En violation de l’accord de paix israélo-égyptien, des missiles anti-aériens installés par Le Caire dans le Sinaï

Publié le 23 Août 2012

« L’Egypte a mis en place des batteries anti-aériennes dans le désert du Sinaï » affirme aujourd’hui Israël, ce qui « va à l’encontre des accords de paix entre nos deux pays. »

Le président égyptien Muhammad Morsi, un leader des Frères musulmans, a rapidement et de façon inattendue remplacé les chefs pro-américains de l’armée pour y mettre des amis. Il en est allé de même avec la presse ou des Frères Musulmans ont été mis à la tête des principaux journaux égyptiens.

Mohamed Morsy

Morsi, partisan d’une forme extrême de l’islam sunnite, devrait par ailleurs s’envoler pour Téhéran ce mois-ci, pour rencontrer des leaders musulmans qui appellent à la destruction d’Israël.

« Nous parlons de missiles: missiles antichars et anti-aériens que l’armée égyptienne a introduits dans le Sinaï », a déclaré Eran Singer, journaliste de Kol Israel, spécialiste des affaires arabes. « C’est quelque chose qui se passe ces derniers jours », a ajouté Singer, qui ne mentionne pas ses sources, mais il est probable que l’information provienne de l’armée israélienne (Tsahal).

Installer des missiles le long de la frontière d’Israël, sans la permission d’Israël, a été l’un des principaux facteurs qui ont mené à la guerre de 1973 où l’Egypte a utilisé sa couverture des missiles anti-aériens pour attaquer le jour du Yom Kippour.

Mais le commentateur dit que le transfert de missile n’est que la partie la plus visible des changements radicaux en Egypte depuis le renversement d’Hosni Moubarak, l’autocrate pro-américain qui a dirigé l’Egypte pendant 30 ans.

« Morsi est maintenant à la tête de l’exécutif, il nomme et dissout les gouvernements en Egypte, [mais] il est aussi le pouvoir législatif en l’absence d’un parlement. et [peut] promulguer une loi qu’il veut, » a déclaré le Dr Guy Bechor, l’un des meilleurs experts israéliens des affaires arabes.

« Le nouveau dirigeant égyptien est également en charge de la politique étrangère, de la politique intérieure, de la sécurité, de l’économie et plus », a ajouté Bechor, qui se spécialise dans l’analyse juridique et journalistique de la société arabe au Centre Interdisciplinaire d’Herzliya.

« Il finalise les accords internationaux, interprète la Constitution, et a le pouvoir de nommer un groupe de travail qui élaborera une nouvelle constitution. Et oui, après un an et demi de semi-anarchie, l’Egypte est encore une fois un pays gouverné par une seule personne. Une dictature  »

Bechor a déclaré: « la dictature actuelle est encore plus sévère que Moubarak, dont les décisions étaient prises en collaboration avec le Parlement, les partis politiques et les tribunaux. Ici, nous parlons d’un homme qui contrôle tout.  »

Avi Yissacharoff, spécialistes des affaires arabes pour le journal Haaretz, est d’accord avec cette analyse, notant que Morsi est effectivement devenu le roi d’Égypte.

Cette affaire des missiles égyptiens arrive à un moment de grands troubles régionaux, et soulève des enjeux et des tensions à la frontière sud d’Israël alors même que la pression intense se développe sur Israël dans le nord et l’est. A l’est, la Jordanie fait face à l’instabilité croissante instaurée par les tribus bédouines, anciennement fervents défenseurs de la monarchie, protestent aujourd’hui contre les conditions économiques, et contre les 150.000 réfugiés syriens arrivés dans le pays ces derniers mois.

Dans le nord, le Hezbollah et son chef Hassan Nasrallah, affirment vouloir lancer des roquettes et obus sur Israël pour infliger « des dizaines de milliers de morts » si Israël décidait de frapper l’Iran.

Toujours dans le nord, des opposants syriens d’Assad , en grande partie des Frères Musulmans de Syrie, peuvent prendre le contrôle de certaines régions du pays. Et surtout, de certains stocks d’armes chimiques, de roquettes, de missiles. Ils essayent aussi d’obtenir des informations sur la fabrication du missile Stinger anti-aérien.

Les développements dramatiques régionales obligent les planificateurs stratégiques israéliens à modifier leurs hypothèses et les affectations de force, selon des sources au sein de la communauté de la sécurité israélienne.

Par le Dr Michael Widlanski – Algeimener  - Adaptation française JSSNews
L’auteur est un expert sur la politique arabe et de la communication, est l’auteur de Battle for Our Minds: les élites occidentales et la menace terroriste publié par Seuil / Simon and Schuster.
Il a été conseiller stratégique au Ministère israélien de la Sécurité publique et enseigne à l’Université Bar Ilan.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article

Epicure 23/08/2012 16:33


l’Egypte est encore une fois un pays gouverné par
une seule personne -. Une dictature  


Et ça les étonne??????????????????


Mais j'espère maintenant que l'Egypte va sombrer
dans le chaos de la guerre civile et les Américains Imbéciles (excusez le pléonasme!) vont être contraint par le réel et non les fantasmes CIA-esques de changer leurs positions au Sinaï..