Election dans la huitième circonscription : une occasion manquée. Par Guy Millière

Publié le 7 Juin 2012

Les résultats du premier tour de l’élection dans la huitième circonscription des Français de l’étranger sont clairs.

Philippe Karsenty l’emporte nettement en Israël. Mais une fois ajoutées les voix venues d’Italie, de Grèce, de Turquie, de Chypre et de Malte, ce sont les candidates des deux grands partis, le Parti socialiste et l’UMP qui arrivent en tête.

Je ne sais ce que Philippe Karsenty décidera, mais pour ce qui me concerne, confronté à un pareil choix, je mettrais mes bulletins de vote dans la cheminée, et je les brûlerais pour ne plus les voir.

La première leçon globale qu’on peut tirer est que les Français de l’étranger dans cette région, sauf Israël, sont mus par une force d’inertie. Ils voient un nom sur l’étiquette, ils votent pour le nom sur l’étiquette, et c’est l’étiquette qui aura compté. La démocratie permet de choisir un candidat et son programme. On voit là la démocratie réduite à un minimum par le conformisme des électeurs eux-mêmes.

La deuxième leçon globale qu’on peut tirer est, au vu de l’avance de la candidate du Parti Socialiste, que les Français de l’étranger dans cette région, sauf Israël, penchent à gauche. Ceux qui quittent la France pour partir loin, vers l’Amérique du Nord, le font pour rompre les liens avec l’étatisme asphyxiant à la française. Ceux qui quittent la France pour l’Europe du Sud, eux, continuent à raisonner comme des Français bien formatés, et ne s’éloignent pas du naufrage intellectuel bien qu’ils soient un peu plus loin de Paris.

La leçon qu’on peut tirer pour Israël est qu’il est vraiment et absolument dommage que le nombre d’électeurs qui se sont déplacés n’ait pas été plus nombreux. Les Franco-Israéliens constituent plus de la moitié des électeurs de la circonscription. En votant massivement, ils auraient pu faire la différence. Ils se sont privés de la possibilité d’envoyer à l’Assemblée nationale un député qui aurait vraiment et effectivement défendu les intérêts d’Israël, et qui aurait lutté contre l’antisémitisme ou contre son masque de carton pâte, l’ « antisionisme ». Considèrent-ils qu’en ayant quitté la France, ils ont largué les amarres et que ce qui se dit et ce qui se fait en France ne les intéresse plus ? Peut-être. Et je dois leur dire en ce cas qu’ils ont tort : la France a, internationalement, un pouvoir de nuisance. Se priver d’une « sentinelle de la liberté » n’est, dans des circonstances telles que celles d’aujourd’hui, pas nécessairement un choix judicieux.

On peut aussi, pour Israël, tirer une autre leçon : il est regrettable que pour faire face aux candidates anti-israéliennes (car je ne pratique pas le langage de l’hypocrisie, la candidate socialiste et la candidate UMP sont des candidates anti-israéliennes), l’unité ne se soit pas faite autour d’un candidat.

J’ai de l’estime pour Gil Taieb, je l’ai dit et je l’ai écrit. Je pensais qu’il ferait un bon score en Israël, ce qui a été le cas. Je m’attendais à ce que son score soit plus mauvais que celui de Philippe Karsenty dans le reste de la circonscription, ce qui a été aussi le cas. Ces anticipations n’étaient pas difficile à effectuer, et auraient dû mener à choisir l’efficacité et le candidat le plus à même d’arriver au deuxième tour et, éventuellement, de l’emporter.

Le résultat est là.

Gil Taieb n’a pas gagné. Philippe Karsenty n’a pas gagné non plus.

Gil Taieb ne pouvait, sans doute, pas gagner. Philippe Karsenty aurait pu gagner. Je le connais depuis longtemps, et je sais qu’il aurait fait un excellent député.

Israël n’aura pas de défenseur à l’Assemblée Nationale.

L’UMP et le Parti socialiste, le Front de gauche et les Verts pastèque peuvent manœuvrer en tout quiétude. La mafia du mensonge qui entoure Charles Enderlin doit être très soulagée.

Dommage. Oui : vraiment dommage. Particulièrement dans les circonstances présentes.

Reproduction autorisée, et même vivement encouragée, avec la mention suivante et impérativement le lien html ci dessous :
© Guy Millière pour www.Dreuz.info

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

Claude Germain V 07/06/2012 21:11


On peut remarquer une autre chose c'est qu'en general les français de l'etranger ,tant que certains continuent a recevoir les prestations françaises ,ils sont tranquilles loin du bordel politique
français et de la france en deliquescence qui change d'ethnies et de couleurs ,la plupart s'en foutent PLEIN LES POCHES surtout dans le sud et parr esprit je m'en foutiste et collabos votent
surtout socialiste ......CAR !!!!! ON ADORE LE SOCIALISME TANT QU'IL NE VOUS TOUCHE PAS .....Il faut voir le nombre ENORME DE FRANCAIS EN FRANCE D'ORIGINE JUIVE VOTER ET ADORER LA GAUCHE ET CELA
DANS LES PROFESSIONS LES PLUS FRIQUEES .......POURQUOI ????tels les BHL et ATTALI qui voyage beaucoup ,meme enormement ,socialisme publicitaire et de façade dans une opulance totale  ......


Dans le nord des etats europeens par contre effectivement on trouve des petits salaires dans les deplacés ,apres etudes diverses et pour parfaire certaines experience dans divers metiers .On y
trouve pas mal de gens qui votent a droite .


Finalement plus on va vers le sud ,le fric et le bonheur ,plus on est gauchiste ,pourquoi   ????? mystere des gens trops nantis ,on y trouve bien sur dans ce comportement une forme de
deculpabilisation par rapport au reste de la société et du quandira-t'on ,cela fait paraitre plus genereux humainement parlant ,pendant qu'a l'etranger  l'on vit plus
facilement sur le dos des indigenes ou de  ses semblables bien souvent en les pillant ,en les escroquant , en les faisant suer sans arriere pensées .


Cela c'est du socialisme de façade .....elle est pas belle la vie ...a l'etranger .....