Entretien avec Emil Darhel, auteur de “D’une colonisation l’autre. Vers la guerre civile"

Publié le 12 Décembre 2011

Propos recueillis par Fabrice Dutilleul

« Une légende particulièrement tenace voudrait que la France soit une terre de mélange depuis des siècles. C’est totalement faux. »

Que nous apprend votre livre ?
Que les Français sont dans une situation particulièrement pénible : ils baignent dans le formol depuis des décennies. C’est assez confortable a priori. Ils sont gentiment bercés par le complexe médiatico-politique. Mais ce formol est un peu particulier… Au lieu de les préserver en tant que peuple, il les fait disparaître au profit d’autres peuples. L’écrivain Renaud Camus parle de “grand remplacement”. L’expression est particulièrement bien trouvée. Mon livre veut faire sortir nos compatriotes de leur état comateux. Les informations réunies dans D’une colonisation l’autre concernant la démographie, la criminalité, les intentions plus ou moins assumées des partis politiques traditionnels, etc. sont jusqu’à présent et pour la plupart d’entre elles restées hors de portée du grand public. Pourtant, lorsqu’elles sont recoupées, on peut voir quel avenir se dessine pour notre pays, et il est loin d’être “désirable”, si je peux me permettre cette allusion au slogan ringard d’une candidate socialiste...

L’actualité semble apporter de l’eau à votre moulin…
Tout à fait : entre Houria Bouteldja, porte-parole du parti des Indigènes de la République, dont le procès devait débuter en octobre, qui nous dit que les Blancs ont tout intérêt à lécher les babouches des nouveaux arrivants car ces derniers ne se priveront pas, quand ils en auront le pouvoir, de faire payer les premiers pour toutes leurs exactions (lesquelles ? on se le demande encore !), et Rokhaya Diallo, chroniqueuse pour la télévision, qui n’y va plus par quatre chemins et qui affirme à la télévision (sur France Ô le 11 octobre dernier) que “lorsqu’un pays s’interroge autant sur ce qu’il a été, c’est qu’il sent qu’il est en train de changer et que le rapport de force est en train de s’infléchir”, nous ne sommes plus dans le délire paranoïaque de suprémaciste blanc…

Reprochez-vous aux néo-français leur manque flagrant d’intégration ?
C’est une question à double tranchant… On peut effectivement déplorer leur manque d’intégration. D’un bout à l’autre de l’échiquier politique, on ne parle que de cela en insistant sur le fait que le fameux “modèle d’intégration à la française” ne fonctionne plus. On notera d’ailleurs que, là encore, c’est la faute des Français de souche et non celle des immigrés si ces derniers ne s’intègrent pas… Mais on oublie systématiquement que ce modèle d’intégration ne peut fonctionner que si deux conditions sont remplies : il faut que les nouveaux arrivants aient la volonté de s’intégrer, mais il faut aussi et surtout que leur culture soit intégrable. Une légende particulièrement tenace voudrait que la France soit une terre de mélange depuis des siècles. C’est totalement faux. Mais les vagues récentes d’immigration de la fin du XIXe siècle et du début du XXe, beaucoup plus réduites que le tsunami actuel, remplissaient ces deux conditions.
Aujourd’hui, la grande majorité des nouveaux arrivants n’ont pas la volonté de s’intégrer, mais – et c’est beaucoup plus intéressant à mon sens – ils n’en ont pas les moyens. Leur culture est insoluble dans la nôtre. Et comme ils sont très nombreux, ils sont de plus en plus revendicatifs. Faut-il le déplorer ? Je ne crois pas. C’est plutôt une chance pour nous ; il ne pourra pas y avoir de cinquième colonne. Il y a déjà deux camps : celui de mesdemoiselles Bouteldja et Diallo, et le nôtre. Malheureusement pour les indécis, ils devront choisir.

Vous parlez de culture. Pensez-vous à l’Islam ?
Pas seulement, mais il est évident que l’Islam est particulièrement problématique. Le plus étonnant, c’est que l’Islam a été perçu comme une menace depuis le VIIe siècle en Europe et dès 721 en France, avec la première grande bataille de notre histoire contre les musulmans à Toulouse. Aujourd’hui, nous devrions considérer cette religion comme une chance pour nous, mais elle n’est pas comme les deux autres grandes religions monothéistes. Tout est dans Le Coran. L’Islam est un projet de société. Les progressistes ne pouvant occulter les revendications toujours plus grandes des musulmans pour modifier en profondeur notre société, ils ont inventé le concept d’Islamisme. Seulement l’Islamisme n’existe pas, il n’y a que des musulmans. Le caractère ochlocratique [du grec “Okhlos”, foule, multitude, et “kratos”, pouvoir, autorité] des populations musulmanes fait qu’elles ne peuvent absolument pas s’intégrer à une population non musulmane et qu’il ne peut y avoir que deux solutions : soit la population indigène non-musulmane résiste et combat, politiquement d’abord, puis physiquement si cela ne suffit pas, et sa terre restera le Dar Al Kufr, “domaine des incroyants”, soit elle cède et sombre dans le Dar Al Islam, “la maison de la soumission”. Pour le moment, nous sommes dans le Dar al Harb, “domaine de la guerre”. C’est pour le moment un conflit de basse intensité, mais cela reste une guerre…

