Entre inauguration de mosquée et béatification de Jean-Paul II, Fillon trahit la France laïque.

Publié le 30 Avril 2011

Entre inauguration de mosquée et béatification de Jean-Paul II, Fillon trahit la France laïque

            Décidément, celui qui nous sert de premier Ministre, toute honte bue, s’évertue à nous prouver sa qualité de grand dhimmi désireux de remplacer nos lois et traditions par les religions dans notre pays. Traître à la République !

       Nous n’avions pas encore oublié sa forfaiture de mars 2010, quand il avait osé inaugurer une mosquée aux côtés d’une fillette voilée, bafouant outrageusement la loi de 1905, la République, le droit des femmes et celui des enfants. Nous n’avions pas encore oublié qu’il a choisi comme ministre des affaires étrangères  Alain Juppé, lécheur de babouches patenté et thuriféraire des Frères musulmans. Nous n’avions pas encore oublié qu’il a refusé tout débat sur l’islam.

Mais sans doute que cela ne suffisait pas à prouver à ses futurs électeurs musulmans qu’il leur était inféodé et qu’ils n’auraient absolument rien à craindre de Fillon ou de Sarkozy en 2012.

Pour cela, il lui  fallait faire un grand coup et se torcher publiquement  le derrière avec la loi de 1905 en assistant à la béatification de Jean-Paul II : coup double, on rassure les musulmans ébranlés par la rupture de l’omerta médiatique sur les dangers, de plus en plus évidents aux yeux du plus grand nombre, de l’islam et on  fait semblant de donner des gages aux chrétiens, des fois que ceux-ci, attaqués partout en terre d’islam mais aussi  en France, « fille aînée de l’Eglise », puissent rêver que, d’un coup de baguette magique, grâce à  l’artefact d’une cérémonie sans lendemain,  ils retrouveraient l’Eglise du second Empire !

Assister à la béatification de Jean-Paul II n’a rien à voir avec nos traditions, nos racines, et ne célèbre en rien « la France, fille aînée de l’Eglise ». Certes, si le sieur Fillon avait décidé d’assister à l’anniversaire du baptême de Clovis, cela aurait pu se discuter, car Clovis est le fondateur d’une dynastie qui a donné naissance à la France, avec ses composantes chrétiennes, lui permettant d’entrer dans la civilisation, après le règne des barbares qui dévastaient tout et ne croyaient qu’à la force. Admettons ! Mais la béatification de Jean-Paul II ! Comme s’il ne nous suffisait pas de devoir une place Jean-Paul II à Paris à l’autre dhimmi de la République, Delanoé  (qui refuse que l’on ait une rue Robespierre…)  !    Il faut, en plus, que la République et les Français, représentés par un premier ministre sans scrupules, assistent à une cérémonie qui relève de la cuisine de l’Eglise, de la croyance pure et simple, de ce qui est, aux yeux de la majorité des Français athées et matérialistes, de  la superstition ?

Le problème n’est pas de savoir s’il y a une vie ou pas après la mort, si les Saints existent ou pas, mais de respecter le principe de laïcité, qui permet à chacun de croire ou de ne pas croire. Or, quand un ministre en exercice assiste à un rite interne à une Eglise, c’est comme si l’Etat tout entier reconnaissait ce rite, cette croyance, et c’est une faute énorme.

Nous ne vous la pardonnerons pas, monsieur Fillon, parce que non seulement vous nous trahissez et vous trahissez nos lois, mais vous créez un précédent et ceux qui voudraient mettre notre pays, de culture et de tradition judeo-chrétienne, en coupe réglée, ne l’oublieront pas quand ils vous obligeront à aller à la Mecque rendre hommage au pédophile polygame béatifié…

Christine Tasin

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

island girl 01/05/2011 22:02



M Fillon a tort d'assister à la béatification de la momie ,le représentant d'un'état laique  ne peut s'investir dans de telles bouffonneries JP2 fut un grand hypocrite en laissant courir ses
pretres pédophiles et en interdisant le préservatif cet homme est coupable d'avoir mis des humains en danger de mort (physique et psychologique)l'église catholique cette super secte veut en faire
un saint cela amuse les médias mais que le 1er ministre de la france cautionne cette supercherie ,c'est pitoyable ! 



muller marie-claire 30/04/2011 18:12



C'est vraiment un traitre celui là car il veut faire taire ceux qui ont dénoncé l'inauguration de la mosquée et montrer(on n'y croit plus)qu'il traite les deux religions de la même façon alors
qu'on sait que ce n'est pas le cas!


Désolée pour ce copié collé mais j'ai pensé que c'était important de mettre les gens au courant au sujet de la mort des touristes au Maroc! l'article est sur France soir et écrit par Alexandre
del val:


 


Cible des islamistes marocains : les sites touristiques


Pour ces terroristes, les étrangers qui visitent le pays le “pervertissent”.




Depuis toujours, la stratégie des islamistes marocains (mais aussi tunisiens, égyptiens, etc.) liés à la mouvance « salafiste jihadiste », dont al-Qaida est
l’avant-garde, consiste à frapper les zones touristiques, afin de déstabiliser les dirigeants « impies » ou apostats liés aux pays occidentaux, d’où viennent la majorité
des touristes qui « pervertissent » les pays musulmans, selon les islamistes.



