de l'hypocrisie et de la répression sexuelle, s’est déshabillée. Elle est le cocktail Molotov lancé sur les Moubarak dans nos têtes - les dictateurs de notre esprit - qui affirme que les révolutions ne peuvent réussir sans une vague de changements culturels faisant sauter la misogynie et l’hypocrisie sexuelle.

 

Sources :  Egyptian woman to get 80 lashes for blogging without clothes, Speroforum, 18 novembre 2011, et Egypt's naked blogger is a bomb aimed at the patriarchs in our minds, par Mona Eltahawy, Guardian, 18 novembre 2011. Extraits traduits par Poste de veille

 

 

***

Commentaire d'Hélios d'Alexandrie sous ce billet à propos d'Aliaa :

«Quelques subtilités qui échappent aux non-avertis. Il s'agit dans l'attitude de la blogueuse d'un défi lancé aux islamistes et non d'une provocation gratuite.

La nudité n'est pas le seul élément, à retenir la chevelure abondante (symbole de féminité) et le regard direct qui dévisage (tabou dans l'islam).

Il ne s'agit pas de laïcité ni de laïcisme mais de rejet pur et simple de l'islam.

J'y vois aussi une manifestation subtile de désespoir, comme si cette jeune femme avait le sentiment de n'avoir plus rien à perdre.»

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article