Justement, la probabilité d’une guerre civile, que vous semblez anticiper, est-elle vraiment envisageable ?
J’aimerais préciser que ce que je crains n’est pas ce que je souhaite. Mais effectivement, je pense que le contexte économique actuel ne fait qu’augmenter ce risque. Il n’y a qu’à voir la situation des immigrés en Grèce aujourd’hui… La plupart des Occidentaux n’ont pas vraiment de conscience nationale : “Peu importe ce qui se passe dans mon pays tant que ma vie personnelle n’en est pas affectée”. Quand ils ne manquent de rien, ils balaient les discours qui risqueraient de gâcher leur plaisir. C’est la raison pour laquelle aujourd’hui les Français s’accrochent encore aux programmes à la fois lénifiants et grotesques des candidats socialistes qui promettent de mettre au pas les marchés financiers, de créer des millions d’emplois aidés et d’abaisser l’âge légal de départ à la retraite… Les électeurs veulent y croire et sont prêts à ne pas accorder d’importance au reste du programme du Parti socialiste, c’est-à-dire le droit de vote des étrangers, les régularisations massives et le “changement de civilisation” cher à Madame Aubry… Quand le réel aura frappé, tout cela sera oublié. Certains en feront forcément les frais. Mais il n’est pas trop tard, et il suffit que certaines décisions soient prises pour que la disparition de notre civilisation soit évitée, et sans aucune violence.

Propos recueillis par Fabrice Dutilleul.

D’une colonisation l’autre, Emil Darhel, Éditions de L’Æncre, 130 pages, 18 euros. Commander possible par correspondance en écrivant à Francephi diffusion Boite 30 – 16 bis rue d’Odessa 75014 Paris (+ 5 euros de frais de port) . Règlement à l’ordre de Francephi.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

francis Claude 15/12/2011 05:32


Oui ayant eut une vie "interréssante" sur le continent Africain je suis tout a fait en accord avec vous island, et étant passé par votre petit paradis ou j'ai une amie qui y vit,je comfirme vos
ecrits aussi bien pour les insulaires que pour les Français de France qui ont laissé leurs couilles aux vestiaires...je n'ai hélas pas la chance(moyens) de pouvoir aller finir mes jours dans un
endroit parreil...quoi que!!!!!

island girl 15/12/2011 03:34


Dans le petit paradis ou je vis tout le monde est armé car en cas d'ouragan extreme il peut y avoir des pillages comme ce fut le cas en sept 1995,c'est la loi de la jungle ,il faut etre fort et
savoir qu'en certaines circonstances ,la loi n'existe plus ,l'important c'est d'etre prets,les français de métropole comptent trop sur l'état,la police ,les juges ...foutaises!,mes amis ,mes
voisins ,venus de tous les coins de france ,de belgique, du canada,d'amérique du nord et du sud sont des aventuriers modernes ,des révoltés qui n'ont pas froid aux yeux et qui se
soutiennent,c'est ce qui manque aux français de l'autre coté de la mer.

francis Claude 13/12/2011 07:18


oui je suis asser d'accord sur cet article, sauf que je ne pense pas que tous les parasites qui pillent nos caisses depuis des décénies lachent le morceaux sans combat(vu qu'ils sont armés
jusqu'aux dents) oui nous pouvons faire quelque choses mais ce sera hélas dans un bain de sang....

Marie-Claire Muller 12/12/2011 17:12


La situation actuelle est explosive au  point de vue social,politique,finance,et sécurité malgré que les médias nous fasse croire le contraire!même les plus naïfs de nos compatriotes sentent
bien qu'il se passe quelque chose et que  les promesses des uns et les mensonges des autres ne pourront rien y changer!L'hisoire se répéte,et de gros nuages menaçants s'ammoncellent sur la
France,notre Patrie,mais aussi sur toute l'Europe si ce n'est sur le Monde!La gôche nous méne vers le chaos et certains ne réagissent plus comme la grenouille dans l'eau bouillante,le mal
progresse et nous devront y faire face d'une maniére ou d'une autre mais comme la démocratie est en danger ce sera de l'autre!!!!!!