En France les agressions contre les religieux chrétiens s'envolent - Préface Gérard Brazon

Publié le 19 Mai 2013

Gérard 56ans (4) Que font et disent les associatifs de tous poils, les MRAP, les LDH, les LICRA, les SOS-Racisme? Silence sur toutes les lignes!

Que disent les médias, nos médias si promptes à dénoncer la neige en hiver, à se révolter contre la sécheresse en été, à s'émouvoir sur les inondations au Printemps?Elles ne disent rien sur les coups qui pleuvent sur les têtes des moines et autres croyants!

Que n'auraient-ils pas dit sur l'agression d'un Imam? Combien de Ministres se seraient déplacés pour assurer de leur soutien ce pauvre musulman et vilipender les "heures les plus sombres de notre histoire"! Cela vous fait sourire? Vous avez à la fois raison et tort!

Raison parce que parfois le sourire est une arme si ce n'est un moyen de décompression!

Vous avez tort car ce n'est pas fini hélas! Les Eglises attaquées et pillées ne sont pas une goutte dans la mer en France! Les statistiques prouvent que ce sont les Eglises qui paient le plus lourd tribu qu'exigent les hordes de barbares qui s'y attaquent dans l'indifférence généralisée!

Une mosquée et c'est la fin du monde dans les médias et les parttis pôlitiques mais des Eglises, ce ne sont finalement que peccadilles pour ces braves gens!

Vous avez tort car ce sont les prémisses de l'installation à long terme d'une autre civilisation! Après que les Eglises soient détruites pas des Maires, viendra les Eglises transformées en Mosquée!

Nos bien-pensants y verront là de l'ouverture, de la main tendue vers l'autre, le différent! L'islam y verra de l'abandon et de la faiblesse et la main tendue ne fera que montrer un bras convoité!

Gérard Brazon

******

Lundi soir vers 20 heures, le père Grégoire de la communauté de Saint-Jean a été agressé par un individu. Frappé au visage le religieux était inconscient sur le sol à l'arrivée de deux autres membres de la communauté. Ce mardi matin vers 11 heures, Monseigneur Cattenoz, archevêque d'Avignon a dénoncé une insécurité grandissante dans le quartier Saint-Ruf (alors que le directeur départemental de la Sécurité publique évoque plutôt une baisse de la délinquance dans ce secteur), ainsi que la multiplication des vols et menaces envers les membres de la communauté.

Le chef des catholique de Vaucluse est même allé beaucoup plus loin : "Ce quartier est progressivement pris en main par des gens de religion musulmane"... Avant de proposer de créer une instance regroupant les principaux responsables religieux, afin d'apaiser la situation.

L'Avignonnais Mohammed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman, veut également calmer la jeu : "Avant de mettre en avant l'appartenance religieuse de l'un ou de l'autre, il faudrait voir si l'agression était accompagnée de gestes et de paroles en rapport avec la religion. Lui donner une dimension religieuse me semble contre-productif".

En attendant, les politiques n'ont pas tardé à réagir.

Si le maire d'Avignon Marie-Josée Roig (UMP) se dit "consternée par cet acte inqualifiable", rappelant que "notre pacte républicain ne peut tolérer des attaques aussi violentes perpétrées par certains avec un sentiment d’impunité insupportable", le député-maire d'Orange Jacques Bompard (Ligue du Sud) évoque, lui, un "acte de racisme (au sens du Code pénal) à l’égard d’un religieux catholique, qui est aussi la conséquence de la haine que propage un certain islamisme à l’égard de tout ce qui est français et chrétien".

Source Vaucluse-Matin

LEPUIX-GY : QUATRE BRAQUEURS MARTYRISENT UN MOINE

Quatre hommes armés et visages dissimulés ont brutalisé le prieur du monastère de Lepuix-Gy, hier, pour obtenir le contenu d’un coffre.

Les malfaiteurs ont brutalisé Frère Basile pendant environ 45 minutes. Photo d’archives ER

On frémit en constatant les bassesses et les lâchetés dont usent des individus pour arracher de l’argent facile. Escroqueries, vols, cambriolages, agressions, menaces ou encore séquestrations ! La limite a encore été repoussée, dans la nuit de jeudi à vendredi, avec le martyre qu’a subi frère Basile au prieuré Saint-Benoît de Chauveroche à Lepuix-Gy.

