Emmanuel Valls vient d'inaugurer la mosquée de Cergy-Pontoise

Publié le 8 Juillet 2012

Pour obtenir une mosquée, les musulmans de Cergy ont dépassé leurs divisions

La mosquée que vient inaugurer vendredi matin 6 juillet Manuel Valls, le ministre de l’intérieur, est le fruit du partenariat noué entre la ville et la Fédération musulmane de Cergy, dont la création a été favorisée par la municipalité.

Inauguration de la mosquée de Cergy

La volonté politique et la prédominance de l’islam africain ont permis à la petite dizaine d’associations musulmanes de passer outre à leurs divergences.

 

Avec cet article

 

« Nous sommes très contents de notre mosquée. Nous remercions le bon Dieu et aussi M. le Maire. » Après la prière du soir, quelques hommes, vêtus de robes blanches immaculées, sont restés pour la prière du « zikr », l’invocation des noms de Dieu. En sortant, dans un grand sourire, ils résument l’état d’esprit de leur communauté.

« Très belle », « bien conçue », « pratique »  : les motifs de fierté des fidèles de la toute nouvelle Grande mosquée de Cergy (Val-d’Oise) reviennent en boucle. Franco-Marocain installé en France depuis quarante-deux ans, Abdelsalam Dahdi ne se lasse pas d’en faire la visite, montrant les futures salles de cours au sol de marbre immaculé, la moquette moelleuse qui recouvre le sol de sa salle de prière, ou encore les salles d’ablutions pour hommes et pour femmes…

Il est vrai que l’attente a été longue. Dans les années 1980, les premières associations musulmanes se constituent et commencent la collecte de fonds en vue de la construction d’un lieu de culte. Alors que les fidèles se pressent chaque vendredi dans un gymnase, le maire Dominique Lefebvre prend en 2002 l’engagement « d’accompagner » la communauté dans son projet.

« À LA PLACE DU MAIRE, J’AURAIS FAIT PAREIL »

 « Une dizaine d’associations souhaitaient chacune leur mosquée, se souvient Samba Coulibaly. Il nous a dit : “D’accord mais je veux un seul interlocuteur.” » En avril de l’année suivante, une charte est signée, scellant l’adhésion de tous « aux valeurs de la République », et en juin, la Fédération musulmane de Cergy (FMC) est créée. Le terrain est trouvé un peu plus tard dans un quartier pavillonnaire de Cergy-le-Haut, et cédé, avec un bail emphytéotique, pour 1 €.

La Grande mosquée de Cergy, que le ministre de l’intérieur a choisi de venir inaugurer aujourd’hui, illustre la politique que tentent de mener de nombreux élus confrontés à la fois au manque de lieux de culte musulmans et à l’éparpillement de la communauté. Visiblement, les fidèles n’en tiennent pas rigueur au maire (PS) de Cergy.

« À sa place, j’aurais fait pareil. De toute façon, nous n’avons pas l’argent pour construire cinq mosquées », reconnaît Samba Coulibaly, qui fut l’un des membres fondateurs de la FMC.

« TOUS LES MAIRES DEVRAIENT FAIRE COMME LUI, ET TOUS LES MUSULMANS COMME NOUS »

Sur les 3,7 millions d’euros du budget total, seul 1,7 million est déjà réglé, « sans aucun apport de pays étranger », assurent les responsables de la FMC. Le reste a été emprunté, la mairie se portant garante pour la moitié. « Dites bien que c’est nous qui payons, grâce à la collecte de dons », insiste l’imam, le cheikh Tahar Mahdi, confronté aux remarques parfois désagréables des voisins sur « la mosquée du maire ».

Cet Algérien d’origine, formé à Damas et à la Sorbonne et qui se dit en délicatesse avec les autorités religieuses de son pays en raison de ses prises de position en faveur de « l’islam de France », reconnaît avoir été étonné lui-même de la capacité des associations locales à travailler ensemble sur ce projet. Elle tient, selon lui, à la prédominance d’un « islam africain », moins nationaliste que ses cousins marocain, algérien ou turc.

Tous aussi se félicitent de « la fermeté » affichée par le maire. « Tous les maires devraient faire comme lui, et tous les musulmans comme nous », affirme avec fierté Abdelsalam Dahdi.

 

Anne-Bénédicte Hoffner, à Cergy (Val-d'Oise)

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article