Éloge du secret par Denis Tillinac

Publié le 14 Juillet 2011

Copé a raison de dénoncer la “primaire” concoctée par le PS pour s’équiper d’un candidat à la présidentielle. Mais l’accès d’un parti aux listes des électeurs inscrits, que le secrétaire général de l’UMP estime à juste titre très contestable, n’épuise pas les risques de flicage politique.

Dans les départements ruraux, où des dizaines de bureaux de vote contrôlés par les militants du PS sont prévus, chaque élu, dans chaque commune, saura à l’unité prés qui a participé au scrutin. Les maires, les présidents de communautés de communes ou d’agglomération, les conseillers généraux, sauront que tel employé municipal ou départemental n’est pas allé voter. Ils s’en souviendront forcément lorsqu’ils auront à décider d’une embauche, d’une promotion ou d’une titularisation. La remarque vaut dans les deux camps : l’élu de droite saura que tel employé, qu’il croyait neutre ou de sa paroisse, a signé la charte d’adhésion aux “valeurs” de la gauche.

Autant dire que les clientélismes, déjà repérables dans les collectivités territoriales, vont carrément s’africaniser. Le chef d’entreprise, le chef syndical sauront également quels salariés ou quels adhérents sont allés signer et voter. Certains s’y seront résolus par trouille ou par calcul ; d’autres par bravade. Ou par jeu. Dans les grandes villes, où les militants du PS connaissent peu d’électeurs, des droitiers, voire des extrêmes droitiers, iront prêter leur voix au candidat présumé le plus toquard. Dès lors qu’ils ne risqueront aucun retour de bâton, ils signeront la charte sans la moindre vergogne, sachant qu’elle ne les engage à rien. Du reste, on se demande comment les apparatchiks de Harlem Désir vont définir les “valeurs” de la gauche ? La liberté, la justice, l’égalité, la laïcité, la démocratie ? Personne, que l’on sache, n’est partisan de la servitude, de l’injustice, de l’inégalité, de la théocratie ou de la dictature. Donc, ces “valeurs” sont avalisables par la totalité du corps électoral. Si j’étais Copé, je serais tenté d’inciter tous les adhérents de l’UMP à aller signer et à voter ; après tout, en tant que citoyens, ils ont bien le droit d’avoir un avis sur le candidat de la gauche le plus apte à gouverner la France. Ils ont aussi le droit de s’amuser en piégeant un parti dont les ténors clament haut et fort leur mépris de la droite en général, et de Sarkozy en particulier.

De quelque façon qu’on les envisage, ces primaires ne promettent que de l’embrouille. Elles inciteront au voyeurisme et à la délation. On voudra savoir qui “en est” ou pas, comme on disait jadis, à voix feutrée et dans l’intimité, des rouges, des francs-maçons, des cagoulards ou des camelots du roi. On se renseignera en douce et le jour du scrutin on ira musarder, l’air de rien, aux alentours des bureaux de vote. On insinuera, on ragotera, on débinera. On aura perdu un acquis précieux, dans ce pays où la passion politique dégénère si facilement en haine : le secret du vote. Ce voisin de palier ou de lotissement, on supposait qu’il était de l’autre bord, mais comme on évitait d’aborder le sujet, le doute subsistait. Ce doute cautionne un minimum de sociabilité entre gens très politisés, et en France ils sont (trop) nombreux à détester viscéralement le “réac” ou le “socialo”.

Le choix pour un parti de présenter ou de soutenir un candidat ne saurait concerner que ses adhérents, et personne d’autre. En conséquence, il incombe à ce parti d’organiser un vote, dans ses propres locaux, avec ses propres moyens, comme l’ont fait récemment les communistes et les écolos. Lesquels d’ailleurs pourront en toute logique participer à ces primaires puisqu’ils se réclament des “valeurs” de la gauche. Pour quel candidat socialiste voteront les supporters de Mélenchon et ceux de Joly ? Pour le moins préjudiciable aux intérêts de leur champion.

Les préfets qui hésitent à fournir aux militants du PS les listes électorales et les élus qui hésitent à leur prêter leur mairie pour une affaire somme toute privée ont une réaction des plus saines. Un parti est une association, pas une institution. Depuis que le droit de vote existe en France, c’est avec une certaine solennité que les citoyens vont l’exercer dans leur mairie, et nul n’omet le passage dans l’isoloir. La double banalisation d’un lieu éminemment public et d’un acte démocratique majeur témoigne d’un irrespect fâcheux pour la tradition républicaine soi-disant chère aux socialistes français. 

Denis Tillinac sur Valeurs Actuelles

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

L'En SAIGNANT 15/07/2011 10:19



Moi qui hélas (question âge) a connu l'époque SFIO à l'oeuf "MOLLET" et ai vécu dans le milieu le plus infesté par cette engeance, je peux me permettre de dire que comme "tordus
emberlificoteurs"; on ne fait pas mieux; surtout depuis qu'ils sont membres fondateurs de la con-fédération UMPS .! 



Mascara83 15/07/2011 08:02



Si la primaire concoctée par les socialistes se réalisait, je pense qu'il faudrait aller voter en masse pour le corniaud de la liste, ou alors, écrire sur le bulletin du ou de la
candidate la plus en "vogue",  non au, ou, à la mythomane. Sauf, erreur de ma part, tout bulletin comportant un "grigri" sera considéré
comme nul...



Vanpyperzele 15/07/2011 06:51



Je ne sais pas si c'est possible,mais il serait aussi comique de voter nul,ce qui amenerait a un scrutin a rebondissements salaces.



isabelle 15/07/2011 06:34



Je suis d'accord avec M. Tillinac : il faut aller voter en masse, signer sans scrupules l'adhésion "aux valeurs de la gôche" et élire le plus improbable des candidats.


On n'aurait pas fini de rigoler.


Prendre la gôche à son propre piège.



Nancy VERDIER 15/07/2011 00:29



Comme tout ce que font les socialistes, il y a de l'ambigüité dans l'air et ce vote est ambigü. Il donne une allure démocratique à une "cuisine" privée qui est en réalité
un "flicage" et il se sert des rouages de l'Etat sans vergogne. Aux Préfetx et aux Maires de refuser l'organisation de ce déballage.
Par ailleurs, je trouve le "ton" de l'article de Denis Tillinac, beaucoup trop "doux" et "poli".....



mfh 14/07/2011 23:20



je pense effectivement que ce n est pas anodin ni neutre...encore avec des effets rebonds qui nous echappent encore...mf