Enfin un prof couillu à l'Université de Nantes - par Gérard Brazon

Publié le 18 Janvier 2013

Rien n'est perdu dans le monde des profs. Voilà un prof de mathématique qui a viré une "étudiante" étrangère venant de la Tunisie salafiste. Bien entendu et comme d'habitude, cette étudiante se pointe avec son hidjab à l'Université de Nantes pour faire sa provocation habituelle mais là, elle tombe sur un prof qui lui demande de retirer son foulard. Celle-ci proteste (normal cela fait partie du jeu) mais lui tient bon. La "pauvre petite" sort en laissant par hasard ses affaires dans la classe et cherche à déposer une plainte aux autorités universitaires. Mais personne hormis quelques profs lèches babouches.

Bien entendu, dans l'article suivant lu sur un site musulman et signalé par Danielle Moulins, la volonté de lier le racisme et l'islamophobie est patente. A vomir... Mais il n'est pas interdit de féliciter ce prof de Math.

Gérard Brazon

*****

Saphirnews (Site musulman)

La Coordination contre le Racisme et l’Islamophobie (C.R.I.) vient d’être sollicitée par une nouvelle victime de l’islamophobie dans le milieu universitaire qui accueille des adultes et qui n’est pas concerné par la loi du 15 Mars 2004 (dite loi contre le foulard). 

Nous sommes scandalisés et dénonçons avec fermeté cette nouvelle atteinte aux droits des citoyens de confession musulmane que certains prennent pour un défouloir en continuant à les humilier en permanence, avec une extension grandissante de ces champs d’exclusion. 

Une jeune étudiante de 24 ans a été exclue de la salle de cours de la Faculté scientifique de Nantes par un professeur de mathématiques qui lui a dit « Retirez moi ça ! ». L’étudiante lui a répondu : « ça c’est un voile et la loi et le règlement m’autorisent à le porter car mon visage est découvert » et le professeur de lui dire « Je m’en fous, sortez d’ici ! »

L’étudiante blessée et humiliée (Prière de verser une larme !ndlr GB) devant ses camarades a laissé ses affaires et est partie en pleurs au bureau du doyen de la Faculté mais celui-ci était absent, elle s’est alors adressée à d’autres professeurs qui lui ont exprimé leur compréhension et ont condamné cette exclusion injustifiée

Nous avons donc dans cette nouvelle affaire une démonstration, s’il en était besoin, que l’islamophobie est bien un fléau qui fait des ravages (Tandis que les chrétiens d'Orient vivent en harmonie avec l'islam ??!!Ndlr GB) et que les pouvoirs publics doivent prendre en charge de manière sérieuse, en légiférant pour endiguer cette extension. Après les écoles, les lycées, les lieux de travail, les espaces de loisirs, les restaurants, les moyens de transport, les auto-écoles , les centres de formation, etc., voici que les universités subissent à leur tour l’expression abjecte d’extrémistes qui attisent la haine et mettent en danger le vivre ensemble ici et ailleurs. 

Etant donné que cette jeune étudiante est d’origine tunisienne et qu’elle fait partie de l’élite venue enrichir le savoir universitaire, (sans avoir à subir les humiliations et exclusions), (Ici, vous pouvez franchement vous marrer. Ndlr GB) nous demandons à l’Ambassade de Tunisie en France de prendre sa défense et d’interpeller les autorités de tutelle pour exiger des sanctions contre ce professeur venu déverser sa haine au lieu de transmettre son savoir. 

Une plainte a été déposée et la Coordination contre le Racisme et l’Islamophobie mettra tout en œuvre pour que ce genre d’injustice cesse et que des sanctions appropriées soient prononcées pour prévenir d’autres dérapages.  

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Histoire d'Islam

Commenter cet article

ANGE 19/01/2013 11:33


chaque acte citoyen envers le vermine voilée et babouchée est une victoire


et Dieu que ca remonte le moral

DURADUPIF 18/01/2013 18:45


http://actualite.portail.free.fr/france/18-01-2013/nantes-exclue-d-un-cours-a-tort-une-etudiante-voilee-porte-plainte/?bloc_actu


La Prof est déjà découillu. Avec le courage fuyons des sans couillu autour d'elle, la corânerie à repris le sens d'une marche, dont UN BEAU JOUR il faudra bien sérieusement se mettre en travers.


 

Claude Germain V 18/01/2013 16:38


Prof Femme ou Homme , meme courage , encore mieux la part d'une femme..

Loly 18/01/2013 16:20


Manifestement, c'est une prof femme et non pas un homme, et déjà la direction s'est soumise et a présenté des excuses (à l'ouest...rien de nouveau, donc!)

LA GAULISE 18/01/2013 16:16


Bravo Monsieur le professeur ! Vous venez de me réconcilier avec les mathématiques .

lombard 18/01/2013 15:04


bonjour


c'est a nous de se prendre en charge de réagir ,au lieu d'attendre qu'untel ou bien untel dans une autre ville reagisse!! bougez vous les gaulois !!!et ensuite, on passera a une etape suivante
;leur montrer la porte de la sortie et le quai de l'embarquadere afin  de rejoindre leur pseudo paradis qu ils quittent tous pour venir profiter de nos alloc et nombreuses aides...si ils ne
comprennent pas il faut se rappeler que les foulards ne sont pas innifugés.....

Pouf 18/01/2013 14:29


Bof ! Rien de grave, cette fille n'est qu'une masochiste et elle apprécie de vivre "blessée et humiliée" voire repoussée...voilà pourquoi elle ne prend pas sa valise...

segond 18/01/2013 13:58


enfin un prof courageux , si tout le monde était comme ça , nous Français ne serions pas obliger de subir toutes ces pressions de la part des étrangers


 

Claude Germain V 18/01/2013 13:02


VITE !!!! VITE !!!!! le nom de cet HOMME ADMIRABLE ....ET FRANCAIS SURTOUT ...... glorifions le et prions pour lui ?? car
maintenant les nazis vont lui tomber dessus....

Respectvaleurs 18/01/2013 12:59


Apparemment "l'étudiante" a été réintégrée avec des excuses de la part de la Direction : besoin d'anti-vomitifs?

DURADUPIF 18/01/2013 12:55


J'espère qu'il y aura mobilisation si d'aventure "ils emmerdent" ce professeur. Deux, mais qu'attend cette tunisienne pour aller à l'université de tunis, qui semble être "occupée" par les
salafistes. Ce qui doit correspondre à ses souhaits. Trois mais qu'attendent nos autorités pour inviter ces étudiants étrangers à retourner vite vite dans leurs pays, où j'en suis sùr on étudie
de manière parfaite grace au bédouin bien aimé.