En signant le Traité transatlantique, la France enterre sa souveraineté économique !

Publié le 23 Mai 2014

En signant le Traité transatlantique, la France enterre sa souveraineté économique !Le Traité transatlantique va dévorer la France !

Par Olivier Renault, « La Voix de la Russie ».

 

Les conseils régionaux d’Île de France et de Provence-Alpes Côte d’Azur, comme la ville de Besançon, veulent un débat national sur le projet de Traité transatlantique de libre-échange. On découvre que les Français n'ont pas été informés de ce Traité, ni de son contenu.

Nous avons contacté la ville de Besançon et obtenu un entretien avec Solange Joly, adjointe au maire chargée des relations internationales. A une semaine des élections européennes nous devons choisir un parti qui défende les intérêts de la France et pas ceux des États-Unis, car Bruxelles veut leur donner la France. On découvre que les têtes de liste de l'UMP et du PS ne dénoncent pas sincèrement le projet de Traité transatlantique. L’Élysée n'informe pas la population et ne protège pas les intérêts français. Les médias ne soulignent pas assez le contenu du projet qui va liquider le pays et ses structures. Le projet transatlantique est un immense scandale qui touche les fondements de nos nations et leurs histoires. Besançon a envoyé un courrier à François Hollande mais le président de la République n'a pas répondu…

« Dans tous les pays européens, ce Traité ouvre un vrai débat. De nombreux pays qui se trouvent dans l'Europe sont très inquiets. De plus en plus de gens tentent de se renseigner sur ce Traité en France. De nombreux collectifs et de nombreuses villes réagissent », explique Solange Joly qui se dit communiste. Les alternatifs, le PS de Besançon, EELV, le Parti communiste et la société civile, ont voté majoritairement la motion contre le projet de Traité transatlantique. « Ce projet d'accord a été négocié dans le plus grand secret et nous sommes très inquiets à plusieurs niveaux. En France, l'information officielle sur le projet de Traité transatlantique n'est pas donnée », explique Solange Joly pour expliquer le vote au sein du conseil municipal de Besançon.

« Le 14 juin 2013, les 27 gouvernements de l'Union européenne dont la France ont approuvé le mandat donné à la Commission européenne pour négocier un accord de libre échange avec les États-Unis » explique Solange Joly. On apprend que cet accord a été négocié dans le plus grand secret et qu'il prévoit les mêmes législations des deux côtés de l'Atlantique. « Ils veulent tout harmoniser en libéralisant au maximum les échanges, la circulation des capitaux, et en protégeant les investisseurs ». Les multinationales auront la possibilité d'attaquer les États si elles considèrent que leurs profits sont menacés ou simplement revus à la baisse. Solange Joly poursuit : « Cela se traduira pas des sanctions commerciales pour le pays contrevenant ou par une réparation pouvant être de plusieurs millions d'euros au bénéfice des plaignants. Si les gains de ces échanges sont flous, les risques sont bien réels. Avec cet accord le marché de l’agroalimentaire américain pourra plus facilement écouler ses produits sur le marché européen. »

Solange Joly veut avertir les Français : « C'est surtout sur le niveau des mesures non tarifaires que l'accord va être impactant. Les normes sociales, sanitaires et d'environnement, seront interdites si jugées déraisonnables, arbitraires ou discriminatoires faisant voler en éclats les normes de notre pays et les normes européennes. » Les intérêts des grosses entreprises et des lobbies américains se font ressentir : « Le libre accès aux matières premières est explicite. Fini donc l'interdiction d'exploiter les gaz de schiste. L'interdiction des OGM ne sera plus possible. La ville de Besançon serait directement touchée si ce Traité est signé. » D'après Solange Joly et les élus du conseil municipal de Besançon, il sera très compliqué de parler à 100 % de nourriture locale dans les restaurants scolaires, de défendre la politique de régie pour la distribution de l'eau et la production d'énergie car ces biens seraient privatisables.

Le Traité transatlantique va imposer sa loi même sur toutes les communes de France : « Toutes les municipalités s'y opposant pourront être accusées d'entraves à la liberté de commerce ». La demande citoyenne provenant des élus du conseil municipal de Besançon n'est pas écoutée, s'indigne Sophie Joly : « Les élus de la ville de Besançon réunis en conseil municipal demande au président de la République et au président de la Commission européenne, la diffusion publique et immédiate des textes relatifs aux négociations du Traité transatlantique qui représentent une attaque sans précédent contre la démocratie ». L'ouverture d'un débat national impliquant la participation des collectivités territoriales, des organisations syndicales et associatives, ainsi que des organisations socioprofessionnelles et des populations est indispensable selon la ville de Besançon.

Faut-il remarquer que le président de la Commission européenne est le même qui a contribué à la faillite de son pays, le Portugal ? Et qu'il soutient la politique drastique de la Troïka en Grèce ? Tous ces faits sont expliqués dans le livre de Jürgen Roth « Le Putsch silencieux ».

Source : La Voix de la Russie

En signant le Traité transatlantique, la France enterre sa souveraineté économique !

