En Iran, l’exécution d’une peine d’aveuglement reportée

Publié le 16 Mai 2011

Une victime iranienne rendue aveugle par un prétendant éconduit poursuit sa demande de vengeance malgré qu'elle vive en espagne.
En paraphrasant Georges Orwell sur l'argent, on peut dire: On n'échappe pas à la barbarie du fait d'être hors de portée de celle-ci semble-t-il. 

Les autorités judiciaires de Téhéran ont reporté l’exécution, prévue aujourd’hui, d’une peine prévue par la charia concernant Majid Movahedi. Cet homme avait été condamné en 2008 à être rendu aveugle par des gouttes d’acide versées dans ses yeux, pour avoir lui-même défiguré et aveuglé en 2004 Ameneh Bahrami qui refusait sa demande en mariage.

 

Cette jeune femme, aujourd’hui âgée d’une trentaine d’années et vivant désormais en Espagne, a répété à plusieurs reprises qu’elle maintenait sa demande de voir la peine appliquée, « pour dissuader ceux qui penseraient à commettre un tel crime dans le futur ».

Les autorités n’ont donné aucune explication sur ce report, ni annoncé de nouvelle date pour l’exécution de la peine. Amnesty International s’était élevé hier contre cette exécution y voyant un « châtiment cruel et inhumain équivalent à un acte de torture ».

 

 

(AFP)

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Faits Divers- Sociétés

Commenter cet article

Nancy VERDIER 16/05/2011 10:40



La justice espagnole devrait en retour demander - ne serait-ce que pour la forme -  l'incarcération de ce prétendant  criminel. La jeune femme est réfugiée en Europe et doit bénéficier
de notre protection. C'est dans ces cas là que les étrangers qui cherchent asile chez nous doivent être entièrement protégés et aidés.