Égypte : les Coptes ne croient plus aux séances dites de “réconciliation”

Publié le 18 Avril 2013

Une traditionnelle rencontre de « réconciliation » convoquée récemment par le régime [suite aux attaques contre l’église d’Al-Khosous puis contre la cathédrale Saint-Marc du Caire, qui ont causé la mort d’au moins 8 personnes (voir ici et )], s’est soldée par une vive contestation des représentants gouvernementaux de la part de fidèles coptes participant à la réunion. À la rencontre, organisée samedi dernier, outre le gouverneur de la province de Qaliubia et le responsable salafiste Abdel-Ghafour, assistant du Président pour les politiques sociales, participaient également des fonctionnaires des services de sécurité, des représentants de l’Université Al-Azhar ainsi que deux prêtres de l’égliseSaint-Georges. Selon des sources locales consultées par l’Assyrian International News Agency (Aina), la contestation des coptes entendait souligner le peu d’utilité de semblables manifestations de “réconciliation” qui demeureront des parades stériles de la propagande tant que les autorités éviteront de poursuivre les responsables des violences sectaires . Le métropolite copte orthodoxe Pacôme de Beheira, commentant la nouvelle escalade d’actes de violence subis par les chrétiens égyptiens, a réaffirmé que « notre foi chrétienne est fondée sur la paix et la réconciliation » et que les rencontres de réconciliation ne doivent pas être séparés de la mission – réservée aux autorités civiles – d’identifier et de punir les assaillants.

Source : Agence Fides

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article