Enquête : l'attitude des belges envers les juifs. Traduction Nancy Verdier

Publié le 6 Mars 2013

Par Peter Martino   Nancy2013 (2)  Traduction Nancy Verdier

4 mars 2013 (Gatestone Institute)
Sources : 
Belgian Attitudes Toward Jews

L’enquête, menée par le professeur Mark Elchardus a également montré que les sentiments  anti-juifs des musulmans se répartissent  dans tous les groupes socio-économiques et ethniques, que les élèves soient issus de familles riches ou modestes, ou que les parents se considèrent comme modérés ou traditionalistes. La conclusion en est que les sentiments anti-juifs  ont pour cause l’islam, et non pas des facteurs socio-économiques.

La Belgique, préfigure la moyenne des pays européens, car située au milieu de l’Europe occidentale, entre la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne et les Pays-Bas. Ce petit pays de 11 millions d’habitants héberge à la fois le siège de l’OTAN et celui de l’Union Européenne. Pour savoir ce qu’est la vie des Juifs aujourd’hui en Europe, prendre la température en Belgique constitue une mesure significative.

Il se trouve que la situation est très mauvaise. Et elle s’aggrave. L’an dernier, les insultes antisémites et les actes violents ont augmenté de 30 pour cent, avec 88 plaintes circonstanciées, comparativement à 62 l’année précédente. Parce que de nombreuses victimes ne portent pas plainte, le nombre réel d’incidents est nettement plus élevé. La tendance belge reflète la situation de la France voisine, qui a vu les attaques antisémites passer à 614 en 2012, contre 389 en 2011. L’incident le plus grave fut l’assassinat d’un rabbin et de trois écoliers juifs par un fanatique islamique à Toulouse en Mars 2012.

Le mois dernier, Joods Actueel, un mensuel juif de la ville d’Anvers, dont la population juive est relativement importante, a publié les résultats choquants d’une enquête auprès près de 4.000 élèves belges âgés de 14 et 18 ans.

L’enquête, menée par Mark Elchardus, professeur de sociologie à l’Université de Bruxelles, a montré que  75% des jeunes musulmans de cette ville portuaire avaient des sentiments antisémites.

De tous les écoliers musulmans, 50,9 pour cent sont totalement  d’accord et 24,5 pour cent partiellement d’accord avec l’affirmation selon laquelle les juifs provoquent la guerre et en reportent la responsabilité sur les autres. Interrogés pour savoir si ils pensent que les Juifs se considèrent comme meilleurs que les autres, 49,3 pour cent des jeunes musulmans pensent que oui et 23,6 pour cent, ont une réponse plus mitigée. 
D’autres questions ont généré des résultats similaires. 45,1 pour cent sont totalement d’accord et 27,9 pour cent sont partiellement d’accord avec l’affirmation que les Juifs veulent dominer. Et 35,4 pour cent sont totalement d’accord et 37,6 pour cent d’accord en partie avec l’affirmation que les Juifs ont trop d’influence en Belgique.

Prof. Elchardus en a conclu que 45 à 50 pour cent des écoliers musulmans pouvaient être étiquetés antisémites. Parmi les élèves non musulmans seulement 10 pour cent pouvaient être étiquetés comme tels. Le pourcentage des sentiments anti-juifs parmi les enfants non musulmans n’est que légèrement inférieur à celui de 12 pour cent qui voient d’un mauvais œil les musulmans, considérant que tout musulman est un terroriste potentiel.

La situation est particulièrement préoccupante car aujourd’hui, un pourcentage croissant de la population jeune à Anvers, une ville de tradition catholique, est de confession musulmane. Dans les écoles municipales de la ville, les élèves ont le choix entre des cours de religion ou des classes de morale non-confessionnelle. 49,3 pour cent de tous les élèves choisissent des cours de religion islamique, 27,7 pour cent choisissent les classes non confessionnelles, tandis que le nombre de ceux qui optent pour les classes catholiques a chuté à 20,5 pour cent à peine. Il y a cinq ans, le pourcentage islamique  n’était que de 33,6.

Seuls 17 élèves ont opté pour des classes juives, un nombre insignifiant comparé aux 5.165 élèves musulmans. Environ 85 pour cent des enfants juifs d’Anvers, cependant, fréquentent des écoles juives. Anvers dispose de 14 écoles juives subventionnées ainsi qu’un certain nombre d’écoles privées non-subventionnées.

L’enquête menée par le professeur Elchardus a également montré que les sentiments anti-juifs sont très répandus chez les musulmans tous  groupes socio-économiques et ethniques confondus, indépendamment du fait que les élèves sont issus de familles riches ou plus pauvres, que les parents se considèrent comme modérés et progressistes ou traditionalistes, ou qu’ils soient d’origine maghrébine ou d’origine turque. Cela conduit à la conclusion que les sentiments anti-juifs  ont pour origine l’islam, et non des facteurs socio-économiques.

Parmi les non-musulmans, les sentiments anti-juifs sont plus répandus parmi les groupes non-religieux, tandis que les enfants issus d’un milieu catholique s’avèrent être les moins antisémites, malgré leur tendance plus conservatrice et moins progressiste.

Invité à réagir à l’enquête, Pascal Smet, le ministre de l’Éducation belge, a déclaré que l’enquête prouve que « les jeunes ayant une opinion négative des autres sont aussi les jeunes  issus de milieux socio-économiques plus vulnérables. » Ce que l’on peut dire, cependant, comme le souligne Joods Actueel, c’est que l’enquête a démontré exactement le contraire. Le magazine a critiqué le ministre, qui est homosexuel, de consacrer trop d’attention à l’ordre du jour des droits des homosexuels dans les écoles de Belgique, et de négliger les stéréotypes anti-juifs issus de l’islam.

La  presse belge n’a pas non plus accordé une grande attention à cette enquête. Peut-être ces résultats ne sont-ils  pas considérés comme suffisamment politiquement corrects ?  En outre toute l’attention médiatique s’est reportée sur le fait que 25 pour cent des jeunes musulmans ferment les yeux sur les actes violents  contre les homosexuels et sont en faveur de la peine de mort pour les gays dans les pays islamiques. Pour les médias, les sentiments anti-juifs sont bien moins importants que l’animosité contre la communauté gay.   

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Israël: une démocratie

Commenter cet article

Claude Germain V 06/03/2013 17:05


Prions D.IEU que des villes comme Anvers ne se vident pas de leurs habitants de toujours , qui partiraient faire leur Alyah en terre-mere ..... ce jour là GRAVE DE GRAVE ..... car nous , nous
n'auront pas de passeport , dommage ....... parce que de l'autre coté ( Au bout du monde a gauche ) "ILS" ne se laissent pas marcher sur les pieds ,"ILS"  sont fiers ......

Claude Germain V 06/03/2013 16:59


Oh !!! camarades , quels Belges ....ce qui ne le seront jamais vraiment ou les vrais ???