En pleine affaire Prism, le Parlement européen s'équipe de téléphones américains.

Publié le 9 Juillet 2013

Si nous voulions savoir à quel point l'Union européenne n'existe pas face aux Etats-Unis, parmi les autorités de Bruxelles, un tout petit fait commercial pour l'info.

Le Monde

Bruxelles, bureau européen. Les députés et l'ensemble du personnel du Parlement européen, à Strasbourg et à Bruxelles, ont découvert récemment que l'ensemble du système de téléphonie de l'institution avait été remplacé par du matériel ultramoderne... de fabrication américaine. Une nouveauté qui serait sans doute passée inaperçue si les révélations du consultant Edward Snowdenn'avaient confirmé que les institutions européennes étaient particulièrement ciblées par l'Agence nationale de sécurité américaine (NSA), au travers de géants de l'Internet.

L'appel d'offres du Parlement – Telsis lot 2 – publié le 9 avril 2011 a été remporté par la filiale belge de British Telecom (BT) et "il a été démontré que la solution la plus avantageuse" pour l'équipement était celle de l'entreprise californienne Cisco, l'un des leaders mondiaux sur le marché de la téléphonie sur réseaux IP –, incluant l'Internet Protocol.

 

"LE SYSTÈME CISCO ÉTAIT LE PLUS ADAPTÉ"

 

Telle est du moins la réponse de l'institution. Son secrétaire général, "en réunion", ne peut apparemment donner plus de précisions. Le marché portait sur un montant total de 2,3 millions d'euros. Certains députés s'étonneront d'abord qu'une institution européenne se soit dotée de matériel "made in USA"."Conformément aux règles de l'Organisation mondiale du commerce, le Parlement ne pouvait utiliser comme critère de choix le pays d'origine du matériel dans l'appel d'offres", réplique l'administration. (Affolant cette ouverture, ce libre échange au dépend des salariés européens !)

 

Elle insiste : "Le contrat avec BT est un contrat-cadre de service, ce qui signifie que nous avons défini les besoins et qu'il est apparu que le système Cisco était le plus adapté." Le Parlement a-t-il veillé à la sécurité de son nouvel appareillage ?"Nous définissons nos propres mesures concernant les infrastructures de communication. Elles ne sont pas partagées avec le fournisseur", affirme encore l'administration.

 

SURVEILLANCE NIÉE PAR CISCO

 

Dans ses appels vers l'extérieur, le Parlement utilise les réseaux publics et se fie aux mesures de sécurité mises en place par les fournisseurs d'accès. Les services de l'institution n'indiquent pas si des mesures complémentaires ont été envisagées.

 

Contactée à Bruxelles et Paris, la société Cisco n'a pas répondu aux sollicitations du Monde. Au moment des révélations sur Prism et sur l'implication dans ce système de divers fournisseurs d'accès, la compagnie américaine avait publié, le 19 juin, un communiqué niant toute participation de sa part à des opérations de surveillance.

 

Le 7 juin, le quotidien britannique The Guardian avait cité Cisco comme l'un des fournisseurs de routeurs du trafic de données immédiatement exploitables par les services de renseignement.

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Europe liberticide

Commenter cet article

christophe 10/07/2013 20:38


Le PRISM français existe : http://reveil-et-vous.fr/article-edward-snowden-est-un-cadeau-du-ciel.html

L'EN SAIGNANT 09/07/2013 19:50


"Pardonnez leur, ils ne savent pas ce qu'ils font" ce qui ne date pas d'hier et ne s'arrange pas.! En revanche, ils savent parfaitement bien se servir et se remplir les poches par n'importe quels
moyens savamment discriminatoires et injustes, même si c'est au détriment de leurs prétendus administrés ... !

mika 09/07/2013 17:14


C'est même bête d'acheter des téléphones portables alors que certains les jettent


Un Qatari jette 5 Iphones à la poubelle


 


https://www.youtube.com/watch?v=rTBAishml2o