En Tunisie, un mort déclaré chrétien ne peut se faire enterrer dans son village natal de Bèja.

Publié le 28 Novembre 2012

Alors qu'en France on fait de la place dans les cimetières pour que l'apartheid se poursuive au delà de la mort, les habitants de Bèja en Tunisie refusent à un mort d'être enterré dans le cimetière de son village natal parce qu'il serait, entre temps, devenu chrétien en France là ou il a vécu. Elle est belle la religion d'amour, de tolérance et de paix!

Gérard Brazon

****

“Béja, la ville des cigognes,  a été le théâtre d’un grand désaccord au sujet de l’inhumation d’un mort hier, vendredi 23 novembre. Lors des funérailles, de nombreux citoyens de la ville se sont opposés à l’enterrement  dans le cimetière de Béja d'un tunisien originaire de la région et qui vivait en France. Selon les témoignages des habitants, cette opposition est due en raison de sa religion, il aurait été chrétien, semble-t-il. Dans un cas pareil, quelles sont les solutions qu’il faudrait envisager à l’avance, pour qu’un être humain soit dignement enterré, même s’il est d’une autre confession ?”

Read more about Tunivisions.net |Tunisie , Société : Où doit-on enterrer un tunisien ‘’chrétien’’ ? A Béja l’inhumation d’un citoyen a créé un grand désaccord.

Source Tunisivision.net

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article

Claude Germain V 01/12/2012 15:32


On va finir par arroser tous nos cimetiere avec de la "pichiore"  ..... une odeur qui ne doit ABSOLUMUNT PAS DISPARAITRE DE NOS CAMPAGNE DE FRANCE.......


Pour ceus qui ne connaissent pas la pichiore c'est le lisier de porc ..... mille pardons ; ce sont les dejections animales issues du  cochon dans lequel TOUT EST BON...

jp 29/11/2012 14:00


pourquoi en France accepte t'on de mettre en terre des musulmans ? je sais on est moins con ,je veux dire civilisé

mika 28/11/2012 17:43


Anderlecht: les funérailles tournent au règlement de comptes


http://www.7sur7.be/7s7/fr/3007/Bruxelles/article/detail/1540908/2012/11/28/Anderlecht-les-funerailles-tournent-au-reglement-de-comptes.dhtml