 

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Europe liberticide

Commenter cet article

Marie-claire Muller 25/05/2014 16:31


POUR SE RAPPELER CE QUE SONT LES ANGLO SAXONS:


 


DEVOIR DE MEMOIRE = DRESDE, les 13, 14 et 15 FEVRIER 1945, par Pieter KERSTENS



Par France Presse Infos - Le Gaulois








L







e XXème siècle laissera dans l’Histoire le souvenir d’un cortège d’horreurs sans nom. La communauté
juive se souvient de ses morts et impose le recueillement permanent à Auschwitz. Pour le peuple juif, ses dirigeants, ses groupes de pression et ses porte-paroles, Auschwitz est un symbole
unique, le symbole d’une souffrance indicible.





DRESDE doit être le symbole de toutes les victimes civiles et innocentes de la guerre aérienne à outrance, qui a frappé tous
les peuples européens, jour après jour, de 1940 à 1945. La stratégie des tapis de bombes (imposé par le « théoricien »-major anglais Harris, pour « casser » le moral des populations et forcer les
peuples à se soulever contre leurs dirigeants), est une négation de la civilisation qui, elle, postule que la guerre doit être menée par des militaires contre des militaires, en
épargnant les femmes et les enfants. DRESDE doit être un symbole car elle était une ville d’art, reflétant une culture de la joie de vivre, diamétralement différente du militarisme que l’on a
généralement reproché aux Allemands.


Paradoxalement, c’est cette ville, vouée au théâtre, à la musique, aux porcelaines et à l’art, que les anglo-américains ont
rasé, sans le moindre impératif militaire ou stratégique, comme l’ont reconnu par ailleurs la majorité des observateurs britanniques et américains. Cette stratégie de la terreur n’a pas
brisé le peuple allemand qui, au contraire, a su faire face !¢


 





En ce jour anniversaire de ce crime de guerre atroce, il faut se rappeler :



*que 8.000
bombes explosives et 600.000 bombes incendiaires ont conduit 135.000 civils au royaume des cieux, selon les estimations les plus basses. D’après les sources officielles allemandes, il y en eu
plus de 250.000 (« Deutschland Heute ». Éditions Press und Informazionsambt des Bundesregierung. Page 31. 1961).



*que parmi
les morts se trouvaient de très nombreux réfugiés civils et beaucoup de prisonniers de guerre alliés, qui fuyaient l’avance des troupes soviétiques.



*que
l’ensemble des raids aériens en Europe a fait des millions de victimes civiles, qui ne peuvent pas simplement et hypocritement être envoyées aux oubliettes.



*que
l’horreur des bombardements aveugles allemands ou alliés, qui ont frappé aussi les populations françaises (Caen, Le Havre, Rouen, Lisieux, Carentan, Royan, Boulogne-Billancourt, etc…) et belges
(Anvers, Courtrai, Etterbeek, Forest, Houffalize, Namur, Saint-Vith, etc…) doit inciter nos responsables moraux à condamner sans appel de telles pratiques et à nos gouvernants qu’ils expriment
leur refus et s’opposent à leur réédition sous toutes les formes, comme au Vietnam, en Irak, à Belgrade, en Afghanistan, à Bagdad ou plus près de nous, en Lybie…



*qu’à
l’avenir, les tactiques incluant le bombardement de zones habitées devraient être considérées comme des crimes de guerre imprescriptibles et jugées comme telles.



*que les élus
des municipalités, villes et villages, qui ont été frappés en Europe, se souviennent de ces raids aériens destructeurs et mobilisent leurs efforts à l’échelon local afin de raviver le devoir de
mémoire au nom de la multitude d’innocents arrachés à l’amour de leur famille.



*qu’un centre
d’études devrait s’occuper de cultiver le souvenir de nos morts, de récolter les témoignages des derniers survivants, afin d’étayer la mémoire des générations futures, qui ne peuvent pas
oublier.



*que cette
horreur, partagée par tous les européens, puisse au moins servir à souder les hommes et les femmes de notre continent et leur fasse comprendre qui sont réellement les ennemis de la paix et de
l’unification de l’Europe, dans la fraternité et la réconciliation.¢

Pivoine 24/05/2014 13:24


le PS de Besançon, EELV, le Parti communiste [...], ont voté majoritairement la motion contre le projet de Traité
transatlantique.


 


Je crois savoir que ces gens-là ont voté pour grollandouille...

mika 23/05/2014 16:53


Jeudi 27 février, le journal en ligne allemand ZEIT ONLINE a publié une version fuitée du
projet de traité transatlantique. Celle-ci, traduite ci-dessous en français, date du 2 juillet 2013, soit quelques jours avant le lancement des négociations. Pour
rappel, le mandat de négociation
octroyée à la Commission européenne par les ministres du commerce a été validé lors du Conseil du 14 juin 2013.


Ce projet d’accord constitue donc la base de discussion établie par la Commission européenne en lien avec les partenaires américains et les entreprises
privées...


 


http://www.contrelacour.fr/projet-traite-transatlantique-ttip-fr/