Cette affaire sordide débute vers 1 h du matin. Quatre hommes âgés d’une vingtaine d’années se présentent à la porte du monastère. Fondé en 1980 par l’Abbaye de la Pierre-qui-Vire, il est situé dans un cadre bucolique propice à la méditation. Seul inconvénient, l’endroit est isolé, au fond de la vallée de Chauveroche, une des extrémités de Lepuix-Gy. Le monastère est occupé par six frères, dont l’âge oscille entre 76 et 92 ans. Il dispose d’une hôtellerie de sept chambres pour des retraites individuelles. Sa librairie contient des livres remarquables. Et à 500 m du monastère, un chalet est réservé aux groupes.

Autant d’activités qui rapportent aux frères des subsides modestes, dont les malfaiteurs ont voulu prendre possession.

Vers 1 h, des individus frappent violemment à la porte. Encagoulés pour certains, une capuche rabattue sur le visage ou un foulard pour les autres, ils bousculent frère Basile dès que le moine entrouvre la porte. Dès cet instant, le calvaire du prieur commence. Il durera environ quarante-cinq minutes. Tour à tour, les individus le saisissent, le rudoient, l’injurient, le menacent de mort. Ils vont même jusqu’à le menacer de le conduire dans le bois pour le tuer. En parallèle, ils fouillent des pièces du monastère, quitte à tout retourner. Leur objectif ? Un coffre-fort où ils pensent trouver de l’argent. Seulement, ils ignorent que les moines ne conservent pas de grosses sommes d’argent. Les religieux préfèrent les placer sur leur compte bancaire. Au final, les malfaiteurs ne connaîtront jamais l’emplacement de ce coffre.

Fort accent des suspects


Frère Basile doit son salut à l’un des frères. Dans leur quête, les auteurs font trop de bruit. Un des moines est réveillé et hurle. Sa réaction provoque la panique du quatuor qui embarque tout ce qui lui passe sous la main : le portable du prieur, un lecteur de CD, du matériel informatique et de la nourriture, dont un gigot. Les individus s’enfuient à bord de la voiture avec laquelle ils sont venus. Ils prennent soin de ne pas allumer les feux du véhicule pour dissimuler la plaque d’immatriculation. Les malfrats partis, les frères alertent la gendarmerie. Quelques minutes plus tard, les militaires de la communauté de brigade de Giromagny et de la brigade des recherches procédaient aux relevés techniques et scientifiques.

L’enquête s’est poursuivie toute la journée d’hier, avec l’espoir de trouver des témoins qui auraient aperçu des allers et venues inhabituels autour du prieuré, ou éventuellement les auteurs. Les enquêteurs, très discrets sur leurs progrès, ont examiné la liste des derniers pensionnaires du prieuré. Il s’agit évidemment de déterminer si une retraite n’a pas servi de repérage.

Mais l’attention des militaires s’est aussi portée sur les auditions de la principale victime et des rares témoins. Un détail sensible les aurait frappés : le fort accent des suspects. Réel ou simulé ?

De son côté, la victime évidemment choquée, nous a fait savoir qu’elle ne témoignerait pas. Ce vol avec arme a néanmoins créé des réactions à Lepuix-Gy, commune située au pied du Ballon d’Alsace. Le maire Daniel Roth nous a fait part de son émotion et de sa compassion.

Pascal CHEVILLOT

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Faits Divers- Sociétés

Commenter cet article

LA GAULOISE 19/05/2013 12:38


QU EST CE QU ON ATTEND POUR SUPPRIMER TOUTES CES ASSOCIATIONS DE MERDE (CELLES QUI NE DEFENDENT QU UNE SEULE GATEGORIE DE PERSONNES AGRESSEES ) ET LE PAPE  LES EVEQUES ET AUTRES
CARDINAUX  OU SONT ILS QUAND L EGLISE CATHOLIQUE A BESOIN D EUX? JE NE PARLERAI MEME PAS DES ERREURS DE LA  NATURE QUI NOUS GOUVERNENT....

henri 19/05/2013 10:30


Monsieur Valls ? à deux temps , deux poids , deux mesures ....


DOIT DEGAGER !


 

mika 19/05/2013 10:03


Chutttttttt !


http://www.leparisien.fr/faits-divers/disparition-de-fiona-la-police-sur-la-piste-d-un-ancien-ami-de-la-mere-18-05-2013-2813959.php

DAPHNIS 19/05/2013 09:49


Monsieur Valls, toujours prompt à se rendre sur les lieux d'un acte raciste, aurait-il besoin d'une carte routière pour trouver le chemin d'Avignon ?


A défaut, une vidéo en place publique, sur grand écran, réitérant son homélie (toujours la même) ferait l'affaire !


 


Il est vrai que cet acte est d'une banalité...


 


Effarant !