Enfumage encore: l’appel de 75 députés PS : « Le droit de vote des étrangers aux élections, c’est maintenant »

Publié le 17 Septembre 2012

Les signataires socialistes qui ont lancé un appel au droit de vote des immigrés en parfaite connaissance des conséquences sur la nature du corps électoral

 

François Hollande a mis en avant, tout au long de sa campagne, une conception de la citoyenneté ouverte, digne héritière de la Révolution française et de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, sans qu’un lien entre citoyenneté et nationalité soit indispensable. Les sirènes de l’UMP et du Front national ne le firent pas reculer lors de la campagne, au contraire : ce sujet tranche net la séparation entre la gauche et la droite.

L’obstacle des mœurs invoqué par François Mitterrand en 1988 n’en est plus un : en novembre 2011, 61 % des Français y étaient favorables. Après de nombreuses tentatives de la part des parlementaires de gauche pour proposer le droit de vote des étrangers, à l’Assemblée et au Sénat sous des gouvernements de droite, une loi constitutionnelle a été adoptée au Sénat le 8 décembre 2011.

A la veille de la reprise des travaux parlementaires, le temps presse. En effet, mettre en place le droit de vote et d’éligibilité des étrangers aux élections municipales ne se fera pas en un jour. D’abord parce que l’adoption de la loi constitutionnelle à l’Assemblée nationale, la réforme de la Constitution par le Parlement, la loi organique et sa mise en application requièrent un temps incompressible. Par ailleurs, cette mesure changera la nature du corps électoral en France : loin d’être votée à la va-vite, elle doit au contraire être discutée publiquement pour en expliquer la portée et sa contribution à une République réconciliée avec ses citoyens. (...)

On se demande en quoi le mot "réconciliée" peut-être utilisé. Etre un citoyen résulte de la nationalité et non de quoi que ce soit d'autres. La République, ce sont des français qui n'ont pas besoin de se réconcilier avec qui que ce soit en fait, car ils ne sont fâchés avec personne lorsqu'ils exercent leur droit de vote. Cette argumentation est encore une manipulation du vocabulaire cherchant encore à culpabiliser les Français et leur faire croire qu'ils sont minoritaires dans leur refus du droit de vote aux immigrés. D'ailleurs, il serait très simple d'organiser un référendum sur ce sujet et l'on verrait immédiatement ce que veulent les français.

En fait, si les socialistes refusent ce référendum c'est bien parce qu'ils savent que le chiffre de 61% pour le droit de vote est un mensonge pur et simple. 

Gérard Brazon

Les 75 députés signataires : Pouria Amirshahi (Français établis hors de France), Nathalie Appéré (Ille-et-Vilaine), Alexis Bachelay (Hauts-de-Seine), Serge Bardy (Maine-et-Loire), Philippe Baumel (Saône-et-Loire), Nicolas Bays (Pas-de-Calais), Karine Berger (Hautes-Alpes), Philippe Bies (Bas-Rhin), Gisèle Biémouret (Gers), Jean-Pierre Blazy (Val-d’Oise), Yves Blein (Rhône), Patrick Bloche (Paris), Isabelle Bruneau (Indre). Gwenegan Bui (Finistère), Jean-Claude Buisine (Somme), Colette Capdevielle (Pyrénées-Atlantique), Alain Calmette (Cantal), Christophe Caresche (Finistère), Nathalie Chabanne (Pyrénées-Atlantique), Marie Anne Chapdelaine (Ille-et-Villaine), Valérie Corre (Loiret), Pascal Deguilhem (Dordogne), Sébastien Denaja (Hérault), Fanny Dombre-Coste (Hérault), Sandrine Doucet (Gironde), Jean-Pierre Dufau (Landes), Laurence Dumont (Calvados), Martine Faure (Gironde), Alain Fauré (Ariège), Mathias Fekl (Lot-et-Garonne), Richard Ferrand (Finistère), Geneviève Gaillard (Deux-Sèvres), Laurent Grandguillaume (Côte-d’Or), Estelle Grelier (Seine-Maritime), Edith Gueugneau (Saône-et-Loire), Jérôme Guedj (Essonne), Elisabeth Guigou (Seine-Saint-Denis), Razzy Hammadi (Seine-Saint-Denis), Mathieu Hanotin (Seine-Saint-Denis), Régis Juanico (Loire), Pierre-Yves Le Borgn’ (Français établis hors de France), Dominique Lefebvre (Val-d’Oise), Axelle Lemaire (Français établis hors de France), Annick Lepetit (Paris), Jean-Pierre Le Roch (Morbihan), Arnaud Leroy, (Français établis hors de France), Audrey Linkenheld (Nord), Lucette Lousteau (Lot-et-Garonne), Marie-Lou Marcel (Aveyron), Jean-René Marsac (Ille-et-Vilaine), Martine Martinel (Haute-Garonne), Sandrine Mazetier (Paris), Patrick Menucci (Bouches-du-Rhône), Corinne Narassiguin, (Français établis hors de France), Philippe Noguès (Morbihan), Maud Olivier (Essonne), Christian Paul (Nièvre), Hervé Pellois (Morbihan), Elisabeth Pochon(Seine-Saint-Denis). 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

yves IMBERT 18/09/2012 13:22


LA GAULOISE


a votre argument les islamo-marxistes aux commandes nous répondent que le référendum à eu lieu le 6.05.12, c'est vrai que nombre de ceux qui sont aujourd'hui mécontents auraient été bien inspiré
de suivre les recommandations de ce site avant de donner leur voix ou leur abstention à un traitre

Yves IMBERT 18/09/2012 13:19


JP


exact j'oublie toujours cette bizarerrie française que l'on ne retrouve pas dans les pays d'émigration qui nous envoient généreusement ceux qui deviennnent notre richesse

jp 18/09/2012 11:20


avant de vouloir donner le droit de vote,il faut impérativement enlever le droit à la double nationalité .

LA GAULOISE 18/09/2012 08:17


Il me semble que c'est aux français de décider si oui ou non les etrangers ont le droit de regard et de vote sur la politique française , d'ou :    REFERENDUM .

S. Dekerle 17/09/2012 20:32


"Le peuple vote mal, changeons le peuple". Des collabos et des tricheurs!