En finir avec cette Europe liberticide...

Publié le 29 Janvier 2014

L'Europe fédéral est un anachronisme affolant, un cancer pour les Nations. Cette chose, ce machin pour paraphraser De Gaulle doit être combattu au plus vite. Les peuples et leurs cultures sont sur le point de périr au profit d'une bouillie islamisée. Pour tous ceux qui connaissent le virus de l'islam, nous savons in fine qui vaincra surtout avec la participation de 80 millions de Turcs.

Gérard Brazon

******

L'adhésion turque est une étape obligée dans le N.O.M. Un tel réservoir humain de culture musulmane achèverait de détruire l'Europe historique.

referendum-non-non

Par Joris Karl et François Jourdier (Bd Voltaire)

Hollande est peut-être adepte du seppuku, finalement. Parce que dans une France où le chômage volatilise les records, où la laïcité recule tous les jours, proposer un référendum sur l’entrée de la Turquie ré-islamisée dans l’Union européenne, c’est presque un hommage lointain à Mishima !

En effet, même avec l’habituelle propagande massive, les chances d’un oui à l’adhésion ottomane sont maigrichonnes comme un sushi déshydraté. L’État aura beau mettre Mickey Magazine, Ruquier, Bedos, Caron et tous les comiques officiels au service du « oui », Libé ou Le Monde auront beau nous faire peur avec le risque d’une troisième guerre mondiale ou l’éventuelle chute d’un astéroïde géant si on ne vote pas bien, le non l’emporterait à coup sûr. Les Français en ont plus que soupé.

De plus, le président de la République, comme tout bon socialiste, n’est pas fan du référendum. Ce genre de chose, c’est bon pour les populistes. On se souvient combien toute la gauche et une partie de la droite ont combattu en son temps la politique référendaire du Général. Faire appel au peuple ? Beurk ! Si la gauche osait, elle supprimerait le suffrage universel pour les présidentielles…

Alors dire , sur le sujet de la Turquie, « que les Français ne s’inquiètent pas, on leur demandera leur avis, ils auront le dernier mot » est plus que surprenant. L’envie d’un suicide politique ? Avec Hollande, il faut se méfier. L’homme peut être capricieux, très « ado attardé », racontent ceux qui le connaissent. L’homme au scooter, quand même pas complètement idiot, sait qu’il va échouer économiquement, et imagine peut-être quitter la scène au lendemain d’un vote forcément désastreux. Tactiquement, en plus, il peut diviser la droite sur le sujet ; à l’UMP, il y a un bon noyau d’européistes fanatisés qui rêvent d’une extension à l’infini, parce que grand marché, parce que pognon, parce que…

L’adhésion turque est une étape obligée dans le nouvel ordre mondial. Un tel réservoir humain de culture musulmane, dont l’empire a toujours été l’ennemi juré de la chrétienté, achèverait de détruire l’Europe historique. Elle continuerait l’incroyable fuite en avant du traité transatlantique et de l’euro. Après, il ne serait plus possible de refuser d’autres nations musulmanes, d’autant que les Turcs feraient alors le forcing et disposeraient d’un poids non négligeable. En ce moment, les dirigeants d’Ankara envisagent sérieusement de refaire de Sainte-Sophie une mosquée. Le jour où cela arrivera sera une déflagration. Un message clair et net : nous repartons à la conquête. Hollande est au courant ? Connaît-il l’origine de ses chers croissants ?

J’oubliais, une question : à part Le Petit Journal, la miss météo, la secte verdâtre et une partie des troupes roses, mais qui va défendre l’entrée de la Turquie ? Parce que politiquement, soyons honnêtes, le « oui » sera un vrai tue-l’amour !

*******

Il y a quelques mois, on apprenait que l’Europe se préparait à signer des accords d’association avec l’Ukraine. L’affaire capota, le président ukrainien Viktor Ianoukovitch ayant préféré se rapprocher de la Russie. Depuis, l’Ukraine est en ébullition et l’on se bat dans Kiev.

