Elvis Presley, mort il y a trente cinq ans, était américain, juif et conservateur. Par Guy Millière

Publié le 27 Août 2012

Je n’ai aucun mal à discerner ce qui dérange tant les antisémites.

Les Juifs sont peu nombreux sur la terre. Deux êtres humains sur mille environ, peut-être un peu plus. Mais quand on voit ce que les Juifs ont apporté à l’humanité depuis des millénaires, on peut aisément avoir l’impression qu’ils sont plus nombreux.

Je ne pense pas les Juifs plus intelligents que quiconque. Je pense que la culture juive est porteuse d’une quête de l’excellence et de la connaissance absolument fécondes, et je pense que nous bénéficions tous de cette fécondité.

Pour des gens comme moi, qui aiment la réussite et l’accomplissement, et qui regardent vers le haut, cette fécondité est un bienfait, et cela fait partie des raisons pour lesquelles, comme je le dis dans mes conférences, je pense qu’Israël rend le monde meilleur.

Pour des gens imprégnés d’envie et de ressentiment, pour des gens qui croient que ce qu’ont les autres doit rendre jaloux, pour des gens qui ne discernent pas que la richesse est création, et seulement création, il en va tout autrement. Ces gens détestent les Juifs précisément parce qu’ils ont apporté de manière disproportionnée à l’humanité. Désireux de rabaisser la quête de l’excellence et de la connaissance plutôt que se hausser vers l’excellence et la connaissance, ils détestent la fécondité juive et rêvent de l’anéantir.

Les Juifs ont été détestés dans le christianisme parce qu’ils n’avaient pas voulu voir en Jésus le fils de Dieu. Et on a très longtemps oublié dans les sociétés chrétiennes que Jésus était juif. Pendant des siècles, les Chrétiens ont pris comme référence essentielle un Juif, imprégné de pensée juive, et n’en ont pas moins persécuté les Juifs.

Les Juifs ont été et sont toujours détesté dans l’islam parce qu’ils n’ont pas vu en Muhammad l’ultime prophète et ont noté dans le Coran une version dérivée et mal recopiée des livres saints du judaïsme, à juste titre, car le Coran est effectivement une version dérivée et mal recopiée des livres saints du judaïsme. L’islam est imprégné de pensée juive mal comprise et cette pensée juive mal comprise, à laquelle se sont ajoutés d’autres éléments venus de la culture arabe, a servi à persécuter les Juifs.

Les apports des Juifs à la culture, aux arts, aux sciences pour le seul vingtième siècle sont absolument immenses, et aucun autre peuple au monde n’a autant apporté. Les Juifs n’en sont pas moins traités toujours avec suspicion par des gens qui, sans les apports juifs, ne seraient sans doute même pas vivants aujourd’hui.

Les accomplissements d’Israël sont extraordinaires : le monde musulman se refuse à les voir et à œuvrer pour que les accomplissements israéliens fassent avancer la prospérité dans toute la région. On préfère, dans le monde musulman, s’exciter à l’idée de pouvoir détruire Israël, quitte à croupir dans les décombres. En Europe, aux antisémitismes nazis et fascistes a succédé l’antisémitisme d’une extrême droite renaissant de ses cendres, l’ « antisionisme » d’une extrême gauche qui se conduit et pense comme les nazis tout en se pensant antifasciste et antinazie, et l’antisémitisme musulman qui se mêle fort bien aux deux autres antisémitismes.

Les Etats-Unis restent une exception.

Ils ont été dans l’histoire moderne le pays le moins touché par l’envie et le ressentiment, ce qui en a fait le pays le moins touché par l’antisémitisme, le christianisme américain lui-même a toujours été infiniment moins antisémite que le christianisme en Europe. Les Etats-Unis, comme l’a expliqué David Gelernter dans son livre Americanism : the Fourth Great Western Religion, sont le seul pays qu’on puisse vraiment dire judéo-chrétien, juif et chrétien, ce que ne comprennent pas la plupart des Européens. Les Etats-Unis sont pénétrés depuis quelques décennies par des venins venus d’Europe, ceux du socialisme, de l’envie et du ressentiment qui accompagnent le socialisme. Il existe désormais un gauchisme américain qui ressemble au gauchisme européen et ce gauchisme a pénétré le parti démocrate américain. Il est allé jusqu’à la Maison Blanche. L’ « antisionisme » d’extrême gauche est désormais très présent aux Etats-Unis. Et il fait le lit de l’antisémitisme musulman.

Parlant de tout cela, je pensais intéressant de relever que le plus célèbre de tous les chanteurs américains, celui qui est identifié au rock’n roll, un homme d’un très grand talent dont on écoute toujours les enregistrements sur les cinq continents et qui est mort trop tôt, voici trente cinq ans, le 16 août 1977, d’un abus de médicaments, qui a montré que, même parvenu au sommet de la gloire, l’être humain est fragile, était juif.

Il ne l’a jamais souligné, mais il ne l’a jamais caché non plus. Si on lui en parlait, il se disait chrétien et juif : chrétien par les valeurs, Juif par les valeurs aussi et par l’héritage, la culture, la mémoire. A la mort de sa mère, il a fait placer sur la tombe de celle-ci une étoile de David. Pendant les dernières années de sa vie, il portait sur scène, à chaque fois, un pendentif appelé « chai » (vie), qui incluait des mots hébraïques et l’étoile de David.

Dans cette époque malsaine, relever qu’Elvis Aaron Presley était Juif me semblait utile. Combien de fans d’Elvis sur la terre savent qu’ils sont fans d’un Américain, imprégné des valeurs de l’Amérique, et juif ?

J’ajouterai qu’Elvis Presley n’a jamais caché aussi qu’il était imprégné des valeurs de l’Amérique profonde, républicain, et conservateur.

Que la paix soit sur lui.

Reproduction autorisée et vivement encouragée, avec la mention suivante et le lien ci dessous :

© Guy Millière pour www.Dreuz.info

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Faits Divers- Sociétés

Commenter cet article