Rappelons que, le 16 mai 2003, une série d’attaques terroristes visant également des touristes fut perpétrée à Casablanca, la plus grande ville du Maroc. Les attentats, qui firent
45 morts (dont 12 kamikazes) et 100 blessés, visaient un hôtel, des restaurants fréquentés par des étrangers et des établissements juifs de la ville. Entre 2001 et 2011, les
autorités marocaines ont régulièrement démantelé des cellules terroristes et arrêté des terroristes plus ou moins liés à la mouvance al-Qaida. Ainsi, le 11 mars 2007, un kamikaze
marocain trouva la mort en actionnant une bombe dissimulée sous ses vêtements dans un cybercafé de Sidi Moumen, à Casablanca, et, le 13 août 2007, un autre kamikaze marocain se fit exploser
avec une bonbonne de gaz, à Meknès, manquant de peu le bus de touristes qu’il visait.


Parmi les terroristes arrêtés par les services marocains, figure Saad Houssaini, soupçonné de liens avec al-Qaida et d’implication dans les attentats de Casablanca en 2003 et de Madrid en
2004.


Saad Houssaini était le chef de la commission militaire du GICM (Groupe islamique combattant marocain). Depuis août 2006, suite au démantèlement de l’organisation terroriste marocaine Ansar
al-Mahdi, les autorités marocaines ont multiplié les mesures de sécurité dans les ports, sur les routes et dans les aéroports. Il est clair que le Maroc est l’un des pays musulmans les plus
visés par le terrorisme salafiste djihadiste, en raison de ses liens avec les Etats-Unis et l’Occident, de son islam modéré, du fait qu’il abrite une communauté juive importante liée au
pouvoir monarchique, et du fait que ce pays mène une lutte sans merci contre les réseaux islamistes maghrébins liés à al-Qaida, notamment à AQMI (al-Qaida au Maghreb islamique). Dans ce
contexte, les autorités marocaines n’ont pas seulement procédé à des arrestations de terroristes, mais elles ont également interdit plusieurs partis politiques islamistes qui se disent
opposés au terrorisme mais qui entretiendraient des liens avec certains groupes violents. C’est ainsi que le parti islamiste al-Badil al-Hadari fut interdit en raison de l’implication de ses
dirigeants dans l’affaire du réseau terroriste Belliraj : un réseau dirigé par un islamiste marocain résidant en Belgique, dont l’argent provenait des braquages, recels et de
contributions diverses. Les arrestations visèrent même des membres du respectable Parti islamiste de la justice et du développement, le PJD, du mouvement al-Badil al-Hadari, ou du Hizb
al-Oumma.


En fait, l’islamisme marocain est éclaté en trois grandes mouvances. La composante salafiste violente (« djihadiste »), considère le Maroc comme une société
« impie » dont il faut se dissocier en s’exilant ou combattre par le terrorisme. D’où le fait que nombre de salafistes quittent les villes touristiques marocaines
« terres du péché » pour s’installer dans le Sahel, le Sahara ou les périphéries marginales, comme les banlieues de Sidi Moumen, dont sont originaires les auteurs des
attentats de Casablanca. Ainsi, le Groupe islamique des combattants marocains (GICM), fondé en 1997 par des anciens d’Afghanistan, est affilié à al-Qaida, a pris le Sahara, le sud désertique
de l’Algérie et la Mauritanie comme bases arrière. Lié aux mouvements terroristes algériens (GSPC) et à AQMI, qui en est l’émanation, le GICM veut créer un Etat islamique au Maroc. L’un de
ses fondateurs, Saad Houssaini, encourt la peine de mort pour sa participation aux attentats de Casablanca et de Madrid 














Je ne comprend pas aprés ça qu'on encourage les français à faire du tourisme dans ce Pays! c'est criminel plus qu'inconscient,décidément à croire que nous sommes gouvernés par des
idiots!!!
































  












 








 








 


 


 











Nancy VERDIER 30/04/2011 15:22



Merci pour cet article de Christine Tasin - bien envoyé -  à propos de la béatification de Jean-Paul II et le comportement de François Fillon. Ce Sarthois de mentalité médiévale de
coq de village. Voilà le danger. Le manque de culture et de formation de nos élus sur ce qu'est réellement notre pays, son histoire et sa vocation. Nous ne pardonnerons ni à Juppé, ni à Sarkozy
qui nous a trahis, ni à Fillon dhimmi des musulmans et fossoyeur de la Loi de 1905. 



Gérald 30/04/2011 15:04



Bonjour Gérard Brazon !


Je vous soumets un article intéressant sur l'affaire Laurent Blanc/FFF au sujet de l'équipe de France. C'est assez instructif et nuancé. Ca change.


http://www.slateafrique.com/1755/sport-tempete-raciale-sur-le-football-francais



Gérard Brazon 30/04/2011 17:19



Il est bien écrit et très explicite. Pour ma part, j'aimerai que ce soit uniquement le talent et les les compétence ainsi qu'un choix plus ouvert. Pour conclure sur ce sujet, la proportion de
noirs et d'arabes me paraît bien trop important compte tenu de la représentativité de ces deux groupes en France. Je me suis fait "charier" (au mieux et c'est gentil) au Maroc sur la "générosité"
française des proportions par rapport à l'équipe marocaine. Et c'est vrai que par rapport à d'autres équipes européenne, l'équipe de France est disons... particulière.