Première question : qui, en Europe, avait pris la décision de ce rapprochement avec l’Ukraine ? Avait-on consulté les populations ? Il est temps d’arrêter l’extension de l’Union européenne qui a déjà dépassé les limites du raisonnable. Si l’on avait consulté les citoyens des Etats membres, aurait-on accueilli la Bulgarie, la Roumanie et certains États de l’ex-Yougoslavie ? Qu’avons-nous gagné à accueillir ces États mafieux, sinon une multiplication des trafics et des vols, et la prolifération des Roms ?

Il est temps de dire aux Ukrainiens : vous voulez peut-être appartenir à l’Europe, mais nous ne le souhaitons pas, ni maintenant ni jamais. L’Ukraine n’est pas européenne.

Comparer la Pologne et l’Ukraine – même appartenance à l’ancien monde soviétique, même poids démographique – et dire que, depuis que la Pologne appartient à l’Europe, elle s’est développée au point que son PIB vaut quatre fois celui de l’Ukraine n’a pas de sens si l’on considère que l’Ukraine n’appartient pas à l’Europe et n’y a jamais appartenu. Laissons l’Ukraine à l’orbite russe, sinon petit à petit l’Europe va s’étendre au Caucase et à ses éternels conflits.

Il en est de même de la Turquie ; n’entretenons pas par un dialogue avec la Turquie un vain espoir d’adhésion à l’Union européenne. La Turquie est en crise économique d’abord, mais aussi politique. C’est un pays musulman qui n’a rien d’européen, mettons une fois pour toutes les choses au point : il n’est pas question que la Turquie rejoigne l’Union européenne, elle fait partie de la zone moyen-orientale au même titre que l’Irak et la Syrie.

Le président Hollande en visite en Turquie a bien promis de soumettre une adhésion éventuelle à un référendum. On sait ce que cela signifie : quand le résultat d’un référendum ne plaît pas, on le contourne.

L’extension illimitée de l’Europe doit cesser.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Europe liberticide

Commenter cet article

michel-la-six 07/02/2014 15:56


Mettre la Turquie dans l'Europe est une imbécillité géographique, culturelle, historique contre notre neutralité religieuse et notre laïcité qui se devraient de mieux instruire notre
Peuple pour l'aider à se libérer de tous ces religieux escrocs qui, chacun prônant sa secte, toujours bardée de dogmes, nous vendent paradis, enfer et damnation, toutes choses inventées pour
mieux manipuler les peurs des plus naïfs, dans la crédulité d'une irréalité confondante de bêtise. 

aupied 31/01/2014 03:29


NON a l'entrée de la turquie dans l'europe , car cela deviendras l'ouverture a tout les pays arabes , nous ne sommes pas des musulmans , que les gouvernements nous fichent la paix aves leurs
copains arabes , s'ils croient quand étant copains avec ces gens là cela les sauveras si malheureusement il y a un conflit , le gouvernement ce met le doigt dans l'oeil jusqu'au coude , car ces
gens là n'ont aucun respects pour les autres , ne melangeons pas les torchons et les serviettes , nous sommes catholiques , et non islamistes , en continuant sur cette lancés nous allons devenir
sodome et gomorrhe , ET JE DIS A NOUVEAU NON? NON ET RE-NON PAS DE TURQUIE EN EUROPE 

DURADUPIF 29/01/2014 23:02


Au cirque (il y a des rues pour ça) d'erdogan et au croisssant c'est NON, NON et trois fois NON !


 

L'EN SAIGNANT 29/01/2014 18:45


D'après les traîtres qui nous gouvernent, seule la culture (il paraît qu'il y en a une .!) muslim est digne et respectable et doit s'imposer à tous en remplacement de toutes les autres ....!


PAUVRES et TRISTES SALAUDS .!

mika 29/01/2014 18:34


Eric zemmour : Le miracle turc est devenu miroir aux alouettes



https://www.youtube.com/watch?v=4fFXbdTY0NQ