Elisabeth Badinder rend folle la gauche.

Publié le 6 Octobre 2011

Elisabeth Badinder rend folle la gauche. Décidement les Badinder tranchent dans le paysage politique. Entre le Robert qui nous déclare son amour pour Mitterrand au point où il lui excuse y compris la Francisque, René Bousquet et j'en passe, son épouse affirme et confirme son soutien logique à la laïcité. De fait, on la place de facto dans un camp taxé d'extrémisme. Les idéologues de la gauche ont donc décrété qu'Elisabeth a rejoint le camp des fascistes puisqu'elle est pour une laïcité intrangisante et forcément islamophobe.

La gauche est folle mais ce n'est pas d'hier.

La gauche est fascisante mais ne le sait pas encore... depuis le temps.

La gauche n'a pas renoncé a donné des leçons de morale.

La gauche n'a pas renoncé à revendiquer sa laïcité pour peu qu'elle ne concerne que la chrétienté et le judaïsme.

Cette gauche est sûr d'une chose: l'islamophobie c'est du racisme.

L'islam totalitaire? islamophobie!

L'islam pend, lapide, décapite? Le dénoncer c'est de l'islamophobie!

L'islam appelle aux meurtres des "associatifs (les chrétiens), les juifs ? Le condamner c'est de l'islamophobie!

Tout islamophobe est fasciste et en conséquence tout ce qui soutient la laïcité luttant contre l'islam est condamnable. C'est le même discours pour toute personne qui n'est pas pro palestinien. C'est de l'extrémisme de droite également.

La gauche a passé un pacte avec le diable islamiste et ne réalise pas qu'elle poursuit  la même politique qu'autrefois avec le communisme. Que des personnalités de gauche ouvrent enfin les yeux prouve que rien n'est perdu. 

Gérard Brazon

***

Le Monde.fr a publié, jeudi 29 septembre 2011, de larges extraits d'une interview d'Elisabeth Badinter au Monde des religions. J'ai dû les relire deux fois pour être sûr qu'il n'y avait pas maldonne. Malgré tout ce qu'elle avait déjà dit et écrit, je ne pouvais penser que cette philosophe soit tombée aussi bas. Elle affirme en effet: «En dehors de Marine Le Pen, plus personne ne défend la laïcité». Non seulement elle cautionne ainsi les propos de la leader d'extrême droite, mais elle en fait la championne par excellence de la laïcité. Selon elle, la gauche aurait «complètement abandonné ce combat», Manuels Valls (qui ne sera sans doute pas ravi de se retrouver en si mauvaise compagnie) étant, selon ses dires, l'exception qui confirme la règle.  
 
On croit être en plein cauchemar, vu l'influence de la philosophe. Mais malheureusement, il ne s'agit nullement d'un dérapage, encore moins d'une citation tronquée. Elisabeth Badinter donne elle-même l'explication logique de cette incroyable connivence. «Croire en Dieu, déclare-t-elle, doit rester une affaire intime.» On retrouve, en effet, une vision de la liberté de conscience analogue à celle que proclame Marine Le Pen. Cette dernière déclarait, en effet, à propos des prières de rue: «Ceux qui n'ont pas de place dans la mosquée n'ont qu'à prier chez eux» (Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI, 19 décembre 2010).
Vous pouvez lire la suite sur ce site imbuvable.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Colbert 06/10/2011 13:16



La gauche râcle les fonds de tiroir, espèrant (idiots utiles) récupérer quelques voix en caressant l'islamofascime dans le sens du poil...


Quand on dîne avec le diable, il faut une longue cuillère, dit-on. Notre gauche-collabo n'a vraiment pas idée de la longueur de la cuillère en question. Elle sera bouffée, irrémédiablement
phagocytée. Le seul problème est de ne pas sombrer avec elle !



mfh 06/10/2011 12:03



tres bonne synthese sur les dupont dupond, que sont les badinter...caricature de la goche caviar...et de la bien pensance...ne pas oublier le grand moment chez pujadas ou monsieur "
propre" a l allure plutot guindee jusqu a ce jour, s est lache sans commune mesure pour sauver le "soldat dsk"....mf



Bonapartine 06/10/2011 10:21



Le problème, c'est qu'entre temps, Madame Badinter a fait marche arrière toutes sur ses déclarations initiales afin de ne pas devoir affronter les tirs de missile que lui envoie en pleine figure
la doxa médiatique. Quel courage !


Bonapartine.